Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Pourquoi j'ai pas mangé mon père 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.


IMAGE & PROFONDEUR 3D :

Note
4,1/5
Profondeur :  
Le premier constat commence par les qualités plastiques de l'image : la palette colorimétrique est bonne, les noirs et contrastes sont corrects, et la luminosité bien gérée.

On se penche maintenant sur l'effet de profondeur. Les premiers plans larges sont rapidement rassurants et disposent d'une bonne profondeur 3D.

On apprécie immédiatement l'excellent détachement 3D sur les quelques calques en avant-plans, séparation qui s'applique bien jusque vers les éléments relativement lointains.

Les plans panoramiques sont souvent bons également, souvent, car de rares plans pourront encore paraître écrasés.

La poursuite du film confirme globalement le constat, et en ce qui concerne les plans rapprochés, c'est sur ceux-ci qu'on constatera de manière classique la plus grande dose de flous ponctuels sur les arrière-plans.

Si 30% des plans sont vraiment excellents sur la profondeur 3D, une grande partie également est également intéressant sur l'effet de vertige 3D.

En effet on a bien de très jolis passages perchés dans les arbres, avec un excellent effet de hauteur 3D lorsque l'on aperçoit les simiens tout en contrebas.

Si on pousse l'analyse, le seul vrai défaut du film est de manquer souvent d'intensité uniquement sur le calque d'arrière-plan, qui se montre souvent un peu fondu dans le décor, et pas assez séparé en terme de parallaxes.

Cela signifie que la force stéréoscopique (niveau de parallaxe) est souvent excellente du premier plan, jusqu'à environ 90% de la distance de profondeur max de la scène : c'est l'horizon lointain qui manque parfois de parallaxe, cet ultime calque qui semble avoir été souvent un peu négligé (avec du flou régulièrement aussi).

En ce  qui concerne les passages dans le noir, on y trouve un détachement 3D et une visibilité un peu en retrait, mais rien de grave.

De manière surprenante, il peut aussi arriver de trouver des séquences en plans rapprochés ultra réussies.

Une bonne profondeur 3D dans l'ensemble, plutôt stable sur la durée, un bon détachement 3D, mais des éléments lointains assez souvent peu mis en valeur.


1.
2.
3.
4.

jeudi, août 13, 2015


.