Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Yellowstone Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D



1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :  
Checkpoint incontournable avant de se lancer dans l'analyse de la profondeur 3D : les caractéristiques plastiques de l'image 3D ! Compte tenu du thème documentaire, on n'attend pas moins qu'une restitution fidèle à la réalité et on peut dire que l'on en bien servi car le piqué, les contrastes, les noirs profonds et la palette colorimétrique haute en couleurs rapprochent régulièrement cette production d'un documentaire 3D IMAX.

On se penche maintenant sur le traitement de la profondeur 3D. Les premières images laissent comprendre immédiatement que les 50 minutes vont être à la fois belles au niveau artistique mais aussi technique !

La caméra nous entraine dans une visite guidée incroyable de ce parc qui est l'un des plus vieux et beaux au monde : tour à tour dans les airs puis au sol, les points de vues sophistiqués en mettent plein la vue.

En soutien, une profondeur 3D diabolique, qui affiche en permanence un horizon à la distance souvent infinie : du grand spectacle, et une technique parfaite pour célébrer la beauté stupéfiante du panorama.

Des plans au ras de l'eau qui rappellent ceux du cultissime IMAX Grand Canyon 3D, à ceux aériens qui célèbrent ces environnements d'une taille et d'une variété incroyable, tout participe à ce dépaysement puissant via la 3D.

Il faut aussi préciser que même dans les plans rapprochés, la notion de flou sur les arrière-plans devient abstraite car il n'y en a quasiment aucun pendant tout le film !

On soulignera les nombreuses séquences jubilatoires autour de ces centaines de geysers qui témoignent de leurs activités par d'innombrables fumées et vapeurs d'eau et qui profitent également d'un détachement 3D admirable.

Puisque l'on parle du détachement et de la séparation des éléments, ils se montrent chirurgicaux dans le film, avec une découpe naturelle superbe entre tous les éléments (arbres, végétations, animaux etc) permettant une perception parfaite de toutes les distances au sein des décors 3D.

Un grand nombre de plans larges au sol décollent la rétine avec cette sensation d'avoir une infinité de calques intermédiaires positionnés en profondeur.

Au final un joli spectacle sur la profondeur et la distance 3D dans des environnements sauvages magnifiques, peuplés d'une faune caractéristique.

1.
2.
3.
4.

vendredi, mai 02, 2014


.