Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Metallica : Through the Never Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
Que l'on soit fan ou non de Metallica, et qu'on apprécie de prêt ou de loin le Rock métal, une évidence s'impose à la fin du visionnage : quelle mise en scène 3D assez extraordinaire ! En effet on ne peut rester insensible devant le superbe travail de captation 3D via les 24 caméras utilisées pour le tournage, caméras fournies par James Cameron et Vince Pace, l'un des techniciens attitrés du réalisateur de Titanic. L'intégration inventive d'un mini film d'aventure au sein d'un spectacle musical renvoie un peu vers la magie du montage et de la mise en scène qu'on trouvait dans un Cirque Du Soleil: Worlds Away 3D, qui arrivait régulièrement à donner l'impression de regarder un vrai film plutôt qu'un spectacle enregistré. Les séquences où le jeune roadie Trip, envoyé par le groupe en plein concert pour récupérer hors du stade un objet mystérieux, mettent en scène des événements surréalistes d'une beauté indiscutable. Quid de la 3D dans ce montage brillant ? S'agissant d'un concert évidemment de nuit, la contrainte de départ était de taille pour obtenir un rendu 3D satisfaisant en toutes circonstances. Et pourtant dans l'ensemble la profondeur 3D est au rendez-vous, avec une perception efficace de la volumétrie spatiale 3D du stade et des décors. Même si quelques flous encore détectés par moment sur certains arrière-plans pourront décevoir, la moyenne de la profondeur 3D constatée est bonne, ce qui est une réussite. Seules quelques séquences pourront mériter l'évaluation 'très bon' au niveau 3D. Nous serons par contre un peu plus réservés sur le détachement 3D entre les éléments, qui sur 50% du film se montre efficace, et sur l'autre moitié souffre des environnements excessivement obscurs. Dans ces moments en retrait, les contours approximatifs autour des objets ou personnages ne permettent pas de dégager le relief optimal attendu, et font plonger ponctuellement ces séquences à une évaluation 3D plus proche de 3,5/5 que du 4/5. Heureusement que la profondeur 3D tire l'ensemble vers le haut. On appréciera aussi plus souvent les panoramiques, caméras de plafonds et travellings 3D pour le sentiment de hauteur 3D, que les plans rapprochés qui sont parfois moins impressionnants. Maintenant en prenant en compte les particularités d'un concert liées à l'obscurité ambiante, on ne peut que féliciter les producteurs pour le rendu 3D très réaliste du visuel capté sur place, tout comme on râlera d'un côté sur des effets de fumées ou fumigènes qui brouille parfois le rendu 3D d'ensemble, et de l'autre on se ravisera immédiatement en pensant qu'on ne peut pas condamner cette restitution réaliste des environnements. En ce qui concerne les effets de jaillissements, c'est de la belle ouvrage, avec souvent des cadrages optimisés pour amplifier les effets de débordements 3D et de jaillissements permanents hors de l'écran. Au programme matériel de batterie à 1m hors du mur, guitares jaillissantes, quelques effets de projections de verre ou particules lors des éléments narratifs, quelques effets de lasers dirigés rapidement vers le canapé, tout ceci s'intègre naturellement à la narration et ne fait jamais dans la démesure. Ce sont des effets 3D discrets en majorité, rarement intenses (véhicule qui sort de plus de 1m), mais qui s'animent sur l'ensemble du spectacle pour renforcer indéniablement l'immersion 3D qui se montre redoutable dans ce spectacle.
Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D bon dans l'ensemble
Des séquences en plans larges et panoramiques qui proposent parfois une très bonne profondeur 3D et un détachement 3D efficace
De nombreux débordements 3D et jaillissements permanents légers de décors (scène), objets (batterie, guitares, véhicule...) et de personnages (bustes, têtes etc...) de 50 cm à 1m hors du mur
Quelques effets de projections 3D (bris de verre, particules, lasers...)



De rares séquences avec une profondeur 3D amoindrie
Quelques plans ponctuels avec du flou visible sur les arrière-plans
 Le détachement 3D qui est à la peine par moment, avec une lisibilité 3D un peu précaire (contours approximatifs des objets, personnages ou décors à cause de l'obscurité ambiante logique)
Le format en 2.35 qui sabote un peu les jaillissements permanents des bustes ou bras du public (windows conflicts)
  


1.
2.
3.
4.

jeudi, janvier 30, 2014


1 Comments:

  • At 9:32 PM, Anonymous Anonyme said…

    magnifique ce test ! merci !!

     

Enregistrer un commentaire

<< Home

.