Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Le Flop 12 Blu-ray 3D sortis en 2014 (Nanar 3D) - 7e




7ème : RONIN 3D





Note
3/5
Bilan 3D :  
Ce nouveau film d’action fantastique qui met en scène Keanu Reeves ne sera certainement pas un des fers de lance 2014 pour évangéliser la 3D dans les foyers. Pourvu d’une esthétique indéniable, cette production 3D filmée pourtant en 3D native ne donne pas le bon exemple à suivre en matière de cahier des charges à respecter pendant le tournage puis la post-production. En effet, capable de produire d’un côté de très belles séquences avec une jolie profondeur 3D, typiquement sur les plans larges, aériens ou panoramiques, le film dévale complètement les escaliers lorsqu’il s’agit d’assurer sa profondeur 3D sur les plans zoomés ou rapprochés, en se prenant littéralement les pieds dans le flou artistique. Oui, c’est lui l’ennemi juré de nos univers 3D qui tient la vedette pendant toute la durée du film, enfin un bon 1/3 pour être objectif : en effet, régulièrement toutes les 20 secondes, on a droit à des séquences impropres à la 3D, envahies et massacrées en même temps par des arrière-plans fortement floutés, excessivement même, au point de gâcher purement le visionnage de l’ensemble et d’amoindrir le plaisir des séquences où la profondeur 3D est réussie. Pour résumer le cocktail du film, on dira qu’il faut prendre 1/3 de séquences avec une bonne profondeur 3D, 1/3 avec des séquences de plans rapprochés incroyablement floutées sur les arrière-plans, et un dernier 1/3 de plans semi-larges, tantôt acceptables, tantôt complétement ratés voire 2D niveau intensité. Quelle hétérogénéité de tous les instants. Pour les jaillissements, c’est un peu plus facile à cerner, puisque le film use assez peu des débordements et jaillissements permanents, surtout lors de certains passages avec des bustes ou mains qui sortent un peu hors de l’écran. C’est en revanche dans les scènes de combats que l’on trouve une autre palette d’effets 3D plus intéressante et mieux exploitée: les effets de projections de débris et éléments vers le spectateur. Ultime baroud d’honneur avec quelques superbes séquences de jaillissements permanents de flocons jusqu’au milieu de la pièce dans le dernier chapitre. Au final une 3D convenable dans l'ensemble, mais quand même assez décevante sur la profondeur 3D, compte tenu du potentiel lié à la captation 3D native à la source, et des très belles séquences en plan larges à la profondeur 3D très réussie qu'on arrive à trouver régulièrement dans la pellicule, et du sabotage dans les règles effectué par le flou ou l’absence de détails sur une majorité d’arrière-plans. Pour les jaillissements, pas grand-chose finalement sur 2H de film, avec quelques effets significatifs plutôt concentrés sur certains passages. Une note finale qui peut sembler sévère car le film n'était pas loin d’atterrir à 3,5/5, mais qui témoigne de la volonté de sanctionner directement le recours abusif aux flous 'artistiques' en 3D ! Partisan inconditionnel des films 3D, Halluciner.fr pourra toujours vous recommander d'aller néanmoins le voir en 3D au cinéma dans nos salles françaises au détriment de la version 2D, car la valeur ajoutée reste quand même indéniable, mais pour l'achat et l’atterrissage dans votre collection de Blu-ray 3D, on ne saurait vraiment vous le recommander, à moins d'avoir très faim !
Franck L.

Les points forts (+)
    • Un effet de profondeur 3D et de détachement moyen dans l'ensemble
    • Des plans réussis sur l'effet de profondeur 3D (1/3 film)
    • De rares débordements 3D et jaillissements permanents légers (bustes, armes, décors de 0 cm à 50 cm hors du mur)
    • De jolis effets de jaillissements permanents de particules : flocons de neige, eau, poussière, matière noire...
    • Les séquences d'action proposent pas mal d'effets de projection de débris et autres particules

Les points faibles (-)
    • 70% du film avec une profondeur 3D décevante
    • Un effet de profondeur 3D ultra hétérogène pour chaque minute visionnée
    • Beaucoup trop de flou sur les arrière-plans lors de plans rapprochés (et même lors de nombreux plans semi-larges)
    • Manque des jaillissements sur la durée : trop peu et trop concentrés sur certaines scènes
    • Le format 2.40


1.
2.
3.
4.


vendredi, décembre 26, 2014


.