Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr







Test film cinéma Minuscule 2 3D - Les Mandibules du Bout du Monde 3D


















Nom du filmTechno Cinéma 3D
Minuscule 2 3D - Les Mandibules du Bout du Monde 3D

Date de sortie : 30/01/19
Cinéma Paris
Gaumont Opéra

Passif RealD

Synopsis :
Quand tombent les premières neiges dans la vallée, il est urgent de préparer ses réserves pour l’hiver. Hélas, durant l’opération, une petite coccinelle se retrouve piégée dans un carton… à destination des Caraïbes ! Une seule solution : reformer l’équipe de choc ! La coccinelle, la fourmi et l’araignée reprennent du service à l’autre bout du monde. Nouveau monde, nouvelles rencontres, nouveaux dangers… Les secours arriveront-ils à temps ?


INTRODUCTION :
Minuscule- Les Mandibules du Bout du Monde est le premier film de l’année en 3D. Le premier film français également. J’imagine qu’il sera certainement le seul puisque la 3D n’a pas très bonne presse auprès des réalisateurs et des producteurs français.A priori assez peu également du côté des distributeurs et des exploitants de salles qui vont préférer un blockbuster américain à n’importe quel film français réalisé dans le format.Difficile donc de trouver une salle qui diffuse Minuscule- Les Mandibules du Bout du Monde en 3D. C’est au Gaumont Opéra que j’ai trouvé mon bonheur, dans la très belle salle 1 qui est certifiée Eclair Color, gage de garantie de qualité. Le système 3D est du RealD donc, passif polarisé.Minuscule- Les Mandibules du Bout du Monde est le second volet de Minuscule au cinéma et une déclinaison de la série bien connue des enfants. C’est un film tous publics, sympathique, réalisé par Thomas Szabo et Hélène Giraud, les créateurs de la série. Le film est stéréographié par Yves Le Peillet qui n’a stéréographié que The Darkest hour en 2011 et qui est surtout un étalonneur et Hugo Barbier qui supervisait la 3D du premier opus de Minuscule et qui a également stéréographié Pourquoi J’ai Pas Mangé Mon Père, D-Day Normandy 44 en IMAX 3D et Zombillenium et qui est plutôt un stéréographe « naturaliste ».Le film n’est pas nativement tourné en 3D comme le fut le premier Minuscule mais la conversion est d’excellente qualité et semble avoir été faite par une équipé chinoise.




PROFONDEUR 3D :
Note
4/5
Profondeur 3D :  
Dès le début du film, on ouvre sur la nature comme une fenêtre privilégiée avec des profondeurs superbes. Le soin apporté aux détails est un plaisir pour les yeux. L’espace 3D est superbement défini. Mais… Il y a un mais. Lorsque la caméra se rapproche des petites bêtes, on perd immédiatement la profondeur pour ne plus voir que du flou de fond d’image et du flou de premier plan. Et c’est dommage car cela nuit à la lisibilité de l’image et coupe vraiment l’effet 3D.Il est vrai que les plans sur les insectes nécessitent une prise de vue macroscopique qui crée cet effet, mais une caméra équipée d’un capteur moins grand qu’une Alexa aurait certainement amélioré les choses. Les capteurs 35 et Super35 sont définitivement trop grands pour les gros plans en 3D.On rate donc la perfection à laquelle on s’attendait en découvrant les premiers plans généraux et les plans larges sur toute la totalité du film.

JAILLISSEMENTS 3D :
Note
3/5
Jaillissements 3D :  
Minuscule- Les Mandibules du Bout du Monde est un film pour les enfants, même si les adultes y trouveront leur bonheur. Du coup, la 3D de Barbier et Le Peillet est prudente. Au delà même de la prudence puisque presque jamais on ne dépasse le niveau de l’écran. 95% des éléments de l’image sont derrière l’écran. On a quelques très timides jaillissements d’insectes sur trois ou quatre plans, mais rien de plus et c’est regrettable. Même pour un stéréographe comme Hugo Barbier qui travaille toujours une 3D la plus naturelle possible, il manque un petit grain de folie pour soutenir quelques scènes vraiment amusantes. Par deux fois, on a un insecte ou un oiseau qui vient se poser devant nos yeux, mais dépasse à peine l’écran alors qu’on s’attend à le voir venir plus près. Aucun risque de faire mal aux yeux des enfants avec Minuscule- Les Mandibules du Bout du Monde, c’est déjà ça…


LUMINOSITÉ :
Note
5/5
Luminosité :  
Minuscule - Les Mandibules du Bout du Monde bénéficie d’une excellente luminosité, y compris sur les scènes de nuit.



GHOSTING :
Note
5/5
Ghosting :  
Pas de Ghosting sur Minuscule- Les Mandibules du Bout du Monde. Rien à signaler !






CONCLUSION 3D :
Note
3,7/5
Bilan 3D :
Un œil exercé notera quelques artefacts de conversion que l’on retrouve de façon classique surtout autour des éléments flous de l’image, mais il faut vraiment avoir l’habitude pour les déceler. J’ai noté aussi quelques petites erreurs de placement des insectes dans la profondeur sur certaines scènes, notamment dans l’usine, cela m’a étonné. J’ai même cru à un décalage d’image du à un problème de synchronisation des deux yeux, mais la salle 1 du Gaumont Opéra n’a qu’un projecteur donc ce n’était pas ça. Pour ce premier film de l’année, le démarrage est donc un peu timide et ce n’est pas ça qui va relancer la crédibilité de la 3D française. Mais saluons tout de même la performance de se battre pour que le film soit en 3D, c’est suffisamment rare pour être souligné. Espérons que d’autres productions françaises viendront se placer au milieu de la déferlante de films 3D américains. J’imagine que l’essentiel de son exploitation en 3D se fera en Chine qui est coproductrice du film. !
Fabien Remblier


Membre à la rédaction Halluciner.fr, Fabien Remblier est réalisateur et stéréographe. Depuis 2010, il a réalisé une quarantaine de captations de concerts et shows en 3D dont certaines, récompensées dans des festivals 3D internationaux sont sorties en salles. Il supervise les corrections relief de plusieurs documentaires et vient de réaliser un court-métrage, forcément en 3D ! En 2011 il écrit le livre « Tourner en 3D-relief » édité chez Eyrolles où il détaille la technique, le matériel mais également une certaine vision moins académique de l’utilisation de la 3D de la pré-production jusqu’à la post-production. Pour lui la 3D est plus que du cinéma, c’est une nouvelle façon de tourner qui implique que le réalisateur sorte de sa vision cinématographique classique en 2D. Il est également le responsable des contenus 3D de laTV3D, la plateforme VOD 100% dédiée à la 3D-relief. Cette passion de la 3D, il la met aujourd’hui au service de Halluciner.fr pour vous aider à trouver au cinéma, la meilleure expérience cinématographique 3D possible.




Ne loupez aucun film 3D au ciné : recevez par mail les infos des sorties et tests des films 3D au cinéma en vous inscrivant à notre Newsletter dédiée aux films 3D à l'affiche au cinéma :



S'inscrire à la Newsletter Les Films 3D à l'affiche au ciné



*J'accepte de recevoir la Newsletter dédiée Halluciner.fr.

jeudi, janvier 31, 2019


.