Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test The Snow Queen Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :  
Tout d'abord on se penche sur l'aspect technique de l'image pure : palette colorimétrique satisfaisante, une bonne gestion des contrastes et des noirs, une luminosité plutôt efficace sauf dans quelques séquences trop sombres.

En ce qui concerne l'effet de profondeur 3D, il se montre dès les premières minutes de bon niveau, ce qui est déjà ici la première bonne surprise pour ce film d'animation russe, car les anciennes tentatives russes de nous impressionner en la matière avait été veine les années précédentes.

Ainsi l'appréciation des distances de fond se montre vraiment bonne, la séparation entre les différents calques se montre efficace, ce qui permet de jouir d'un bon volume 3D d'ensemble au sein des scènes.

On appréciera d'ailleurs que quelques soient les environnements, le travail en studio a porté ses fruits car le rendu 3D est très plaisant : une mention spéciale pour les nombreux plans en extérieur qui souvent dégagent une bonne spatialisation : exemple avec certains travellings ou panoramiques sur les nombreux décors superbement enneigés.

Autre point positif : la quasi absence de flou sur les arrière-plans, signifiant qu'on peut apprécier le spectacle avec une certaine régularité.

Histoire de pinailler, on remarquera que tout n'est pas parfait en permanence, et que si les flous sur arrière-plans sont très rares, en revanche par moment l'intensité de la profondeur 3D se fera plus douce, et quelques rares plans auront toujours ce rendu un peu 2D. Ce phénomène reste relativement rare sur la durée du film.

Derniers mots pour saluer un excellent détachement sur de nombreux éléments, avec en première ligne un détachement vraiment exceptionnel sur des particules de poussière et autres, dont les reflets variables de lumière ont un rendu 3D incroyablement bluffant.
En effet de manière quasi inédite (cf Abraham Lincoln), le film met en scène régulièrement des environnements extérieurs mais aussi et surtout intérieurs, avec des grosses particules de poussière qui flottent un peu partout dans la scène à des niveaux de profondeurs différents. La modélisation des poussières est assez exceptionnelle, car les reflets variables de lumières sur leurs textures leur permettent d'avoir un détachement 3D incroyable, donnant un cachet hautement immersif à ces effets pourtant synthétiques !

1.
2.
3.
4.

mercredi, décembre 11, 2013


.