Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Black & White: The Dawn of Justice Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
3,4/5
Bilan 3D :
Si il y a bien une chose qui s'affiche avec le temps comme une forte probabilité, c'est la qualité perfectible des conversions 3D asiatiques. Alors que d'un côté on sait qu'une 3D native en provenance de ces contrées exotiques est potentiellement synonyme de top démo (cf Detective Dee 3D), on a appris aussi avec le temps que les stéréographes asiatiques ont encore quelques progrès à faire lorsqu'il s'agit de conversion 3D. On retrouve ainsi beaucoup d'approximations sur le rendu 3D sur une des composantes, tandis que sur l'autre on trouve une palette assez discrète sur l'ensemble. Rien de bien excitant en somme.

D'un côté on appelle à la barre la profondeur 3D pour assurer sa défense. Il faut dire que l'avocat de la partie adverse a de quoi plaider contre cette production, en dépit de qualités manifestes à de nombreux endroits. Quel est le sujet ? Les gros problèmes de positionnements et d'espacements réglés en postprod entre les différents calques. Si d'un côté on pourra rarement se plaindre de ne pas avoir de volume 3D sur les plans larges et panoramiques, avec une bonne profondeur 3D relative, on regardant de plus prêt il y a souvent quelques détails qui fâchent, avec une spatialisation au rendu parfois anti-naturel, suspecte voire franchement truquée par endroit. Les asiatiques ont souvent des problèmes pour harmoniser l'intensité de la profondeur 3D sur la durée, avec cette agacante manie d'avoir la main lourde sur les parallaxes ou les distances absolues entre les calques (cf le dernier Inferno 3D par exemple). Cela occasionne des plans parfois surréalistes, comme cet hélicoptère qui en ouvrant sa porte coulissante, révèle un intérieur large de 10m comme une piscine domestique... Heureusement qu'on trouvera aussi de nombreuses séquences en extérieur réussies, comme la catastrophe urbaine premium avec cette onde EMP qui se propage sur toute la ville. La catastrophe aérienne est, elle, en revanche un peu moins impressionnante sur le final. Par contre la séquence d'explosion de pont est très bonne, et celle d'évasion par le toit d'un gratte-ciel quasiment culte. Et pour tout le reste ? C'est vraiment fadasse et sans saveur ! Attendez-vous à trouver souvent du quelconque voire du décevant sur les plans semi-larges ou rapprochés, avec autant d'effet plat que de flou sur des arrière-plans. Bon a aussi aussi des plans réussis qui sont insérés dans la dotation !

De l'autre, on demande la plaidoirie de Monsieur Jaillissement, et il n'a hélas que peu de choses à rétorquer sur la durée. On trouve tout d'abord un léger niveau de débordements et jaillissements permanents de 50cm (à 1m) hors de l'écran. On trouve au début du film un salto réussi avec un héros qui saute à 3m, des effets de projections réussis avec poussière et débris sur le canapé. Après plus rien pendant 50% du film, et un petit retour en grâce vers la fin, avec notamment une séquence culte d'avions de chasse qui traversent plusieurs fois la pièce en jaillissement avant puis arrière. On oubliait une séquence fragmentée réussie de pluie en jaillissement permanent à 2m. Et voilà, la parole est maintenant au Président du Jury !

Au final Black & White: The Dawn of Justice 3D est une petite production asiatique juste satisfaisante, et loin d'être bonne, car en dépit d'un volume 3D souvent perceptible en plans larges, on se mange aussi tout la farandole de problèmes de détourages et approximations spatiales de calques, ainsi que pas mal de séquences trop plates ou floutées, avec très peu de jaillissement en somme. Ce n'est pas le produit de l'année, cela se laisse regarder en 3D, mais avec un tel rendu 3D en dent de scie, on avouera que les 2H du film ont semblé un peu longues, alors la mise en scène et les SFX se montrent réussis, et que le film multiplie les séquences d'action dans des environnements spacieux de jour ou en hauteur. Une des productions 3D asiatiques finalement les moins homogènes et qui passent à côté de son plein potentiel 3D, et bien loin du très bon Rise of the Legend 3D testé récemment ! Au suivant !
Franck L.

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D satisfaisante sur la durée
    • Les plans larges et panoramiques qui proposent une bonne profondeur 3D et de bons volumes 3D
    • Un peu de débordements 3D et jaillissements permanents de 50 cm à 1m hors du mur
    • Les effets de projections de poussières ou débris lors des explosions ou collisions
    • Les vues de hauteur vertigineuses (séquence du pont qui explose, puis évasion du haut d'un gratte-ciel)
    • Une séquence furtive excellente en jaillissement permanent avec des avions à réaction qui traversent la pièce plusieurs fois (avant / arrière)
    • 2-3 jaillissements permanents intenses (plus de 2m de sortie : un salto avant etc...)

Les points faibles (-)
    •  Les gros problèmes de détourages autour des personnages : effet de halo 3D et rendu qui sonne faux (attention aux têtes avec trop de cheveux...dur dur à détourer)
    • 50% du film avec un effet de profondeur 3D décevant
    • L'effet de profondeur qui varie trop en fonction des plans
    • Les distances et positions spatiales exagérées entre les calques sur les plans larges
    • Trop de flou sur les plans semi-larges et rapprochés
    • Le format en 2.35


1.
2.
3.
4.


jeudi, avril 02, 2015


.