Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Stand by Me Doraemon 3D Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
4,5/5
Bilan 3D :
Le célèbre personnage Doraemon, héros de la franchise de manga japonais, débarque pour la première fois avec un rendu 3D digne d'un Pixar, et en 3D s'il vous plait ! Les premières minutes de visionnage mettent rapidement la barre assez haute, et permettent de prendre conscience que ce produit japonais est de grande qualité. Mieux, il possède dans son ADN des capacités insoupçonnées à nous surprendre, facteur qui est certainement le plus recherché lors d'un visionnage de contenu 3D ! Alors certes le classicisme 3D prend le lead et règne sur 85-90% du film, mais il y a sur ces 10-15% le grain de folie qu'on attendait, l'effet de surprise total avec des passages 3D top démo ! Mais reprenons dans l'ordre !

Dans ce Doraemon 3D, on trouve tout d'abord de la bel ouvrage sur l'effet de profondeur 3D. Travail soigné sur 50% du film, avec une profondeur qu'on peut qualifier de très bonne, et production plus classique et passe-partout sur les autres 50% avec quand même pas mal de séquences qui en jettent. On louera les plans larges souvent magnifiques, les séquences de vol avec effet de hauteur démonstratif, et on jubilera devant chaque vue de dessus ou caméras de plafond, qui donnent une spatialisation 3D exceptionnelle. Si les plans panoramiques fonctionnent toujours très fort, les plans semi-larges eux évoluent entre le très satisfaisant et le bon, tandis que les plans rapprochés se montrent comme souvent les moins significatifs. On notera une curiosité plutôt agréable, le rendu de la profondeur 3D de nuit souvent supérieur à celui de jour ! Enfin on note que plus les endroits sont confinés, plus le détachement 3D est exemplaire entre les éléments et personnages ! A noter quand-même quelques de baisses de régimes sur des plans semi-larges, ainsi que de rares effets de calques superposés.

Mais c'est sur le registre des jaillissements que se situe aujourd'hui le focus dans ce film ! Avec un cahier des charges très atypique, voici aujourd'hui un film d'animation qui parvient à décrocher une très bonne note sur le sujet, rien qu'avec une poignée de séquences de jaillissements qui se comptent sur les doigts de la main ! On aura compris que si le registre fait défaut sur une grande partie du film pour cause d'absence de sorties d'écran significatives et répétées (on note principalement des débordements 3D réguliers de 50 cm hors de l'écran), c'est que ces fameuses rares séquences mettent littéralement un coup de massue, pour peser autant dans la balance. Pour commencer soft on aura quelques effets de jaillissements furtifs ou de projections avec des personnages, ou une langue pendante à plus de 2m hors de l'écran, mais cela reste bien basique par rapport au marché. Non, là où le film nous permet de sortir enfin des sentiers battus, c'est lors de cultissimes séquences de vol en jaillissements permanents à plus de 2m50-3m hors de l'écran ! Imaginez du pur Samy 1 3D pendant quelques minutes, avec un personnage qui vole, et fonce en flottant à minima au milieu de la pièce, et le tout sans aucun windows conflict et ce quelle que soit l'action qui se déroule ! On a la berlue : Peter Pan pourrait même en prendre de la graine ! Certes ce ne sont que quelques minutes comparativement aux 45 minutes du dernier OVNI de la 3D Lichtmond 3 3D, mais quelles minutes fantastiques et top démo, surtout quand en plus on bénéficie de travellings-jaillissements ! Et pourtant ce n'est pas tout, car un 2e temps fort unique vient encore remettre le couvert : une séquence culte de 2 minutes avec des forces de fumées maléfiques qui attaquent nos héros à l'intérieur de la maison, avec des jaillissements permanents délirants qui croisent tout l'espace de la pièce ! On a aussi 2 séquences énormes de jaillissements de balles de baseball à plus de 3 mètres hors du mur en slow motion pendant 10 secondes ! Enfin pour parachever le registre, on trouve accessoirement quelques écrans holographiques et autres machines à voyager dans le temps au milieu de la pièce, ainsi qu'une séquence de jaillissements permanents de neige pendant une tempête, qui dure... euh... 15 minutes quand-même ! Et oui il se défend le petit Doraemon 3D avec toutes ces minutes sur le registre !


Au final ce sont plusieurs sentiments qui se mélangent à l'arrivée : tout d'abord le sentiment d'avoir visionné un produit 3D marquant, qui sait sortir complétement de l'ordinaire pendant une dizaine de minutes, et qui nous fait découvrir rapidement une nouvelle gamme 3D (les fameux vols dans la pièce), mais aussi le sentiment que cette trouvaille est sous-exploitée sur la durée, alors qu'il y avait là matière à nous en mettre 30 bonnes minutes supplémentaires dans le genre pour signer le crime parfait 3D de tous les temps ! Dommage de nous mettre l'eau à la bouche dès le début du film, où on s'attend à une expérience hors du temps, pour ensuite se remettre dans des rails 3D classiques, qu'on va saupoudrer de quelques très belles séquences rares pour rejoindre le générique de fin. Bingo pourtant encore quand le film revient à la charge avec cette séquence magnifique de fumées noires jaillissantes intenses ! Et surtout 'oh my god' quand vient enfin le moment de revivre une 2e fois le baptême de l'air en 2e partie de film ! Il y a une majorité de films dont on sort content, avec l'incapacité de ressortir la moindre séquence et les effets 3D les plus marquants car tout se vaut dans le temps, d'autres films fadasses qui n'ont pas grand chose pour eux et qui n'ont pas les moyens de nous donner des arguments en fin de séance, et enfin d'autres films positifs, avec 3-4 passages marquants, qu'on citera spontanément et dont on se rappellera longtemps après ! Doraemon 3D fait partie de ceux-là, ceux qu'on hésitera peut-être à acheter juste pour ces 15 grosses minutes de jouissance, mais dont l'inventivité passagère et le coup de génie ponctuel sauront néanmoins marquer durablement les amateurs de 3D ! La petite pointe d'humour qui plane sur le métrage n'est pas déplaisante également !
Franck L.

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D bonne sur la durée
    • L'effet de hauteur et de profondeur 3D culte sur les plans aériens, vues de dessus ou caméras de plafond (intérieur)
    • Le détachement 3D très efficace dans les endroits confinés
    • Quelques débordements 3D réguliers sur la durée
    • Les séquences cultes de vol en jaillissement permanents : plus de 3 minutes de séquences digne de Samy 3D avec un personnage et des décors au milieu de la pièce et sans windows conflict ! Une des plus belles séquences de vol de l'histoire !
    • La séquence culte d'entités de fumées noires qui attaquent la maison avec du jaillissement permanent partout dans la pièce pendant 2 minutes !
    • Les 2 séquences de jaillissement culte de balle de baseball à plus de 3m hors de l'écran en slow motion
    • Quelques jaillissements permanents ou effets de projections intenses : personnage projeté sur le canapé, langue qui sort de 2m, machine à voyager dans le temps...
    • la séquence culte de jaillissement permanent de neige pendant 15 minutes (tempête avec intensité variable)
    • Le format en 1.85

Les points faibles (-)
    •  50% du film avec une profondeur qui connait quelques variations d'intensité
    • Certains plans en extérieur avec une spatialisation moins forte, et un détachement 3D trop estompé
    • Un peu de flou sur quelques plans rapprochés
    • Le manque de jaillissements en tâche de fond






1.
2.
3.
4.


dimanche, mars 29, 2015


.