Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Prédateurs de l'océan Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
Prédateurs de l'océan 3D vient compléter la collection 3D déjà bien nourrie de documentaires aquatiques, avec la thématique rafraichissante : le TOP des prédateurs des mers ! Après ce pitch alléchant, l'analyse de la 3D renvoie vers un constat assez mitigé dans l'ensemble. Pourquoi ? Tout d'abord parce que la profondeur 3D, qu'on attend un minimum lors d'une aventure aquatique n'est pas du tout au RDV : en cause une eau trouble qui n'aide pas à y voir grand chose, mais pas seulement ! En effet le visuel 3D d'ensemble est assez déplorable avec des couleurs 3D fades, un piqué souvent indigne du format Blu-ray 3D, des contrastes à la ramasse, une lisibilité coupée au couteau. On peut donc considérer qu'au global la profondeur 3D est ratée, de surcroit sur les scènes de jour où la surexposition de lumière ne fait que rajouter au problème de visibilité et de perspective 3D. Par contre il faut mentionner que les séquences nocturnes avec éclairage artificiel sont très réussies, avec un excellent détachement 3D et une bonne profondeur 3D. Quid des jaillissements ? C'est un peu ce qu'on attend en priorité lorsque l'on visionne un documentaire sous-marin. Et bien les jaillissements se font nombreux, avec pour commencer d'excellents jaillissements permanents de particules et planctons au milieu de la pièce pendant tout le reportage. Idem pour les nombreux petits poissons qui viennent se promener généreusement hors du cadre. Mais dans cette profusion de sorties d'écran, se dresse un problème majeur : les cadrages brouillons et pris à la volée, qui multiplient les windows conflicts et autres problèmes de poissons en jaillissements qui demeurent mal centrés dans la fenêtre 3D (avec la déconnexion 3D que cela engendre lorsqu'une partie des poissons ne s'affichent plus dans le cadre de visionnage). Autre déception, les sujets n°1 du film, les requins, qui ne disposent de pratiquement aucun jaillissement permanent ! Un comble. reste 2-3 séquences cultes de super murènes qui sortent de 3m hors du mur. Au final, un documentaire 3D loin d'être indispensable, qui pêche par sa captation 3D technique et qui, malgré sa volonté de mettre en scène de nombreux jaillissements de planctons et petits poissons, tend parfois vers une certaine forme d'amateurisme : les leaders de la catégorie que sont Les Merveilles de l'océan 3D, IMAX Under the Sea ou Incroyable Océan 3D peuvent dormir tranquille !

Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Une profondeur 3D moyenne dans l'ensemble
Des jaillissements permanents de planctons très intenses et réussis (plancton affiché au milieu de la pièce)
2-3 séquences cultes de jaillissement permanent avec des murènes qui sortent de 3m du mur de projection
Le très bon détachement 3D dans les séquences nocturnes



La visibilité 3D sous l'eau de mauvaise qualité
Un gros manque de contraste, de couleur et de piqué qui engendrent une image pas très glorieuse
Des scènes avec une eau trouble, des arrière-plans délavés ou d'un bleu uniforme 
Pas de jaillissements notables de requins








1.
2.
3.
4.

mercredi, novembre 27, 2013


.