Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Conquest Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.



Jaillissements : 
Après avoir qualifié les effets de profondeur 3D dans la section précédente, on s'attache maintenant à énumérer l'inventaire constaté sur les effets de jaillissements.

Le premier quart d'heure nous donne déjà assez de matière pour dresser un premier constat sur le positionnement du film en la matière : les débordements 3D et jaillissements permanents.

On pouvait potentiellement sur ce genre de films 3D se retrouver sans aucun jaillissement 3D, et pourtant on sera déjà rassuré de voir que la production a essayé de mettre en scène à intervalle assez espacé quelques sorties d'écran plus ou moins démonstratives.

On parle principalement de débordements et jaillissements permanents de 50 cm à 1m hors du mur sur des objets et éléments de décors.

Certes ceux-ci restent très rares dans l'ensemble et non systématiques, mais leurs apparitions seront d'autant plus remarquées qu'elles sont souvent assez démonstratives, même si elles n'évitent pas les classiques windows conflict.

Par exemple lors de l'introduction dans l'église, on a un livre de messe posé sur son pupitre qui vient carrément s'afficher à 1m50 hors du mur pendant 10 secondes.

Un peu plus loin, d'autres objets pourront s'étendre généreusement hors du mur : cela reste toujours sur des objets statiques, mais avec un angle de vue assez visible.

Maintenant il est dommage que ces effets 3D soient si rares sur la durée, car à 4-5 reprises dans le film, ces jaillissements permanents pourront même flirter avec le top démo sur le registre.

On a à 2 reprises des séquences avec des mains qui sortent de 2m50 (plus de la moitié de la distance écran/canapé en sortie) en direction du spectateur : plutôt top et surprenant dans ce film.

A une autre reprise, on a une séquence furtive de 5 secondes avec l'héroïne qui se déplace sur une balançoire : lors du mouvement retour, elle vient pénétrer complétement la pièce et donne même l'illusion qu'elle va finir sa course sur nous en finissant dans le canapé (avec windows conflict).

Excepté ces rares prouesses techno sur 1H50, le reste du film est très discret en matière de jaillissement : pas d'effet de projection qui revient en mémoire, et juste quelques effets de jaillissements de bulles lors d'une courte séquence sous l'eau à mi-film.

On aura par contre quelques petits débordements réguliers constatés dans le film, si on y prête évidemment attention, ce qui n'est pas souvent le cas des spectateurs 3D.

Une ultime déception renverra par la non-exploitation des conditions météo 3D : pas d'effets de neige et flocons en jaillissements permanents malgré tout le potentiel du film.

Au final pour être honnête, ce sont essentiellement 3 super effets 3D qui tirent la note à 3,5/5, car sans ceux-ci on retombait à un très moyen 3/5 en jaillissements 3D.

1.
2.
3.
4.

mercredi, mars 12, 2014


.