Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test La Légende d'Hercule 3D Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
4,5/5
Bilan 3D :
Le marché du Blu-ray 3D est en état de grâce en ce moment : après un Gravity 3D qui sort des sentiers battus, un Hobbit 2 3D hors de tous reproches à la plastique impeccable, et un Young Detective Dee 3D à la 3D exceptionnelle testée la semaine dernière et faisant partie des 3 meilleurs films 3D de l'histoire (on aurait aimé pouvoir lui mettre un 5,5/5 en note globale 3D), voici un nouveau choc stéréoscopique avec La Légende d'Hercule 3D. Évitant systématiquement tout spoil pour ces tests 3D, Halluciner.fr, qui ne regarde d'ailleurs même pas la bande-annonce du film avant un test 3D, pensait par erreur au début d'Hercule 3D que ce dernier était une énième conversion 3D du moment. Par préjugé on s'attendait à retomber sur un rendu 3D digne des dernières déceptions de type Man of Steel 3D ou Thor 2 3D. En toute honnêteté, on a fait pause après quelques minutes de film, pour en avoir le cœur net et relire notre fiche 3D, histoire de s'assurer qu'on parle bien de pure 3D native en fait, et non de conversion. Effectivement c'était bien une 3D native, telle qu'en témoigne la profondeur 3D tangible et naturelle sur la majorité du film. Profondeur de champ intense en toutes circonstances, détachement 3D ultra efficace, aussi bien dans les environnements ouverts, de jour, de nuit, en mer ou sur la terre ferme. Ajouter à cela des plans aériens divins, des vues de plafond ou de dessus avec un effet de hauteur considérable ! Une vraie démonstration de force. Pour faire la fine bouche on regrettera encore quelques rares flous sur les arrière-plans mais à dose homéopathique et espacée, et absolument pas préjudiciables à la composition d'ensemble. Idem quelques micro-dédoublements seront détectés par les puristes par endroits lors de certains effets pots-prod, ainsi que quelques passages travaillés en numériques sur fond vert qui ont le goût de la conversion 3D, mais de nouveau rien de vraiment significatif ayant vocation à pénaliser le film eu égard à la matière première offerte. Enfin l'intensité de la profondeur 3D est tellement intense par moment qu'elle en deviendrait presque artificielle et trop découpée. Concernant le registre des jaillissements, l réserve bien des surprises. A commencer par une introduction culte, qui semble rentrer dans le top 10 des séquences top démo à dégainer aux invités : travelling avec profondeur hallucinante, des dizaines de projection de projectiles et flèches qui empalent brutalement le spectateur comme jamais, jaillissements d'objets, jaillissements permanents de tous les décors qui traversent le canapé : l’hallucination pure et dure ! La suite n'est pas en reste : débordements et jaillissements permanents réguliers de personnages (bustes, armes, foule dans les gradins des arènes qui sort de plus de 1m...) et éléments de décors variés à 1m-1m50 (voire 2m) hors du mur, avec des windows violations compréhensibles. Très efficace pour maintenir l'immersion 3D ! Complétés ensuite par 2 autres séquences cultes de combat avec un héros qui fait tournoyer ses blocs de pierre attachés à des chaines, en les envoyant régulièrement à 2m50 hors de l'écran, pas très loin du canapé, puis avec une arme de foudre qui dégaine des éclairs presque jusqu'au spectateur. N'oublions pas de mentionner les innombrables séquences de jaillissements permanents de particules, pétales de roses qui flottent au milieu de la pièce, tempête de pluie qui ravage votre intérieur et brouille la visibilité, neige et flocons virevoltant délicatement toujours chez vous, et brumes et fumées qui se propagent de manière très intrusive ...
Au final La Légende d'Hercule 3D, compense sa faiblesse scénaristique et d'acting et son statut de resucée sans saveur d'un 300 + Troie + Gladiator, en proposant un spectacle stéréoscopique court (1H30) mais intense en plaisir 3D, et perd de peu sa 5e étoile à cause des quelques micro-défauts de type conversion 3D approximative constatés sur certains arrière-plans ou contours, et atterrit finalement à un 4,3/5 ! Une nouvelle bonne pioche dans cette petite période providentielle sur la 3D !
Franck L.

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D excellente sur la durée • Décors qui bénéficient d'un important niveau de détail sur les horizons 3D
    • De nombreux travellings avec un rendu 3D impressionnant
     • Des débordements d'écrans et jaillissements réguliers d’éléments ou personnages à plus de 1m-1m50 hors du mur (buste, décors, arbres etc…)
    • De superbes jaillissements permanents cultes dans certaines séquences  : combat d'Hercule façon God of War avec des chaines et des blocs de pierre qui tournoient à 2m50 hors du mur
    • Quelques passages cultes sur les effets de projection (exemple : l'intro avec des dizaines de flèches qui empalent le spectateur)
     • Quelques très bons effets de jaillissements permanents lors des plans aériens (personnages qui sortent partiellement du mur)
    • Quelques effets météo au rendu 3D très réaliste (brume, fumée…)

Les points faibles (-)
    • De rares plans avec une profondeur 3D à la baisse
    • Quelques plans furtifs avec un peu de flou sur les arrière-plans (plans rapprochés)
     • Manque quelques jaillissements dans certains temps morts
    • Quelques artefacts ou imperfections par endroit (rendu de conversion 3D ou dédoublements)
    • Le format 2.40


1.
2.
3.
4.

vendredi, avril 18, 2014


3 Comments:

  • At 8:05 PM, Anonymous Julien said…

    Il faudra nous expliquer un jour comment vous jugez la longueur des jaillissements. Personnellement quand je lis "à 2m hors du mur", j'ai du mal à m'imaginer ce que cela rend réellement, surtout que j'ai une installation bien plus modeste que la vôtre.

    C'est aussi dommage de ne pas tenir réellement compte du 2.40 dans vos notes. Sur vidéoprojecteur, le sentiment d'avoir une 3D "castrée" est peut-être atténuée, mais sur une TV de taille moyenne, le rendu est souvent loin d'être aussi phénoménal que vous le décrivez dans vos tests (je pense notamment à Oz, Dragon Gate, ou Gravity plus récemment.

    Voilà, sinon malgré ces quelques petits reproches, je continue à vous lire avec toujours autant de plaisir, continuez !

     
  • At 10:00 PM, Anonymous Anonyme said…

    Bonjour,
    Nous avons abordé de nombreuses fois ce sujet dans des sections commentaires de tests de films, sujet passionnant au demeurant.

    Pour faire simple, lorsque nous testons un Blu-ray 3D, nous avons besoin de 2 visionnages 3D complets à minima.

    Le 2e visionnage sert à prendre les mesures et à répertorier sur un fichier excel la timeline de tous les effets 3D significatifs d'un film (nous mesurons sur 5 critères la profondeur 3D et 6 critères les jaillissements pour info).

    Pour en revenir aux mesures de jaillissements, lorsque nous mentionnons par exemple une sortie de 2m hors du mur, il faut se remettre dans le référentiel de configuration de notre salle 3D : une base écran d'environ 4m pour 4m de recul avec le canapé (distance idéale dans nos recommandations).

    Ainsi lorsque nous annonçons 2m de sortie d'écran, il s'agit pile de la moitié de la pièce (moitié de la distance écran-canapé). Ainsi quand on lit 2m dans l'absolu cela peut paraitre beaucoup, mais rapporté à notre salle 3D cela reste mesuré.

    Pour convertir dans votre installation, il faut en gros diviser par 4 si vous respectez nos recommandations idéales de configuration spatiale : distance écran / canapé = largeur de l'écran. Pour hypothèse d'une TV de 1m de large, vous devriez vous placer à 1 mètre de l'écran pour une perception optimale de toute la gamme stéréoscopique complète (jaillissements + profondeur).

    Donc à 1m de votre écran, la mi-distance correspond à 50 cm, l'équivalent de notre jaillissement de 2m (dans une hypothèse de perception identique).

    Pour le 2.40, nous le prenons en compte dans le bilan +/- de récap, ainsi dans la section jaillissements 3D : pour des films en 2.40 (qui devient de toutes façons le standard Blu-ray 3D avec le temps), nous sommes beaucoup plus exigeants concernant la qualité des jaillissements permanents, et l'augmentation des windows violations que des jaillissements en 2.40 engendrent mécaniquement versus les mêmes en 1.85 ou 1.78.

    Nous vous invitons à lire notre dossier sur la perception 3D et les critères qui influent pour compléter notre réponse :

    Dossier Perception 3D Halluciner.fr

    Merci d'apprécier nos tests 3D et à bientôt dans nos colonnes !

    Halluciner

     
  • At 3:00 AM, Anonymous Julien said…

    Merci beaucoup pour ces précisions, je vais m'atteler à décrypter ce dossier que je n'avais jamais remarqué sur le site !

     

Enregistrer un commentaire

<< Home

.