Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr






Test film cinéma Dumbo 3D


















Nom du filmTechno Cinéma 3D
Dumbo 3D

Date de sortie : 27/03/19
Cinéma Paris
Pathé Beaugrenelle

Dolby 3D passif

Synopsis :
Les enfants de Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper d’un éléphanteau dont les oreilles démesurées sont la risée du public, découvrent que ce dernier sait voler...


INTRODUCTION :
Très attendu, le remake en « live » de Dumbo est enfin en salles. C’est à Tim Burton qu’a échu l’adaptation de ce classique Disney de 1941. Le recyclage des anciens dessins animés en film continue.Dumbo n’a pas été réalisé en 3D native, mais mis en relief par les équipes de DNeg, sous la supervision de Jared Sandrewqui est loin d’être un débutant dans le domaine de la conversion. Dumbo, bien que réalisé par Tim Burton est avant tout un film Disney, donc il ne fallait pas s’attendre à une 3D extrêmement spectaculaire, d’autant que le réalisateur ne semble pas vouloir oublier ses vieux reflexes de réalisateur 2D…. J’ai vu Dumbo au Pathé Beaugrenelle, donc en Dolby 3D passif.




PROFONDEUR 3D :
Note
4/5
Profondeur 3D :  
Très désagréablement surpris au début du film, j’ai bien cru que la profondeur ne mériterait pas plus qu’un 3 timide. En effet, si sur quelques plans larges, on a une profondeur tout à fait acceptable, il n’en n’est rien dès que la caméra se rapproche de l’action. Les flous de premier plan sont permanents ce qui est inacceptable de la part d’un réalisateur chevronné comme Tim Burton et qui n’en n’est pourtant pas à son coup d’essai en 3D. C’est bien simple, la première partie du film oscille entre le passable et le mauvais. On compte un nombre démentiel d’arrière plans parfaitement plats, à croire que comme les fonds sont flous, l’équipe s’est dit que ça ne se verrait pas. Seules les séquences 100% réalisées en image de synthèse sont excellentes et d’une très belle profondeur. La deuxième partie, qui début avec l’arrivée à Dreamland change la donne et fait largement remonter le niveau. Les plans généraux sur l’ensemble de Dreamland sont superbes et on perd un peu les flous de fond de plan. C’est un changement radical d’une partie à l’autre et on apprécie vraiment les scènes de cirque. C’est donc un 4 pour la profondeur, mais on revient de loin !

JAILLISSEMENTS 3D :
Note
3,5/5
Jaillissements 3D :  
Comme je le disais au début, Dumbo est un film Disney ce qui veut dire que les jaillissements vont être très limités. Disney ne déroge pas à sa règle et coupe court à presque tous les effets de jaillissement. Il y a bien quelques débordements légers, des arrondis sur les visages, mais rien de bien délirant. C’est bien simple, j’ai cru que les deux premières minutes du film étaient en 2D.Ca s’améliore au fur et à mesure du film et comme pour la profondeur, cela devient plus sympathique dans la deuxième partie du film. Là encore, c’est sur les parties réalisées à 100% en images de synthèse que l’on trouve vraiment notre plaisir : peu de flous, des jolis débordements, des effets de jaillissements légers mais très bien faits, un ou deux jaillissements plus poussés, mais montage 2D oblige, ils sont coupés dans leur élan. Je n’ai jamais été bluffé par les versions 3D des films de Burton et là encore, je reste sur ma faim.


LUMINOSITÉ :
Note
5/5
Luminosité :  
Le film est très lumineux. Aucune perte n’est à noter.



GHOSTING :
Note
5/5
Ghosting :  
Pas de Ghosting sur Dumbo 3D. Rien à signaler !






CONCLUSION 3D :
Note
3,8/5
Bilan 3D :
On est dans une petit moyenne en terme de qualité de la 3D avec ce Dumbo qui, si visuellement est une vraie réussite, aurait pu nous proposer beaucoup plus en terme de 3D. Burton ne semble pas avoir vraiment gardé à l’esprit que son film serait converti et peine à se défaire de ses habitudes. Trop de plans sont gâchés pas des avants plans et des arrières plans flous et c’est dommage. Autant le peu de jaillissement est acceptable, mais le flou et les grands à-plats que l’on voit au début du film sont inacceptables sur un tel film. Il serait temps que les réalisateurs s’intéressent un peu à la technique avec laquelle leur film va être exploité ! Je n’ai pas noté d’artefacts de conversion ce qui est assez rare pur être souligné, mais j’ai vu deux ou trois erreurs de placement dans l’espace que seul un œil vraiment exercé notera.Quoiqu’il en soit, heureusement que la deuxième partie du film remonte le niveau et fait que globalement on sort de la salle sur une note positive.
Fabien Remblier


Membre à la rédaction Halluciner.fr, Fabien Remblier est réalisateur et stéréographe. Depuis 2010, il a réalisé une quarantaine de captations de concerts et shows en 3D dont certaines, récompensées dans des festivals 3D internationaux sont sorties en salles. Il supervise les corrections relief de plusieurs documentaires et vient de réaliser un court-métrage, forcément en 3D ! En 2011 il écrit le livre « Tourner en 3D-relief » édité chez Eyrolles où il détaille la technique, le matériel mais également une certaine vision moins académique de l’utilisation de la 3D de la pré-production jusqu’à la post-production. Pour lui la 3D est plus que du cinéma, c’est une nouvelle façon de tourner qui implique que le réalisateur sorte de sa vision cinématographique classique en 2D. Il est également le responsable des contenus 3D de laTV3D, la plateforme VOD 100% dédiée à la 3D-relief. Cette passion de la 3D, il la met aujourd’hui au service de Halluciner.fr pour vous aider à trouver au cinéma, la meilleure expérience cinématographique 3D possible.




Ne loupez aucun film 3D au ciné : recevez par mail les infos des sorties et tests des films 3D au cinéma en vous inscrivant à notre Newsletter dédiée aux films 3D à l'affiche au cinéma :



S'inscrire à la Newsletter Les Films 3D à l'affiche au ciné



*J'accepte de recevoir la Newsletter dédiée Halluciner.fr.

vendredi, mars 29, 2019


.