Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Meilleurs Blu-ray 3D sortis en octobre 2014 : 4e




4ème : EDGE OF TOMORROW 3D





Note
4,1/5
Bilan 3D :  
Tom Cruise nous revient avec un vrai rôle dans un film 3D et hérite pour ce Edge of Tomorrow 3D d'une belle mise en scène 3D, de nombreux SFX aboutis et d'un visuel esthétique qui rapprochent rapidement les combats de ce film de ceux d'un Starship Trooper. Doté en plus d'un scénario singulier, il conviendrait plutôt de rebaptiser ce film "Starship Looper" ! En ce qui concerne son cahier des charges technique 3D, c'est une vraie optimisation qui s'est opérée dans ce Blu-ray 3D versus l'édition ciné que nous avions encore en mémoire. En effet une composante a été ré-exploitée au maximum, tandis que l'autre n'a pas bougé d'un iota. Les paris sont ouverts ! D'après vous ? Et bien vous avez peut-être tout faux, car si la profondeur 3D donne dans le service minimum légal, le registre des jaillissements fait littéralement sensation dans les combats. Zoom ! En premier lieu, la profondeur 3D se montre juste satisfaisante au global, la faute à une intensité des parallaxes 3D pas toujours optimale, avec souvent un sentiment de séquences un peu plates, surtout en cette année 2014 où les standards 3D n'ont fait qu'évoluer à la hausse depuis l'année dernière. Maintenant il faut aussi rendre à César ce qui lui appartient : une moitié des plans sont mêmes bons niveau profondeur 3D (quelques rares très bons), contrebalançant avec les plans soit à la 3D soft, soit amoindrie par des flous d'arrière-plans. En parallèle, le film dispose déjà d'un bon niveau de jaillissement permanent de bustes ou visages hors du mur (1m à 1m50 hors de l'écran) avec les inévitables windows conflict puisque format en 2.40 ! Mais le vrai tour de force du film se situe autour des effets de projections : dans les innombrables combats (le concept du film légitime pleinement le mot 'innombrables'), on a droit à une déferlante de particules, débris, poussières, métal, éclats, bois, poussières, eau, sang alien etc lors des explosions et autres fracas issus des déflagrations ! Jouissif ! Cela permet de mettre en lumière un travail de conversion 3D remarquable pour les jaillissements 3D (pas pour la profondeur par contre) avec cette mise en scène divine où tout est toujours parfaitement cadré malgré la contrainte de faible format d'image. On appréciera aussi le réalisme de ces projections qui projettent le spectateur en plein cœur de ce conflit désespéré pour sauver toute l'humanité ! A noter enfin quelques séquences de jaillissements permanents réussis de pluie ou d'eau à 2m hors du mur. Au final, Vivre, mourir, recommencer 3D (le nom français) ne marquera pas les esprits pour sa profondeur 3D bateau et passe-partout, mais saura vous divertir pleinement à l'occasion des multiples escarmouches entre humains et extra-terrestres. Il aurait suffi de lui donner la profondeur 3D d'un Pacific Rim 3D ou du dernier Godzilla 3D pour en faire un des top démo 3D de l'année sur toute sa gamme 3D (profondeur ET jaillissements).
Franck L.

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D satisfaisante sur la durée
    • Quelques séquences et plans avec une très bonne intensité de profondeur 3D (rares)
    • Un détachement 3D correct dans l'ensemble
    • Un grand nombre de débordements d'écrans et jaillissements réguliers d’éléments ou personnages à plus de 1m-1m50 hors du mur (bustes, visages...)
    • Un déluge d'effets de projections top démo pendant les scènes de combat aussi bien en intérieur qu'en extérieur (poussière, débris, métal, bois, eau, étincelles etc...)
    • Quelques très bons jaillissement permanents furtifs (alien tentaculaire à 1m50/2m hors du mur etc...)
    • Quelques effets météo au rendu 3D très réaliste (eau, pluie,…)

Les points faibles (-)
    • Des flous sur les arrières-plans (plans rapprochés)
    • L'intensité de la profondeur 3D en dent de scie au fil du visionnage
    • De nombreux plans avec un rendu 3D assez plat ou pas assez détaché)
    • Le format d'image en 2.40


1.
2.
3.
4.


dimanche, novembre 02, 2014


.