Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Terre des ours Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.





Note
3/5
Jaillissements :  
On vient de voir ensemble l'analyse de la profondeur 3D et on s'attaque maintenant aux effets de jaillissements.

On constate tout d'abord une utilisation légère des débordements pour les éléments à proximité du cadre de projection : quelques sorties de 50 cm hors du mur s'affichent. Cela reste léger en terme de visibilité.

La poursuite du film va redonner du baume au cœur, car à quelques reprises, les plans rapprochés permettent d'étendre un peu plus significativement les museaux de nos ours en dehors du mur. Maintenant on ne parlera pas encore de jaillissements permanents car cela ne dépasse presque jamais les 1m de sorties d'écran.

Et puis le film nous prend par surprise, et nous met une jolie baffe technique complètement inattendue.

Dans la séquence des geysers, on se retrouve d'un coup à voir la brume et la vapeur envahir littéralement toute la pièce : Mister Cameron ne doit pas être étranger à cette mise en scène, car elle est incroyable de réalisme.

Devant cette brume qui sort de plus de 2m50 hors du mur en monde jaillissements permanents, on se surprend mécaniquement à bouger la tête ou la droite pour continuer à observer nos ours par transparence, comme si cette fumée virtuelle était réellement dans la pièce.

De nombreuses petites séquences du genre sont orchestrées dans la première heure demi-heure. On tombe ensuite sur une séquence top démo, qui n'a presque aucune équivalence à date dans les autres films Blu-ray 3D du marché : toujours cette vapeur et brume, mais qui viennnent littéralement envelopper le canapé et le spectateur avec ! Top effet 3D, ultra immersif, même si très furtif.

Ensuite c'est le calme plat, avec par contre par moments, quelques jaillissements permanents un peu violents avec un sol qui s'étire jusqu'au milieu de la pièce sur un plan pendant 5 secondes.

C'est dans les séquences sous-marines qu'on retrouve un peu de jaillissements 3D, avec de manière classique des particules qui flottent au milieu de la pièce. Il y aussi une jolie séquence de méduses en jaillissements, mais dont le cadrage ne permet pas d'éviter les windows conflicts qui vont avec. C'est d'ailleurs là que le format d'image limité en 2.40 joue défavorablement dans la balance, puisqu'il accentue mécaniquement ces courts-circuits de jaillissements.

Dans le dernier acte, on aura aussi quelques séquences de projections d'eau lorsque nos ours s'activent pour attraper leurs saumons dans les rivières. On aura aussi parfois quelques gueules d'ours un peu plus généreuses en sortie d'écran.

Au final une palette de jaillissements très légère dans le film, mais qui sait ponctuellement se montrer très intense aux bons moments et aux bons endroits, avec des effets 3D top démo sur les vapeurs et fumées volumétriques ultra envahissantes !

1.
2.
3.
4.

vendredi, juin 20, 2014


.