Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Mad Max : Fury Road Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.


JAILLISSEMENTS 3D :

Note
4,1
Jaillissements :  
Après l'analyse sur l'effet de profondeur 3D, on se focalise désormais sur la palette des jaillissements 3D.

De la même façon que la profondeur 3D se montre parfaitement exécutée, cela ne sera pas une surprise si l'on vous dit que le registre des jaillissements est entre de bonnes mains.

On trouve tout d'abord un très bon niveau de débordements et de jaillissements permanents qui s’exécute en tâche de fond.

Mieux, à la moindre occasion, George Miller pousse les curseurs au paroxysme avec des jaillissements permanents de plusieurs mètres !

Mais là où ce nouveau maître de la 3D fait très fort, c'est dans l'art de mettre en scène et d'afficher ces effets 3D.

Comme l'apanage des grands classiques et Hits 3D, comme Avatar 3D ou Gravity 3D, Miller sait afficher une quantité impressionnante de sorties d'écran, avec une douceur exceptionnelle !

Tout s'inscrit toujours parfaitement dans l'action, avec une intégration parfaite, de sorte qu'on ne voit pas forcement tout tout de suite, car ces effets 3D contextuels sont souvent éphémères, et sont là uniquement pour renforcer l'immersion à l'instant t, et non pas planter un gros effet 3D artificiel en post-prod juste pour dire "nous aussi on sait mettre des gros effets 3D".

Une fois lu ceci, vous aurez compris que Miller, c'est n'est pas le Van Damme de la 3D, mais au contraire un véritable Mozart des effets 3D !

Et pour faire une énième mise au point auprès de certains récalcitrants, qui penseraient que Miller n'y est pour rien dans le résultat visuel du rendu 3D, puisque c'est une conversion 3D, et que c'est le studio de conversion qui doit tirer toutes les éloges, on leur rappelle qu'ils n'ont absolument rien compris au travail préparatoire pendant le tournage !

Sachez que pour arriver à un tel résultat, même si le film a été capté en 2D, tous les plans ont été pensé au amont en 3D et au résultat final lorsqu'ils seront convertis en 3D ! Le studio de conversion 3D n'est pas un magicien, il ne change pas les plans et les cadrages, voyons !

Mise au point faite, on trouvera dans ce film de nombreux passages avec des jaillissements permanents au top : des bustes au milieu de la pièce, et mieux, des bras ou des armes pointées généreusement vers le spectateur à plus de 2m50-3m !

Et quand ce n'est pas notre pauvre Max, attaché au capot d'une voiture, exhibée à 2m50 hors du mur !

Un autre effet 3D qui se montre excellent, et qui est utilisé à outrance dans le film (pour notre grand plaisir), c'est les travelling ou zooms sur le convoi, qui permet d'afficher tout l'avant du camion à 2m hors du mur.

Plus tard on aura aussi un passage où Max utilise un fusil sniper, qui sort presque de 3m hors de l'écran en oblique vers la droite.

Dans les combats, il ne sera pas rare d'avoir des projectiles qui partent furtivement sur le canapé, et qui prennent toujours par surprise d'ailleurs.

En parallèle, on trouvera un festival délirant de jaillissements permanents de particules : du sable par container qui vient souffler dans la pièce, et pire, une quantité incroyable d'étincelles à chaque affrontement et frottement de matières !

Et tout ceci vient jusqu'au canapé de manière furtive ! On peut aussi parler de quelques passages réussis d'explosions, avec des débris ou de la fumée qui s'affichent hors de l'écran.

Le film finit par un superbe gag de jaillissement : la fameuse guitare du film, qui vient se balancer jusqu'à 3m hors du mur, accrochée à des chaînes, ainsi qu'un volant projeté sur le canapé. The end et quelle leçon d'immersion 3D !




1.
2.
3.
4.

samedi, septembre 05, 2015


.