Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Afrique sauvage Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :  
Tout d'abord on constate un piqué agréable dans l'ensemble, avec des contrastes et noirs corrects. La palette colorimétrique laisse un peu sur sa faim, car malgré quelques colorations parfois bienvenues, donne trop souvent dans les teintes ternes.

On se penche ensuite sur l'effet de profondeur 3D. Au premier abord, il semble bon, voire même très bon. Il faut dire que la mise en scène 3D profite de superbes cadrages larges ou panoramiques, qui permettent de dégager un bon volume 3D et une bonne spatialisation 3D dans l'ensemble.

Pourquoi dans l'ensemble ? Parce que à y regarder de prêt, on trouve d'étranges anomalies 3D qui gâchent un peu le spectacle 3D, et l'écartent d'une super note finale 3D.

Si on prend déjà le point fort du film, les vues aériennes, on trouve un mix assez hétérogène : une majorité des séquences 3D sont très réussies avec un bon niveau de hauteur 3D et un bon détachement 3D, mais une autre partie se montre complétement foirée à différents niveaux.

En effet dans celles-ci, on a un bon effet de hauteur 3D, mais paradoxalement aucun effet de volume 3D sur les animaux et la flore filmée, comme si tout le plan au niveau du sol était littéralement affiché en 2D.

Autre grief technique : l'effet livre pop-up, à la caractéristique "3D Fake", qui saute souvent aux yeux : le détachement 3D entre les différents plans a tellement été exagéré en studio, qu'il en devient complétement artificiel par moment.

Encore une fois les branches de premier plan, les animaux dans les plans intermédiaires, et la végétation d'arrière-plan semblent avoir été réassociés artificiellement. Certes sur une une grande partie de séquences, le problème semble presque invisible, mais sur l'autre, impossible de fermer les yeux sur celui-ci.

C'est dommage d'avoir mélangé 2 types de rendu 3D dans ce documentaire, car on passe régulièrement d'un plan ou d'une séquence bluffante en extérieure, à un autre plan soudainement poussif en 3D.

1.
2.
3.
4.

dimanche, janvier 19, 2014


.