Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test IMAX Space Junk 3D Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
IMAX Space Junk arrive idéalement pour compléter cette collection ultra maigre de nouveautés IMAX Blu-ray 3D en 2013, car à date une seule nouveauté s’était affichée dans les rayons en début d’année avec IMAX to the Arctic 3D, d’une qualité 3D plutôt moyenne en plus. Alors que vaut ce Space Junk 3D et vient-il redorer le blason des documentaires IMAX un peu à l’abandon cette année ? Oui et non. Oui car sur l’ensemble l’expérience se montre satisfaisante, avec quelques passages assez épiques visuellement, mais non globalement car le tout manque d’un cahier des charges techniques extrême pour espérer s’inscrire dans le top démo ! L’aspect profondeur 3D se montre satisfaisant sans plus, avec d’un côté des séquences captées en 3D native sur terre avec des travellings aériens souvent ratés (rendu 2D) mais des vues au sol à la profondeur 3D bluffante, et de l’autre, des séquences en CGI (80% de ce court documentaire de 37 min) avec une profondeur 3D relativement agréable bien que très épurée (les arrière-plans d’espaces en noir, très simplistes, avalent la profondeur 3D tels des trous noirs). C’est plutôt dans le registre des jaillissements que se dessine un potentiel 3D un peu plus marqué, car de nombreux débordements et jaillissements permanents sont de la partie, signifiant que régulièrement lors des reconstitutions en images de synthèse, on aura des débris et autres objets qui s’étendent à plus de 1 mètre hors du mur de projection de notre salle de test 3D, et parfois même à plus de 1m50 (bras mécanique, projection de particules lors d’une explosion) etc…On aurait bien aimé bénéficier d’une intensité de jaillissements permanents encore plus prononcée, car dans la mesure où les cadrages spatiaux sont souvent optimaux, il était relativement aisé d’accentuer les parallaxes pour faire sortir les éléments de 2m voire même 2m50 au lieu des 1m constatés en moyenne durant le documentaire. Enfin on notera également un certain manque de réalisme dû à ces images de synthèse spatiales au rendu 3D un peu factice. Ce n’est donc pas avec ce IMAX Space junk qu’on retrouvera un TOP Démo à la hauteur du label de référence IMAX 3D, signe que l’année 2013 ne restera pas dans les annales pour les productions IMAX. En attendant, on pourra quand même apprécier quelques très belles séquences de jaillissements 3D dans ce documentaire, permettant d’attendre l’arrivée d’un des futurs HITS 3D de l’année 2014, le sublime Gravity 3D Blu-ray 3D.
Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D satisfaisant dans l'ensemble
Les séquences en 3D native filmées au sol et sur Terre qui sont les plus réussies pour le volume et le détachement 3D
De nombreux débordements et jaillissements permanents d'objets et particules (débris, déchets, lasers, bras mécaniques à 1m hors du mur) 

 

 
L'effet de profondeur 3D plutôt raté sur les plans aériens sur terre
Les passages en CGI dans l’espace sur fond noir qui nuisent à profondeur 3D
L'impression parfois de regarder un film en 2D
Un certain manque de réalisme issu des séquences en CGI : on aurait préféré de la captation 3D native d'éléments réels.




1.
2.
3.
4.

mardi, décembre 10, 2013


.