Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Meilleurs Blu-ray 3D sortis en aout : 2e




2ème : EPIC 3D




Image & Profondeur : 
Jaillissements : 
Bilan 3D : 

BILAN 3D :
Les auteurs notamment de L'Age de Glace 3 et 4 3D et Rio 3D ne reviennent pas les mains vides en cette fin d'année. Et c'est heureux car avec ces 3 dernières superbes productions 3D à leur actif, on les voyait mal nous présenter un nouveau rejeton qui ne soit pas à la hauteur. Ainsi est né Epic 3D, digne héritier de la famille, avec un rendu 3D impressionnant à plus d'un titre. Mettant en scène un univers féérique sublime au niveau artistique, Epic multiplie les actes de bravoure pour mettre en scène des séquences de profondeur 3D top démo. En effet, aussi bien à l'aise en intérieur, où la perception des distance au sein de la demeure est toujours ultra réaliste, et où le détachement 3D se montre brillant, le film fait le show dans les environnements forestiers avec des séquences de vol (à dos d'oiseaux) parmi les plus belles jamais constatées à ce jour, qui ne sont pas sans rappeler certaines d'Avatar 3D et de Rio 3D bien sûr. Ainsi le film fait la part belle à une action souvent aérienne, et multiplie les travellings, plans panoramiques pour orchestrer ses nombreuses joutes spatiales et autres courses-poursuites d'exception. Seule ombre au tableau, l'abus surprise de flou sur les arrière-plans qui sonne souvent comme un affront à la toile de maître 3D peinte par Chris Wedge. Pourtant même si ce flou s'invite trop régulièrement quelques secondes de-ci de-là sur des plans rapprochés ou semi larges, il finit souvent par se faire complétement oublier, absorber littéralement par les nombreuses scènes top démo de profondeur 3D qui l'entourent. De plus lorsqu'il s'agit d'un vrai effet de blur 3D sur les arrière-plans pendant une séquence de déplacement dynamique, on trouvera que cela ajoute paradoxalement une vraie pointe de réalisme, et permet en plus de faire ressortir les effets de jaillissements très nets du premier plan.
Car Il faut dire aussi que le registre des effets de débordements et jaillissements 3D n'est pas resté à quai dans l'aventure, et que celui-ci se manifeste tellement régulièrement et naturellement au film de la narration, qu'on en prend également pleins les yeux à ce niveau. Tout à vocation dans le film à s'étendre naturellement hors du mur, parfois très légèrement (débordements 3D de 30 à 50cm hors du cadre), parfois très significativement avec des jaillissements permanents de plus de 1 mètre hors du mur de projection (bustes, têtes, éléments de décors qui s'affichent souvent hors du cadre). Mais de nouveau, ce sont les scènes de vol et combat à dos d'oiseaux qui assurent le spectacle, avec une profusion de jaillissements permanents d'oiseaux hors du mur, mais aussi de jaillissement arrière avec des oiseaux ou objets qui proviennent rapidement de derrière le canapé. Les effets de jaillissements de type projection sont également de la partie, car chaque tir de flèche de nos héros ou ennemis (l'arc est l'arme de prédilection, cela tombe bien) est matérialisé par un effet de projection 3D vers le spectateur, ou alors un effet de jaillissement arrière. On appréciera enfin quelques séquences artistiques superbes avec du polen ou particules de fleurs volant rapidement au milieu de la pièce.
Chris Wedge avait dit à propos de son fim : Epic 3D, c'est L'Âge de glace greffé à Avatar et au Seigneur des Anneaux, et il n'a pas tord car d'un côté on a des affrontements à dos de colibris et autres oiseaux qui possèdent le même potentiel top démo 3D que ceux à dos d'Ikran, avec un concept de monde parallèle (miniature) dans le monde réel qui rappelle le double monde d'Avatar, et de l'autre on jouit d'une beauté plastique sur de nombreux plans lorgnant sans conteste vers celle du dernier Hobbit 3D. Par contre il a oublié de préciser dans sa citation "avec du flou sur certains arrière-plans". Cela restera la seule déception issue par moment de ce film, mais comme mentionné dans ce test complet, la force des très bons films, est parfois de savoir camoufler et faire oublier leurs défauts via une mise en scène qui sublime leurs qualités, et en ce sens, Epic 3D est également une réussite incontestable.
Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D très bon dans l'ensemble
Des séquences en intérieur ou plans larges qui proposent une excellente profondeur 3D  et un très bon détachement 3D
Les séquences cultes de vol à dos d'oiseau avec une profondeur et un détachement 3D top démo (effet de vertige 3D)
De nombreux débordements 3D et jaillissements permanents légers (bustes, visages, décors de 50 cm à 1m hors du mur)
De bons effets de jaillissements pendant les scènes de vol (oiseaux hors du mur...)
De nombreux jaillissements de type projection (flêches qui sont dirigées vers le spectateur)
2-3 très belles séquences de jaillissement arrière (corbeaux et chauve-souris)
De très beaux (et rares) jaillissements permanents de pollen et particules dans la pièce



De nombreuses séquences avec une profondeur 3D limitée
L'abus de flou sur les arrière-plans lors des plans rapprochés ou semi-larges qui sabote ponctuellement la profondeur 3D
Le format 2.40





















>VOIR LE TEST COMPLET
1.
2.
3.
4.


jeudi, août 29, 2013


.