Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Terre des ours Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.





Note
4.8/5
Bilan 3D :
Terre des Ours vient marquer de son empreinte 3D nos univers Blu-ray 3D avec une réalisation technique 3D exceptionnelle, le mot est pesé ! Son réalisateur Guillaume Vincent a su tirer de sa collaboration avec l'un des maîtres de la 3D en personne, James Cameron (assisté de son équipe), la quintessence de la captation 3D native des plans panoramiques en environnements ouverts et gigantesques, ainsi que des plans semi-larges à rapprochés ! Quoi de mieux pour vivre grandeur nature cette magnifique et merveille expédition à plus de 15.000 kilomètres de la France, dans les vallées encore préservées du Kamchatka, en Extrême-Orient russe. Terre de feu et de glace, terre vierge, accessible uniquement via un hélicoptère, ce film nous y transporte et réussit à nous immerger comme jamais dans la vie de ces ours, saisons après saisons, et à nous faire vibrer devant la splendeur de la nature et des animaux. Pour y parvenir, on peut compter sur une profondeur 3D qui n'est pas loin d'établir un nouveau standard dans les films 3D (à l'exception de top démo IMAX), car touchant la perfection sur 50% du film, la profondeur 3D dépasse littéralement l'entendement sur son autre moitié. C'est de manière éberluée qu'on constate des plans qui héritent d'un effet de volume 3D et de spatialisation incroyable : plus que l'effet de profondeur 3D parfait appliqué en permanence sur des arrière-plans à la netteté presque toujours clinique, c'est vraiment l'effet de profondeur 3D appliqué à tous les plans intermédiaires qui met en relief toutes les distances naturelles entre chaque élément de décors et animaux. Cela renvoie ainsi directement au détachement 3D qui se montre lui aussi d'un autre monde sur une majorité de séquences, comme celles par exemple où sur les premiers plans on distingue des arbres et feuillages, avec une perception des distances naturelle et troublante entre chaque feuille, et sur les arrière-plans visibles aux travers des interstices où l'on voit la vallée qui s'étend sur des kilomètres, avec un rendu 3D délirant. Ce serait vraiment faire la fine bouche que de relever les rares plans qui se sont montrés furtivement un peu plats, comparativement à cette débauche ambiante d'espace et de volume 3D. La métaphore du mur de projection 3D qui devient une fenêtre littéralement ouverte sur le monde est parfaitement d'à-propos ici ! Sur la partie jaillissement, c'est plutôt léger dans l'ensemble, avec quelques débordements 3D par endroits de décors ou museaux à 50 cm hors du mur. Pourtant le film bat de nouveaux des records à de rares occasions, quand il nous surprend avec des jaillissements permanents de vapeurs et fumées volumétriques de geysers, qui s'affichent non seulement au milieu de la pièce, mais peuvent carrément venir envelopper le canapé dans son intégralité : un effet 3D unique même si de très courte durée. Les 2-3 séquences sous-marines permettent également de matérialiser en jaillissements permanents un banc de méduses, ainsi que d'innombrables particules à 1m50-2m hors du mur. C'est donc l'option jaillissements naturels et discrets qui a été actée pour ce film, et celle-ci apporte le renfort minimum attendu à cette excellente profondeur 3D. On aurait pourtant pu ajouter un peu plus d'intensité aux débordements réguliers pour en faire sans difficultés de vrais jaillissements permanents vraiment expressifs. Ultime regret : ce format un peu réducteur en 2.40 qui nous empêche de profiter du spectacle XXXL ultime ! Au final un spectacle d'une rare beauté et émotion concernant son contenu narratif, doublé d'une démonstration brillante sur la profondeur et le détachement 3D dans les grands espaces, dont l'intensité semble digne de l'excellent T.S Spivet 3D testé il y a peu ! On saluera l'ingéniosité de l'équipe technique pour avoir réussi à capter de si près tous ces ours sans qu'ils remarquent la présence des caméras, tout comme on admirera le rendu 3D des panoramiques 3D effectués avec ces caméras 3D accrochés à un ballon gonflé à l'hélium ! Astucieux pour accéder aux contrées vierges et inaccessibles à l'homme, qui rappellera un peu l'astuce employée par Ben Stassen dans son également exceptionnel African Safari 3D, avec sa mini montgolfière de poche ! Terre des ours 3D Bu-ray 3D, le nouvel incontournable 3D pour tous les amoureux de la nature !
Franck L.

Les points forts (+)
    • Un effet de profondeur 3D excellent sur la durée et exceptionnel sur 50% des plans
    • Un détachement 3D optimal sur la plupart des éléments
    • Une photographie 3D d'une beauté sidérante
    • Quelques débordements et jaillissements permanents très légers de décors ou animaux
    • Des séquences cultes de jaillissements permanents : les vapeurs et fumées des geysers qui viennent littéralement toucher le canapé
    • Les 2-3 séquences sous-marines qui proposent un peu de jaillissement un peu plus marqué

Les points faibles (-)
    • De rares séquences un peu moins démonstratives niveau intensité de profondeur 3D
    •  4-5 flous sur des arrières-plans lors de plans rapprochés (au début du film principalement) 
    • Pratiquement aucun jaillissement permanent dans le film (sauf lors des séquences de fumées)
    • Le format d'image réducteur en 2.40




1.
2.
3.
4.

vendredi, juin 20, 2014


.