Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Ant-Man Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
4,7/5
Bilan 3D :
Sortant dans quelques jours en France, Ant-Man 3D s'extrait à l'instant de notre banc d'essai et nous livre enfin son ADN tridimensionnel. Voici un nouveau double défi pour Marvel : une nouvelle franchise de super héros à faire adhérer au public, mais aussi une nouvelle tentative de s'améliorer et de battre ses précédentes performances en matière 3D. Si à date la meilleure réalisation Marvel en 3D demeure The Amazing Spider-Man 2 3D sorti l'année dernière, voici une nouvelle occasion de faire déjà mieux que le bon, perfectible et peu ambitieux Avengers 2 3D sorti en septembre. Alors quid de ce Ant-Man 3D ?

Avant toutes choses, il convient de mentionner que Marvel ne laisse rien au hasard, en confiant la conversion 3D de son nouveau rejeton au meilleur studio 3D mondial en la matière, Stereo D. En faisant ce choix stratégique et en faisant appel au studio qui a encore fait fleurir des top démo notés 5/5 en rendu 3D ces derniers mois, on peut dire que la marge d'erreur demeure limitée. Et c'est vrai ! Ant-Man est une très belle réalisation 3D en terme de profondeur 3D, et si il ne réitère pas complétement l'exploit de ses derniers petits camarades de conversion, il peut se targuer de faire au moins aussi bien sur les plans larges et panoramiques. En effet, l'effet de profondeur s'y montre généralement top démo, avec un détachement 3D tonitruant entre les éléments de décors et personnages, chaque calque et contour bénéficiant d'une mise en relief très impressionnante. On adorera d'ailleurs la première séquence de miniaturisation de Ant-Man dans cette déjà culte baignoire de salle de bain, avec des effets d'échelle, hauteur et profondeur top démo ! De manière générale les plans larges se montrent optimaux dans le monde réel, et bénéficient même d'un surcroit d'intensité lors des passages dans le monde microscopique. Mentions spéciales d'ailleurs pour ces incessantes variations de taille en 1/2 seconde du héros, qui transcendent ces effets d'échelle dans des décors 3D. En ce qui concerne les plans semi-larges, ils tiennent encore le choc et arrive régulièrement à faire l'impasse sur les flous d'arrière-plans. C'est véritablement sur les plans rapprochés que l'on trouvera le plus de flou (toutes proportions gardées), et c'est sur cette composante que le film laissera filer sa 5e étoile en note de profondeur 3D. Enfin l’œil de lynx trouvera aussi par exemple quelques traces de flou lors de l'affrontement aérien en plans larges entre Ant-Man et Yellow Jacket (effet de hauteur dans les nuages mal optimisé).

Et les jaillissements 3D dans tout cela ?  Si l'effet de profondeur livre une copie presque parfaite en la matière, on sera un peu plus réservé sur le registre de jaillissements. Autant prévenir tout de suite que le studio a opté pour une gamme soft et discrète, mais pas pour autant invisible, bien au contraire. Car le film concentre ses efforts sur les débordements et les jaillissements permanents légers d'éléments de décors hors du mur. Certes ce ne sont pas les effets 3D les plus démonstratifs, et il est à parier que certains consommateurs ne les apprécieront pas toujours à leur juste valeur. Au programme des éléments latéraux de premiers plans qui sortent de 50cm à 1m hors du mur, des bustes parfois à 1m50, idem avec des bras ou des armes. Le film sort enfin des sentiers battus à quelques reprises lorsqu'il matérialise de superbes mais rares jaillissements permanents de fourmis volantes au milieu de la pièce, tantôt en jaillissement avant puis arrière. Idem lors des scènes de combat, on profitera de jolis effets de projections de toutes sortes, avec des disques, des lasers, des éléments qui évoluent ou flottent au milieu de la pièce. Tout cela reste toujours intégré avec finesse dans la narration, et reste concentré principalement dans quelques scènes d'action stratégiques. Par contre mentions spéciales pour la séquence finale dans le monde sub-atomique : une séquence onirique, artistique, subliminale, mais surtout avec un rendu 3D top démo et une profusion de "travellings jaillissements", qui évoque légérement pendant une poignée de secondes, le plus grand top démo 3D à date, Lichtmond 3 3D (oui de loin quand même, mais dans le même esprit).


Au final, le temps est venu enfin pour Marvel de savourer sa première victoire historique, sa plus belle conversion 3D à date et son meilleur film 3D de son line-up : Ant-Man 3D ! Les chances de louper le coche restaient minimes en confiant la conversion 3D au studio extra-terrestre Stereo D, qui détient depuis 3 ans sa propre pierre philosophale tridimensionnelle pour transformer en or tout ce qu'il touche ou presque. C'est pratiquement missions réussie ici, pratiquement, car malgré le format royal en 1.85, on sent qu'il manque quelques touches d'optimisations pour aller chercher le 5/5 : manque de jaillissements à de nombreuses reprises (qui montre que si un film n'a pas été pensé un minimum en 3D, même dans le cadre d'un tournage en 2D et d'une future conversion 3D, le studio en charge de la conversion ne peut pas toujours faire des miracles), et présence de flous à certains endroits, évidemment inhérents au matériau 2D d'origine et à la captation initiale, délicats à gommer en post-prod. Vous êtes fan de Marvel ? Vous aimez la 3D ? Envisagez de l'acheter sans regret ! Idem si vous souhaitez faire un cadeau de noël à des fans de super-héros, car cette nouvelle franchise fait preuve d'une grande inventivité dans sa mise en scène, et bénéficie d'une technique soignée. N'ayant pas eu le temps de le prendre en compte dans notre classement annuel des 20 meilleurs Blu-ray 3D sortis en 2015, vous pouvez d'ores et déjà considérer qu'il rentre à minima autour de la 15e place. Pas mal quand même !
Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Intensité de la 3D très bonne sur le registre de la profondeur et du détachement
    • Profondeur 3D top démo sur les plans larges et panoramiques
    • Des débordements d'écrans et jaillissements réguliers d’éléments ou personnages de 50cm à 1m hors du mur (buste, décors, têtes etc…)
    Des effets de jaillissements type projections (verre, débris, eau, laser, matière...) pendant certains combats
    Quelques jaillissements permanents intenses : disques projetés vers le spectateur, bras tendus, armes..
    Les séquences énormes de jaillissements avant/arrière d'insectes volants au miliieu de la pièce
    • La séquence culte finale dans le monde sub-atomique avec un festival de "travellings jaillissements"
    • Le format royal en 1.85

Les points faibles (-)
    • Pas mal de plans rapprochés avec une intensité de profondeur 3D amoindrie et un peu de flou
    Un manque flagrant de jaillissements 3D sur la durée



1.
2.
3.
4.


mardi, novembre 24, 2015


.