Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Kung Fu Panda 3 Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
5/5
Bilan 3D :
Sorti dernièrement aux US, voici certainement le messie qu'on attendait sur ce semestre pour remonter la moyenne des contenus 3D. Par de surprise en amont, car la garantie de trouver un nouveau contenu d'exception était double : 1. Un film d'animation 3D Dreamworks. /  2. Le 3e opus de la franchise 3D Kung Fu Panda. Car sauf si vous sortez de cryogénie, vous savez très bien que Dreamworks est depuis 5 ans le champion toutes catégories de la catégorie film d'animation 3D, avec chaque année une de ses productions qui finit en plus dans le TOP 3 de notre classement annuels des 20 meilleurs Blu-ray 3D de l'année ! De plus la franchise Kung Fu Panda s'est déjà illustrée comme excellente en rendu 3D à date. Vous en reprendrez bien une 3e assiette ?

On se penche tout d'abord sur l'effet de profondeur 3D. Pas de surprise pour décréter en fin de visionnage le statut littéral de top démo sur tous les effets de profondeur 3D dans ce film. On jouira déjà d'environnements toujours hyper spacieux, voire gigantesques, avec des étendues insondables, dans lesquels fourmillent des milliers de détails en 3D. Et c'est là que le détachement 3D intervient pour espacer de manière magistrale tous ces éléments, et les placer à leur juste place spatiale, et nous permettre de toujours percevoir de manière troublante et réaliste les distances qui séparent chaque objet, personnage ou élément de décor. Donc une claque magistrale sur chaque plan large, aussi bien de jour ou de nuit, avec ces villages lovés au sommet des plus grandes falaises (vertige assuré et panoramas à couper le souffle). Pour les plans semi-larges, c'est du même acabit avec toujours une découpe chirurgicale entre les différents calques. Et enfin même les plans rapprochés ne rougissent que par moment, car le rating général reste toujours excellent sur la durée. Mentions spéciales pour les séquences cultissimes de combats aériens, avec des passages divins sur les effets de volumes et distances 3D, et une spatialisation incroyable des différents éléments, le tout avec des teintes et filtres poétiques qui renvoient à un design ultra artistique.

Et les jaillissements 3D dans ce film ? Sur les traces des 2 précédents opus, voici un registre de jaillissements très dynamique qui distribue régulièrement son lot de jolies sorties d'écran. On parle déjà d'une grande quantité de débordements et jaillissements permanents de 1m à 1m50 hors de l'écran : essentiellement des éléments de premier plan de type décor, buste, statues, ou éléments flottants. Ensuite c'est dans les séquences d'action que les choses s'accélèrent, avec une intensité forte sur les jaillissements permanents, avec souvent des sorties de 2m hors du cadre, qui se heurtent hélas à la limite technique du format d'image et de son ratio de 2:40, générant mécaniquement un max de windows conflicts. Qu'à cela ne tienne, cela ne gâche que très légèrement l'impact et le plaisir. On appréciera d'ailleurs la séquence culte du combat final, avec parfois des zooms sur le vilain Kai, avec sa tête qui sort de plus de 3m hors de l'écran. Dans les effets 3D récurrents, on jouira souvent des lancers de dagues avec chaînes de Kai, toujours en direction de la caméra, alternant entre jaillissement permanent ou effet de projection en fonction de la vitesse d'exécution ou de sortie d'écran. On trouvera aussi d'autres formes de projection, comme des débris, particules, rayons lumineux ou halos, et enfin eau lors des différents impacts. A noter enfin de superbes passages de jaillissements d'eau ou de flocons qui tombent verticalement, lors des passages enneigés. Idem avec un long passage de jaillissement permanent de pétales qui flottent partout au milieu de la pièce.

Au final Kung Fu Panda 3 3D est bien le top démo qu'on attendait sur ce semestre, et on remerciera Dreamworks de nous redonner beaucoup de plaisir dans le visionnage d'un contenu dédié aux amateurs et experts d'effets 3D. Certes le format en 2.40 est toujours très limitatif, et on n'ose imaginer le même film, étendu en 1.78. Comme toujours, les possesseurs de TV 3D seront les moins gâtés par cette dotation d'effets 3D, car comme ces effets de débordements et jaillissements permanents restent toujours subtilement intégrés à la narration avec une intensité très bien dosée, ils auront du mal à capter à la volée tout ce flux de sorties d'écran moyennes. Par contre dès que les sorties d'écrans se voient plus appuyées, elles feront le bonheur de tous les possesseurs de matériels 3D. On pense ainsi aux combats d'anthologie qui figurent dans cet opus, où on est plus proche des affrontements aériens cultes d'un Dragon Ball que de simples combat d'arts martiaux. A consommer sans modération, en gardant un 3e œil sur la beauté artistique de tous ces plans panoramiques aux couleurs filtrées si caractéristiques. Wow !
Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Intensité de la 3D insolente sur le registre de la profondeur et du détachement
    • Décors toujours d'une netteté incroyable, même avec un affichage de l'horizon à perte de vue
    • Profondeur de champ 3D verticale  exploitées au maximum : séquences de vertige et hauteur
    • Pas de flou sur les arrière-plans
    • Des débordements d'écrans et jaillissements réguliers d’éléments ou personnages à plus de 1m50 hors du mur (buste, décors, têtes etc…)
    Des effets de jaillissements type projections (débris, bois, matière, eaux, rayons lumineux...)
    Des jaillissements permanents cultes pendant les combats, avec des sorties d'écran furtives de 2m à 3m hors du cadre
    • De superbes jaillissements permanents de particules (flocons, pétales, eau, halos lumineux...)

Les points faibles (-)
    • Quelques rares plans rapprochés avec une intensité de profondeur 3D amoindrie et un peu de flou
    Le format castrateur en 2.40 pour les débordements et jaillissements permanents


1.
2.
3.
4.


lundi, juillet 04, 2016


.