Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Meilleurs Blu-ray 3D sortis en 2015 : 7e place

<


7ème : CONQUEST OF THE SKIES





Note
5/5
Bilan 3D :
David Attenborough s'est imposé année après année comme le maître incontesté de la réalisation 3D dans les documentaires. Œuvrant notamment pour la chaîne UK Sky 3D, ce célèbre naturaliste et scientifique britannique est devenu le James Cameron du live action sur la capture 3D des espèces animales ou végétales ! Tel le label IMAX, la mention sur le titre d'un documentaire, "David Attenborough's Blu-ray 3D", est un gage de qualité extrême à tous niveaux, aussi bien sur le plan scientifique, que sur la mise en scène ou le rendu 3D. On lui doit par exemple Flying Monsters 3D, ou plus récemment Kingdom of Plants 3D, et  David Attenborough's Natural History Museum (prochainement en test 3D), des références stéréoscopiques en la matière. C'est que Sir David a développé une spécialité que beaucoup de studios et réalisateurs 3D lui envient : l'intégration parfaite d'images de synthèse d'espèces disparues (ou vivantes) au sein de décors 3D natifs. Ce Copperfield de la 3D mélange réel et CGI avec un tel brio que l'on est bien souvent incapable de distinguer quand il fait appel à la post-prod ou non ! Et que nous livre-t-il dans ce volet complet impressionnant de l'histoire de toutes les espèces vivantes qui ont volé depuis les origines de la Terre ? Et bien sans surprise un documentaire au contenu scientifique remarquable et passionnant, avec un dichotomie incroyable des techniques de vol et mouvements d'ailes de chaque espèce depuis le 1er insecte volant préhistorique jusqu'aux oiseaux modernes ! Et tout ceci est livré sur un plateau de 2H48 de durée ! Dantesque ! Et de quel type de rendu 3D parle-t-on ? Top démo !

David Attenborough nous propulse dans un voyage étourdissant aux 4 coins du globe, et nous démontre son art de la narration pour nous expliquer le sujet de fond en comble, avec un rendu 3D exceptionnel. Les plans larges, panoramiques ou aériens assomment littéralement (voir nos screenshots 3D en bas de page) avec une profondeur 3D démentielle dans les forêts luxuriantes et autres plaines et vallées gigantesques : on aimerait retrouver la même spatialisation 3D dans les prochaines productions cinématographiques 3D AAA ! Le détachement entre les feuillages et arbres est saisissant, les horizons étalés à perte de vue, et même les séquences dans des environnements intérieurs restituent les volumes 3D à la perfection. Si les plans semi-larges sont également à la fête, on trouvera par contre sur les innombrables gros plans des séquences avec beaucoup de flou volontairement accentué en post-prod sur les arrière-plans pour renforcer mécaniquement le focus et l'attention du spectateur sur les nombreuses sorties d'écran. On ne pourra pas vraiment lui reprocher pour une fois cet artifice, tant cela ajoute souvent à la touche finale, un rendu 3D artistique à tomber ! Mentions spéciales également au détachement 3D, de jour comme de nuit, avec une lisibilité toujours taillée au couteau !

Quid des jaillissements ? Excellents ! Pas tant sur l'intensité de sorties d'écran que sur la quantité qui elle, se montre simplement hallucinante ! Sir David Attenborough réitère en mieux, l'exploit qu'il avait réalisé sur son Kingdom of Plants 3D, et nous propose des centaines de jaillissements permanents de 1m50 et parfois même 2m hors du mur, de toutes les espèces volantes, soit captées nativement, soit recrées artificiellement en images de synthèse (avec un rendu 3D top démo tellement réaliste qu'on distingue difficilement quelles sont les vraies des fausses). Et notre réalisateur nous offre sa grande spécialité, pratiquement toujours unique à date : des jaillissements permanents presque systématiquement affichés en slow motion pendant 20 secondes ! On se croirait littéralement de retour en plein cours de Sciences Naturelles, à l'exception prêt que notre cerveau est dupé à la perfection par le réalisme des scènes 3D, et a l'impression d'assister à des scènes réelles ! On reviendra ainsi sur la perfection de la mise en scène et de l'intégration des éléments 3D entre eux, avec par exemple le chapitre sur les dinosaures volants qui affichent un rendu 3D qu'on rêverait tout simplement de retrouver dans le prochain Jurrasic World 3D, au hasard ! De même, le documentaire se complait à imiter à la perfection le cultissime IMAX Avions de Légende 3D, en saisissant à chaque fois l'opportunité de décomposer les mouvements de battements d'ailes de chaque espèce, par l'intégration de menus, écrans contextuels et autres SFX 3D qui viennent se superposer à l'image en débordements ou jaillissements permanents (repères, quadrillages spatiaux, trainées aérodynamiques etc...) ! De même on adorera tous les effets de projections liés aux travellings avec toutes ces espèces volantes qui viennent foncer sur le canapé, et où le spectateur baissera régulièrement la tête par réflexe ! Enfin mentions spéciales pour les cadrages qui relèvent du génie, et qui renvoient les windows conflicts aux confins de l'univers !

Au final, David Attenborough nous offre quelque part en fin de carrière son plus bel héritage scientifique et artistique, l'un des plus beaux récits sur un des plus grands mystères qui fascinent l'homme depuis tout temps : voler ! Et c'est en reprenant toutes les équations depuis le 1er insecte préhistorique, et en brassant ensuite toutes les périodes, évolutions et variations majeures que le réalisateur nous raconte une histoire passionnante et vivante comme jamais, grâce à une mise en scène divine, une profondeur 3D et un détachement exemplaire, des flous volontaires sur les gros plans qu'on pardonnera pour une fois, des cadrages jouissifs, et une profusion de jaillissements permanents savamment dosés en intensité, lui permettant de faire régulièrement durer le plaisir à l'aide de géniaux slow motions. En résumé, ce sont des centaines de plans statiques qui inventent presque le concept artistique de cartes postales 3D. C'est donc le moment où jamais de célébrer cet événement via un autre : la mise à disposition pour vous plus de 60 screenshots 3D qui ventilent tous les plans démos de ces 3 heures de film ! 60 captures d'écran 3D qui ne demandent qu'à être visualisées directement sur votre téléviseur 3D ou vidéoprojecteur 3D, pour vous donner plus qu'un simple avant-goût, un parfait résumé en 3D des temps forts à vivre dans ce documentaire ! Top ! (A noter que nous avons du écarter de notre sélection de nombreux captures d'écran 3D de gros jaillissements qui s'opéraient pendant des travellings avec d'importants effets de mouvement et donc de flou cinétique).

Ainsi, vous trouverez en bas de cette page des captures d'écran 3D
de séquences démonstratives du Blu-ray 3D faites avec PowerDVD : ! Il y plusieurs moyens testés à date pour les visualiser sur vos diffuseurs 3D : 1/ sans l'aide d'un PC, et 2/ via un PC. Nous vous invitons à lire notre TUTORIAL 3D complet pour découvrir les différentes solutions pour profiter de ces screens 3D (captures d'écrans d'effets 3D) dans votre installation 3D. C'est beau le progrès et c'est encore à l'essai pour vous sur ce Conquest of the Skies 3D Blu-ray 3D. Si vous êtes nombreux à l'apprécier ou à pouvoir l'utiliser, on continuera bien évidemment dans le futur pour chaque sortie 3D ! Venez nombreux partager vos retours dessus sur le Topic dédié aux screens 3D ! Idem si vous trouvez encore une autre façon de les lire chez vous ! Merci !
Franck Lalane

Les points forts (+)
     • Un excellent effet de profondeur 3D sur la durée
    • Les plans panoramiques, aériens ou larges avec une profondeur 3D culte
    • Des plans de hauteur dingue avec un effet de vertige saisissant
    • Une infinité de débordements et jaillissements permanents d'espèces volantes à 1m50- 2m hors de l'écran sans aucun windows conflicts
    • Les séquences top démo de jaillissements permanents à de plus de 2m50
    • Les slow motions systématiques de 10 à 20 secondes pendant chaque jaillissement permanent au milieu de la pièce
    • Les séquences de projections cultes : vols d'oiseaux, de dinosaures, de chauves-souris, rapaces etc... qui foncent directement vers la caméra
    • Beaucoup de débordements et jaillissements de décors
    • Le plus beau documentaire scientifique à date sur le thème
    • La perfection de chaque cadrage aussi bien pendant les effets numériques, que pendant toutes les séquences filmées en live action : un exploit de repousser autant les limites des windows conflicts
    • Le format d'image en 1.78

Les points faibles (-)
    • Un effet de profondeur 3D en retrait par endroit (flou d'arrière-plan)
    • Les flous artistiques forcés lors des zooms et jaillissements permanents énormes en gros plans
    • Uniquement disponible en anglais

1.
2.
3.
4.


lundi, novembre 23, 2015


.