Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Meilleurs Blu-ray 3D 2013 : 9e place




9ème : FRANKENWEENIE 3D


Tim Burton revient de nouveau sur le devant de la scène, en réalisant 30 ans après son idée originelle, et après un court métrage en 1984 issu de moyens en deçà de ses espérances, un nouveau Frankenweenie 3D 2013 en stop motion qui porte très haut l’étendard de la technologie 3D. Épaulé par une équipe à sa mesure, à savoir trente-trois animateurs, deux cents marionnettes et autant de décors pour deux ans de travail , Tim Burton nous gratifie d'une mise en scène 3D extraordinaire qui privilégie le réalisme et l'immersion 3D à outrance, dans une inspiration technique qui n'est pas sans rappeler la recette magique concoctée par le maître James Cameron pour son Avatar 3D notamment. Ainsi Frankenweenie se dote d'effets de profondeur admirables, permettant la parfaite appréhension des volumes qui constituent chaque décor, et des distances qui séparent des arrière plans. De même le détachement 3D appliqué aux scènes 3D est extraordinaire, s'approchant de celui de l'excellent Raiponce 3D, et confère un caractère ultra réaliste à chaque objet, chaque décor, permettant la parfaite représentation à chaque instant du positionnement spatial de chaque objet et chaque personne au sein d'une scène et donnant l'illusion de regarder un film live action avec de vrais décors. Le réalisme porté par Frankenweenie est d'autant plus insolent qu'il s'affiche uniquement en noir et blanc, pirouette artistique qui montre qu'une palette colorimétrique large n'est pas un critère indispensable pour plonger le spectateur dans une atmosphère et une époque uniques. Alors que tout ceci aurait pu suffire, Tim Burton enfonce le clou, et tirant les leçons de quelques erreurs de ses anciennes réalisations 3D plus timides, montre qu'il est désormais encré dans la modernité en optant pour une exploitation durable des débordements et des effets de jaillissements permanents. Étendant régulièrement les décors au delà des frontières de l'écran, on profitera souvent d'éléments qui débordent de 1 mètre hors du mur, voire plus à de très nombreuses reprises. En effet le film propose aussi une petite palette de séquences cultes de jaillissements permanents, avec des visages, des bustes, des mains qui peuvent sortir de plus de 1,5 mètres du mur dans un naturel et un visuel 3D plus que troublants. On adorera notamment les scènes orchestrées lors des manipulations de laboratoires avec des explosions et quelques rares projections vers le canapé qui nous feront bondir, mais aussi celles secondaires mais déjà cultes, de lancers de balles de baseball au ralenti à travers la pièce en jaillissement arrière, puis projection violente, ou celle de jeux de fourchettes jaillissantes lors d'un repas très philosophique, ainsi que celle d'un chat de cimetière surgissant et bondissant de 2,5 mètres hors du mur vers le spectateur,  pour n'en citer que quelques unes parmi les nombreuses séquences 3D qui sauront se démarquer lors du visionnage ! Néanmoins les amateurs de jaillissements prononcés type projection ou d'effets 3D de pop-out excessifs et démonstratifs pourront passer ici leur chemin : dans Frankenweenie, tout est intégré à l'image avec naturel, douceur et équilibre comme dans le superbe Hugo Cabret 3D par exemple. On ne pourra s’empêcher de saluer également les superbes compositions mélodiques et symphoniques qui envahissent parfaitement tous les canaux d'un système audio 7.1 et qui créent une émotion singulière et une atmosphère unique ! Mention spéciale aussi pour tous ces clichés et hommages aux grands classiques du genre : on pense notamment au vampire, à Dracula, à la momie, au loup garou, à Godzilla, à l'Etrange Créature du Lac noir, à la Fiancée de Frankenstein, mais aussi aux Gremlins, lorsque tous les animaux mors ramenés à la vie sèment la zizanie finale dans la ville passé minuit ! Enfin on se réjouira de retrouver le procédé technique de Stop Motion en grande forme, eu égard au dernier L'Etrange pouvoir de Norman 3D qui s'était révélé plutôt décevant d'un point de vue technique 3D.
Frankenweenie 3D représente une œuvre majeure significative non seulement pour la filmographie de Tim Burton, mais aussi pour le catalogue de contenus servant à évangéliser une 3D naturelle, réaliste et hautement immersive dans les salles et les foyers, rien que cela !
Franck. L

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Une 3D naturelle axée sur le réalisme et l'immersion à outrance comme Hugo Cabret 3D
La technologie Stop Motion au sommet de son Art
Une profondeur 3D incroyable : des décors qui semblent plus réels que jamais au format 1.85 
Détachement 3D optimal entre les objets, personnages et décors, accentuant la perception 3D des univers
Bon niveau de débordements et jaillissements permanents
Quelques séquences de jaillissements excellentes (lancer de balle, fourchettes, chat...)
Un effet de profondeur au top malgré des environnements sombres et une image N&B

Très peu d'effets de jaillissements très prononcés (pas de projections 3D ou de pop-out extrême) : on n'est pas dans Madagascar 3 3D 
Le film manque un peu d'effets météo 3D (exemple manque de brume 3D dans le cimetière)
 D'autres défauts ? Lesquels ? Le manque de couleurs peut-être ;)










>VOIR LE TEST COMPLET
1.
2.
3.
4.



dimanche, décembre 01, 2013


.