Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Angry Birds - Le film 3D Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
5/5
Bilan 3D :
Sortant dans quelques jours aux US et en octobre en France (la version FR vient juste d'être repoussée d'août à septembre puis octobre), Halluciner.fr ne faillit jamais à son habitude, et signe de nouveau pour vous en avant-première le 1er test mondial d'une nouveauté Blu-ray 3D, bien avant les sites généralistes US ! Et c'est au tour aujourd'hui du célèbre jeu vidéo milliardaire Angry Birds, de tenter de se faire une petite place dans nos univers 3D. Et bien on peut tirer notre coup de chapeau à Rovio, qui n'est pas venu en touriste sur nos plates-bandes, mais plutôt bien armé pour faire un max de dégâts dans la scène !

On se penche tout d'abord sur l'effet de profondeur 3D. On ne peut qu'applaudir rapidement le studio en charge de la 3D, car manifestement il maîtrise non seulement tous les fondamentaux de la 3D, mais même les techniques des plus aguerris ! Il ne faut que quelques minutes pour prendre acte de la qualité top démo de la profondeur 3D, avec surtout un détachement 3D souvent bluffant entre chacun des calques positionnés à différentes distances pour chacune des scènes 3D ! En découle une perception superbement réaliste et naturelle des distances entre chaque objet, élément de décor ou personnage, et une matérialisation magnifique des volumes 3D. A l'exception de très rares flous artistiques sur certains horizons, on se prend une démonstration totale sur le sujet : des panoramiques à la 3D incroyable, des plans semi-larges avec un détachement 3D parfait, et même des plans rapprochés très réalistes. Mais le meilleur reste à venir : les effets de hauteur, vertige et volumes 3D dans les airs. Pour la 1ère adaptation en film 3D du célèbre jeu vidéo basé sur des attaques aériennes, on n'aurait pas rêver mieux que ce que Rovio nous propose dans ce film ! En effet, les angles de vue et cadrages sont toujours aux petits oignons et balayent même la saga Rio en terme de pertinence et réussite 3D. La scène d'introduction propose une expérience incroyable de chute libre dans les arbres, avec effet de vertige garanti par exemple. Mais on touche le Graal littéralement dans le dernier chapitre, lors de la très attendue transposition des célèbres combats à la catapulte dans le monde du film animé, avec des plans qui disposent d'une spatialisation extra-terrestre, avec profondeur insondable et décors fourmillant de détails. Du très bel ouvrage pour un tel 1er essai et on ne pourra que passer sous silence quelques mini et micro-défauts à quelques endroits ! Bravo !

  Et les jaillissements 3D dans ce film ? Le film apporte enfin de la matière pour les fans de 3D un peu en manque en 2016, on en conviendra, pour cause d'un marché un peu conservateur. On sera ravi de constater que le studio a misé à mort sur les jaillissements permanents, et a peaufiné chaque angle et cadrage pour maximiser les sorties d'écrans fortes, mais toujours naturelles ! On aura une profusion de jaillissements permanents statiques d'oiseaux ou de becs à 1m voire 2m hors de l'écran, notamment lors de gros plans épiques. Idem avec quelques éléments de décors qui peuvent parfois sortir généreusement. On aura droit aussi à des séquences d'action homériques, comme celle magistrale d'introduction, avec une séquence de chute libre à travers des centaines de branches d'arbres qui laisse K.O par tant d'immersion et de réalisme 3D, surtout lorsqu'on à l'impression de traverser tous les éléments de décors avec la figure sur le canapé. On aura aussi des séquences de jaillissements permanents animés, avec des animaux, des œufs, des plumes ou autres éléments ou particules qui viennent flotter au milieu de la pièce au ralenti. Mais c'est la surprise totale lorsqu'on découvre dans le dernier acte la mise en place des éléments constitutifs du jeu vidéo en film 3D, avec une bataille d'oiseaux catapultés sur le village des cochons avec un rendu 3D top démo ! Autant dire qu'il va pleuvoir des Angry Birds dans votre salon, avec tout un fracas de décors sur pilotis par la même occasion. Un registre d'effets 3D finement mené, car disposant toujours d'une intégration parfaite et naturelle dans la narration.

Au final on ne va pas tourner en rond : roulements de tambours pour Angry Birds - Le film 3D 'en colère', qui n'est pas venu faire de la figuration dans nos univers 3D, et débarque avec un registre 3D proche des meilleurs studios du marché, suivez mon regard, au hasard Dreamworks sur le marché de l'animation. Et le pire est qu'on sent encore une légère retenue dans le film, et que le studio aurait pu faire encore bien plus intense et violent : pour le prochain opus ? Un rating mérité de 5/5, qui même si les jaillissements frôlent mais n'obtiennent pas le 5/5, permet de saluer et tirer notre chapeau à ce bien bel essai transformé, dans un marché bien trop conservateur en 2016 : c'est le genre d'initiatives qu'on ne peut qu'encourager, surtout lorsque la copie dispose d'un format quasi idéal, le 1.85, qui avec le 1.78 commencent fortement à disparaître année après année !

Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D impressionnante sur la durée
    • La majorité des plans larges et panoramiques avec un excellent rendu de profondeur et volume 3D culte
    • Des séquences énormes de hauteur et vertige (intro, batailles dans les airs, final du film...)
    • Le détachement 3D sur les calques de 1er plans
    • Un festival de débordements d'écrans et jaillissements d’éléments ou personnages de 1m à 2m lors des gros plans (bustes, becs, corps...)
    • De superbes effets de projections pendant les séquences d'action : les Angry Birds catapultés littéralement dans le salon
    Les nombreux jaillissements permanents ou projections dynamiques : plumes, oeufs, débris ou animaux au milieu de la pièce...
    Le format en 1.85

Les points faibles (-)
    • Quelques rares plans larges avec une intensité de profondeur 3D amoindrie
    Les passages narratifs un moins démonstratif coté jaillissements



1.
2.
3.
4.


lundi, août 08, 2016


.