Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Meilleurs Blu-ray 3D sortis en avril 2015 - 1er


1er : LES PINGOUINS DE MADAGASCAR 3D





Note
5/5
Bilan 3D :  
Le moment est solennel : prenons le temps ensemble pendant une minute de reposer le décor ! Le studio aux mains d'argent Dreamworks Animation, qui est à ce jour leader sur la production de masse de films d'animations 3D top démo, nous propose déjà en ce début d'année son plat de résistance 2015 ! On sait déjà qu'on ne peut pas être déçu avec le rendu 3D de son nouveau rejeton. Pourtant il y a encore mieux : il y a dans le titre de ce nouveau film d'animation le mot presque anodin "Madagascar", et il en faut pas 10 secondes pour comprendre l'enjeu de cette nouvelle production 3D. Car oui c'est à la fois une sorte de suite spirituelle à Madagascar 3 3D qu'on nous sert sur un plateau : à la fois un spin-off basé sur notre quatuor de pingouins frappadingues, mais aussi et surtout une suite technique 3D au chef d’œuvre original. Et comme si cela n'était pas suffisant, on nous offre un environnement scénaristique digne des meilleurs films, avec une parodie réussie de James Bond, et qui dit parodie, dit inévitablement des clichés à la saga culte du genre, j'ai nommé Austin Powers ! Car oui le Docteur Octavius fait régulièrement référence au docteur Denfer ! Alors on se prépare à l'événement, on fait chauffer son matériel et on partage ensemble le résumé de l'expérience 3D qui s'annonce mémorable ci-dessous !

Il ne faut pas plusieurs minutes pour comprendre que l'on a affaire à la même lignée de profondeur 3D d'anthologie, lignée amorcée avec Madagascar 3D et Les Cinq Légendes 3D pour ne citer que ceux-là ! Les environnements au Pôle Nord nous décrochent la mâchoire avec cette profondeur de champ hallucinante, cette absence de flou sur tous les plans (larges ou rapprochés), qui met en avant une spatialisation 3D top démo. Sensation d'ouverture et d'agoraphobie dans les extérieurs, sensations de vertige lors des premières séquences de chutes au bord de précipices, le spectacle est magistral. La suite de l'aventure nous fait découvrir en 2e environnement Venise, qui se révèle une nouvelle claque magistrale 3D et le pendant du non moins culte Monaco 3D dans Madagascar 3 3D ! Effets de perspectives au top, effets de distance, effets de hauteur, tous les superlatifs caractérisent cette 3D, aussi bien sur les extérieurs de jour, que les intérieurs sombres : la découverte de la planque du Docteur Octavius permet de mesurer de nouveau l'excellence dans la gestion de profondeur en environnement intérieur plus ou moins éclairés ! Des salles confinées au hangar principal, on absorbe la moindre parcelle de volumes 3D comme si on y était ! On notera dans la suite de l'aventure des séquences cultes dans les airs, avec une traversée insolite à la James Bond de plusieurs avions de ligne, une séquence énorme de glisse au raz de l'eau, des séquences de vol dans des vaisseaux etc... Et que dire enfin du détachement 3D qui est toujours optimal, permettant toujours de mesurer parfaitement les distances qui séparent chaque personnage, objet ou élément de décor. Au final une copie parfaite rendue sur la profondeur 3D, la hauteur 3D et le détachement, dans les types d'environnements possibles et une belle leçon de techniques pour les concurrents poussifs de ces derniers temps !

On arrive au point culminant de ce résumé technique : les jaillissements 3D ! Oui, la relève de Madagascar 3 3D est assurée en 2015 avec ce petit dernier ! Il y a dans ces Pingouins de Madagascar 3D un ADN commun évident, qui fait la part belle aux jaillissements permanents et aux effets de projections à tout va pendant la séance 3D. On trouvera même que la palette de jaillissements constatée se trouve idéalement répartie sur la pellicule, signifiant par la même occasion la quasi absence de temps morts sur les jaillissements sur la durée ! Une prouesse ! Et les amateurs de jaillissements en auront pour leur argent car il y en a pour tous les goûts : des moyens et des gros, souvent des gros d'ailleurs, avec des sorties à plus de 2m hors du mur. L'exercice de résumé sur un tel film est périlleux, et nous vous invitant à lire en détail la section jaillissements de ce test 3D pour en avoir un meilleur aperçu. En gros on trouve tout d'abord de très nombreux débordements et jaillissements permanents de personnages et décors à 1m-1m50 pendant tout le film. Mieux, le fait de mettre en scène des personnages principaux de plus petites tailles que ceux de Madagascar 3 3D (principalement des pingouins et des pieuvres) permet d'optimiser les incartades et invasions d'espace au milieu de la pièce tout en minimisant les windows conflict ! Bien vu ! Ainsi on aura de nombreuses séquences cultes de jaillissements permanents à plus de 2m hors de l'écran, avec des pingouins, des tentacules de poulpes, des objets de décors saillants qui viennent se balader dans la pièce.  Le début du film commence fort d'ailleurs avec de la neige et des flocons au milieu de la pièce, puis de nombreuses sorties d'écran dans l'action. Si on devait caractériser ce film avec 3 points forts, on dirait ceci : le premier est l'intégration lumineuse de bandes noires supplémentaires lors des séquences de projections cultes, pour renforcer l'effet d'intrusion de l'objet dans la pièce. On le voit la première fois lors de la séquence du harpon au début, puis plus d'une dizaine de fois dans le film. Le 2e point fort, c'est l'utilisation extrême et incessante du tandem jaillissement permanent / effet de projection, avec presque toutes les minutes des personnages ou des objets qui virevoltent furtivement dans la pièce ! Certaines séquences sont assez incroyables dans ce sens et cela n'arrête pas ! Le dernier point fort, qui devient presque une vraie innovation dans ce film, c'est l'exploitation à outrance des travellings-jaillissements comme on pourrait les appeler : ces travellings avant en vue subjective, avec le sol étiré au milieu de la pièce, où on se prend littéralement tout les décors dans la figure comme dans l'intro de Dragon Gate 3D ! Énorme car il y a une tonne de ce genre d'effets dans le films...

Au final, le triple visionnage que nous avons effectué au préalable avant de vous livrer ce test fut en tous points culte ! On a bien affaire à un Dreamworks 3D survitaminé, digne de sa réputation, avec des effets 3D toujours parfaitement pensés, cadrés, calibrés et intégrés à la narration. Une profondeur 3D qui coupe le souffle en permanence, des passages avec des effets de vertige grisants, et une palette incessante de sorties d'écran avec toutes les intensités possible, histoire d'avoir toujours l'opportunité de vous travailler au corps pendant tout le film ! Les yeux fermés, on sait déjà que ce Pingouins de Madagascar 3 3D atterrira dans le top 10 de notre futur dossier de décembre 2015, les 20 meilleurs Blu-ray 3D sortis en 2015 ! Un dernier mot pour saluer l'humour extra présent pendant toute la narration, qui permet à la série d'effectuer véritablement une convergence vers une audience plus mature, avec une bonne dose de clichés au cinéma et aux parodies d'espionnage qu'on dévore sans modération, et en particulier des clins d’œil directs à Austin Powers et au Docteur Denfer (la découverte de la slim rose finale du dernier acte de ce Dreamworks, avec des cœurs roses en suspension partout, est une évocation évidente du celèbre 'Mojo' pour les connaisseurs) ! Même les thèmes musicaux sont parfaitement inspirés ! Allez vite on attend maintenant la version française du Blu-ray 3D prévue pour le 17 avril ! Et encore bravo !
Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Intensité de la 3D insolente sur le registre de la profondeur et du détachement
    • Décors toujours d'une netteté incroyable, même avec un affichage de l'horizon à perte de vue
    • Profondeur de champ 3D verticale  exploitées au maximum : séquences de vertige et hauteur
    • Pas de flou sur les arrière-plans
    • Les nombreux 'travellings-jaillissements' avec un rendu 3D incroyable
    • Des débordements d'écrans et jaillissements réguliers d’éléments ou personnages à plus de 1m-1m50 hors du mur (buste, décors, pingouins, pieuvres etc…)
    • Un festival hallucinant d'effets de jaillissements type projections (pingouins, poulpes, fusées, feux d'artifice, vaisseaux, harpon, balle de sniper/cacahuète...)
    • Quelques effets superbes de jaillissements permanents lors des plans aériens (pingouins, pieuvres, tentacules qui sortent complétement du mur)
    • Une séquence météo culte : les jaillissements permanents de neige et flocons au Pôle Nord
    • Quelques jaillissements permanents arrière excellents
    • Les bandes noires rajoutées sur les effets de projections extrêmes pour renforcer l'illusion d'intrusion de l'objet dans la pièce
    • Le format presque royal en 1.85

Les points faibles (-)
    • Quelques rares plans rapprochés avec une intensité de profondeur 3D amoindrie
    • Manque un tout petit peu de jaillissements d'effets météo pour compléter le tableau







1.
2.
3.
4.


vendredi, mai 08, 2015


.