Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr






Test de Shazam ! 3D sur nouvel écran cinéma 3D ONYX de Samsung !


















Nom du filmTechno Cinéma 3D
Shazam ! 3D

Date de sortie : 03/04/19
Cinéma Paris
Pathé Beaugrenelle - Salle 8

Actif

Synopsis :
On a tous un super-héros qui sommeille au fond de soi… il faut juste un peu de magie pour le réveiller. Pour Billy Batson, gamin débrouillard de 14 ans placé dans une famille d'accueil, il suffit de crier "Shazam !" pour se transformer en super-héros. Ado dans un corps d'adulte sculpté à la perfection, Shazam s'éclate avec ses tout nouveaux superpouvoirs. Est-il capable de voler ? De voir à travers n'importe quel type de matière ? De faire jaillir la foudre de ses mains ? Et de sauter son examen de sciences sociales ? Shazam repousse les limites de ses facultés avec l'insouciance d'un enfant. Mais il lui faudra maîtriser rapidement ses pouvoirs pour combattre les forces des ténèbres du Dr Thaddeus Sivana…


INTRODUCTION :
Shazam est le 3ème long-métrage de David F. Sandberg et sa première réalisation en 3D. Il est secondé pour la partie stéréoscopie par Ben Breckenridge qui est loin d’être un débutant puisqu’il a supervisé la 3D de Wonder Woman, la Belle et la Bête, Suicide Squad et bien d’autres depuis 2011. Il est secondé par les équipes de DNeg qui sont normalement le haut du panier en terme de conversion. Je dois avouer que j’allais voir Shazam ! un peu à reculons. Mais la perspective de découvrir enfin un film 3D sur le nouvel écran Onyx de Samsung, que j’avais déjà testé lors de sa présentation professionnelle en 2018 mais uniquement en 2D, m’attirait. Première déception, mais je le savais, Samsung n’a jamais été adepte des lunettes passives, c’est donc avec des lunettes actives que je suis entré dans la salle 8 du Pathé Beaugrenelle. Je n’ai jamais supporté les lunettes actives en dehors des Eyes3Shut qui sont plutôt rares au cinéma (mais qui sont disponibles dans un excellent modèle pour projecteur DLP). Pour la première fois, j’ai donc porté des lunettes Samsung, extrêmement légères et dont le scintillement est totalement imperceptible. En un mot, j’ai été bluffé. Plus que par le film en fait… Donc revenons à Shazam ! Dès le début du film on se rend compte que l’on est un peu passé à côté d’une vraie réussite. Le potentiel de la 3D n’est pas exploité comme il aurait pu l’être dans un film de ce type, on a l’impression que l’équipe de Dneg a été laissée en roue libre et n’a assuré que le service minimum. Incroyable sur un film à 80 millions de dollars !




PROFONDEUR 3D :
Note
3/5
Profondeur 3D :  
D’emblée, on se rend compte qu’on est loin de ce qui se fait de mieux en terme de profondeur. Et malheureusement, c’est le cas sur l’ensemble du film. Si les personnages et les éléments sur le devant de l’image sont correctement placés dans l’espace on est très rapidement dans le plat en ce qui concerne les fonds. Si cela peut à peu près passer lorsque les arrières-plans sont vraiment très flous (notamment sur les gros plans), on est effarés de se rendre compte que presque tous les fonds d’image sont plats à partir d’un tiers de la profondeur supposée. Je n’avais pas vu ça depuis le premier CaptainAmerica. C’’est désespérément plat. Il y a bien quelques séquences ou on voit un véritable effort pour améliorer le niveau, mais dans sa globalité, Shazam ! pèche par un travail très approximatif.

JAILLISSEMENTS 3D :
Note
3,5/5
Jaillissements 3D :  
J’aurais voulu pouvoir dire vraiment du bien sur la gamme de jaillissements choisie pour Shazam !, mais ce n’est pas, là non-plus, ce qui se fait de mieux, loin de là. Il y a bien quelques légers débordements assez jolis, il y a très souvent quelques éléments de l’image en avant, mais on a parfois l’impression que les éléments sont calés par blocs et on pas vraiment avec un relief nuancé. Les effets de particules sont plutôt réussis, mais cela ne suffit pas à relever le niveau très faiblard. On s’attend parfois à des jaillissements vraiment dingues et qui auraient pu être vraiment justifiés par l’action, mais il n’en est rien. On reste dans le raisonnable, le presque plat et c’est dommage.


LUMINOSITÉ :
Note
5/5
Luminosité :  
Enfin !!!!! Enfin une salle vraiment faite pour la 3D ! La salle 8 du Pathé Beaugrenelle avec son écran Onyx de Samsung est d’une luminosité exceptionnelle qui sied à merveille à la 3D. Les lunettes sont claires et le film bénéficie du coup de cette luminosité à des années lumières de ce que l’on voit en salle habituellement. On est même au dessus des projections Laser ou des doubles projections Dolby. Du coup le film est lumineux et on n’a jamais l’impression de perdre l’action, et les noirs sont profonds comme jamais.



GHOSTING :
Note
5/5
Ghosting :  
Pas de Ghosting. Rien à signaler !






CONCLUSION 3D :
Note
3,5/5
Bilan 3D :
Avec Shazam ! on est clairement passés à coté de la réussite 3D que le film méritait. Petit comédie sympathique truffée d’anti-héros tous plus déjantés les uns que les autres, Shazam ! avait toutes les qualités requises (super-héros, scènes d’action, méchants très méchants et batailles ne tous genres) pour nous en mettre plein la vue, mais ce n’est pas le cas. Peu de profondeur, peu de jaillissements, Shazam ! est vraiment un film qui méritait un stéréographe qui se serait vraiment amusé. On reste sur notre faim. Seul reste le bonheur d’avoir enfin pu tester l’écran Onyx de Samsung. Mais là encore, on se rend compote que la conversion va devoir faire un bond en avant en terme de qualité. La luminosité et la précision de l’image ne laissent aucune chance au moindre artefact de conversion (et ils sont nombreux dans Shazam !) qui sautent aux yeux immédiatement. Voilà un beau défi à relever pour les équipes de conversion qui vont se confronter rapidement à ce type d’écran.
Fabien Remblier


Membre à la rédaction Halluciner.fr, Fabien Remblier est réalisateur et stéréographe. Depuis 2010, il a réalisé une quarantaine de captations de concerts et shows en 3D dont certaines, récompensées dans des festivals 3D internationaux sont sorties en salles. Il supervise les corrections relief de plusieurs documentaires et vient de réaliser un court-métrage, forcément en 3D ! En 2011 il écrit le livre « Tourner en 3D-relief » édité chez Eyrolles où il détaille la technique, le matériel mais également une certaine vision moins académique de l’utilisation de la 3D de la pré-production jusqu’à la post-production. Pour lui la 3D est plus que du cinéma, c’est une nouvelle façon de tourner qui implique que le réalisateur sorte de sa vision cinématographique classique en 2D. Il est également le responsable des contenus 3D de laTV3D, la plateforme VOD 100% dédiée à la 3D-relief. Cette passion de la 3D, il la met aujourd’hui au service de Halluciner.fr pour vous aider à trouver au cinéma, la meilleure expérience cinématographique 3D possible.




Ne loupez aucun film 3D au ciné : recevez par mail les infos des sorties et tests des films 3D au cinéma en vous inscrivant à notre Newsletter dédiée aux films 3D à l'affiche au cinéma :



S'inscrire à la Newsletter Les Films 3D à l'affiche au ciné



*J'accepte de recevoir la Newsletter dédiée Halluciner.fr.

mardi, avril 09, 2019


.