Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test La Planète des singes : l'affrontement 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.


PROFONDEUR 3D :

Note
3,8/5
Profondeur :  
Le premier constat commence par les qualités plastiques de l'image : la palette colorimétrique est correcte, les noirs et contrastes efficaces, et la luminosité bien gérée !

On s'intéresse ensuite à l'effet de profondeur 3D dans le film : les premières minutes distillent une profondeur 3D de bon niveau, mais sujette à de nombreuses variations d'intensité.

Il suffit de poursuivre la projection jusqu'à la fin pour tirer le constat suivant sur le rendu 3D de ce registre.

Globalement la profondeur se montre palpable et visible sur une grande partie des plans (50%), avec un rendu 3D satisfaisant : pourtant sur le reste des plans, l'intensité 3D est trop faible et on a du mal à bien discerner toutes les couches (30%), tandis que sur 20% des plans on a une bonne profondeur 3D.

Ainsi on trouve 2 griefs principaux assez classiques : tout d'abord du flou sur les premiers plans, et parfois sur les plans semi-larges qui diminuent l'impact 3D des séquences, et la profondeur de champ générale.

Pourtant sur une autre partie des séquences qui échouent à convaincre, le flou est absent mais c'est cette fois-ci l'insuffisance de l'intensité 3D codée à la source qui explique la baisse de perception de la profondeur 3D (niveau de parallaxe 3D insuffisant sur les arrière-plans).

On trouvera aussi que parfois le détachement 3D est lui aussi limite pour aider à bien séparer les différentes couches de calques, et à percevoir les différentes distances entre chaque élément et décors.

Bonne nouvelle quand même donc : 20% des plans dégagent une bonne spatialisation avec de bons effets de distance ou de hauteur 3D : on trouve principalement les panoramiques, les plans larges, mais aussi des plans semi-larges réussis, ainsi que les caméras de plafond toujours bien valorisées.

Au final une profondeur 3D qui souffle le chaud et le froid, mais qui reste quand même très satisfaisante sur la moitié du temps de la narration.



1.
2.
3.
4.

jeudi, novembre 27, 2014


.