Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Baby Boss 3D Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
5/5
Bilan 3D :
Les connaisseurs et nos plus fidèles lecteurs savent que chaque année, Dreamworks hisse à minima 1 de ses films d'animation 3D dans le top 3 des meilleurs Blu-ray 3D sortis sur la même année ! Donc mécaniquement chaque nouvelle sortie est un véritable événement car les probabilités pour y trouver une production moyenne ou décevante sont quasi nulles. Et c'est avec une attention particulière que l'on se penche sur ce Baby Boss 3D, petit dernier du studio, car son ADN semble plus que prometteur ! On en profite aussi pour rappeler que l'on regrette qu'en cette année 2017, plus aucun éditeur ne semble avoir d'exemplaires d'évaluation en 3D car nous n'avons reçu simplement aucun Blu-ray 3D de la part du moindre éditeur : c'était déjà le cas pour les 2/3 des tests effectués en 2016, et en cette année 2017 nous avons basculé sur l'achat à 100% de tous les Blu-ray 3D que nous vous proposons ! Merci Halluciner.fr ... (on compte sur vous pour acheter via nos liens d'affiliation sponsorisés sur amazon pour financer et maintenir la meilleure qualité de suivi et de tests 3D dans nos colonnes). C'est parti pour le résumé technique dans les sections suivantes !

Le début du film signe immédiatement le retour d'un grand Dreamworks et l'on comprend immédiatement que l'on va en prendre plein les yeux pendant 1H30 ! Prenez un rendu 3D dans la même lignée qu'un Pingouins de Madagascar 3D par exemple, remplacer les pingouins par des bébés et vous avez à peu de chose près une idée de ce que vous allez trouver dans ce film, à savoir une profondeur 3D culte sur tous les plans et dans toutes les circonstances. Plans larges et panoramiques astronomiques, en particulier les vues de plafond ou aériennes, ce type de vue sidérant qui donne une spatialisation chirurgicale encore plus réelle que le réel ! Les distances à l'horizontal ne sont pas en reste non plus, avec les espaces maximum exprimés en permanence. On sera bluffés par exemple par les séquences de cauchemars avec des distorsions de couloirs qui semblent s'étendre à l'infinie ! Mention spéciale également pour les séquences dans le Convention Center de Las Vegas avec des volumes 3D ahurissants ! De plus, même les plans semi-larges sont parfaits avec la même précision dans le rendu 3D. Tout ceci n'est possible que parce que le détachement 3D est divin, permettant en permanence d'évaluer parfaitement les distances qui séparent chaque objet ou élément de décor. Enfin si l'on vous dit que le flou n'existe plus, cela vous indique que même les plans rapprochés prolongent le plaisir avec une gamme exempte de défauts ! Un travail 3D superbe !
 
Et les jaillissements 3D dans ce film ? Dreamworks n'a pas l'habitude de faire dans la dentelle en général, et attendez-vous à une production top démo sur la durée. Cela signifie déjà une gamme intense de jaillissements permanents en filigrane, avec des sorties régulières toutes les minutes à 2m voire 2m50. Puis lorsque les moindres occasions sont exploitées, on tape dans le festival de jaillissements façon "Le Manoir Magique" avec la débauche d'éléments qui flottent à 3m hors de l'écran en slow motion : on aura de la vaisselle, des tétines, des doudous, des corn flakes, des bonbons, du chewing-gum, une cassette audio, des fléchettes, de l'eau, de la bave, des objets divers et variés, souvent en grande quantité ! Des passages cultes ! Sans compter tous les personnages, bras ou mains qui sortent de 2m pendant les gros plans. Même les transitions entre les séquences donnent lieu à des passages énormes de travellings jaillissements, avec tous les décors que l'on traverse littéralement avec la tête ! Une gamme exploitée idéalement !

Au final, Baby Boss 3D est la claque visuelle que l'on attendait tous, à commencer par une profondeur 3D cliniquement exécutée et purement irréprochable, un détachement 3D qui assure une séparation des calques hyper réaliste et une gamme de jaillissement pleine et complète du début à la fin ! Dreamworks signe son grand film d'animation 3D de l'année, avec un visuel 3D et une mise en scène 3D lors de certaines séquences qui évoquent curieusement à certaines reprises (sans toutefois l'égaler) le rendu 3D issu du meilleur studio mondial en matière de film d'animation 3D, j'ai nommé nWave (Sammy 3D, Manoir Magique 3D, Robinson Crusoé 3D...). Un achat incontournable pour chauffer son matériel 3D qui se retrouve plutôt bien stimulé ces dernières semaines (Kong 3D, Ghost in the Shell 3D...)
Franck Lalane

Les points forts (+)
      • La profondeur 3D culte sur la du durée avec des effets de hauteur souvent sidérants
      • Tous les travellings jaillissements lors des déplacements dans la maison
      • Les jaillissements permanents de 2m à 2m50 hors de l'écran pendant tout le film (personnages, objets, décors...)
      • Les jaillissements cultes à 3m (doudous, bonbons, tétines, bulles d'eau etc..)
      • Les effets de projection hors de l'écran


Les points faibles (-)
    • Le format en 2.35
    What else ?


1.
2.
3.
4.


mercredi, août 02, 2017


.