Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Les Schtroumpfs 2 Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
Pointant le bout de son nez 2 ans exactement après le premier épisode de la saga en 3D, Les Schtroumpfs 2 3D vient enrichir le paysage des dessins-animés en Blu-ray 3D de cette fin d’année et se révèle être le digne successeur 3D tant attendu. En effet, tout en conservant le même cahier des charges techniques que le 1er opus, à savoir une belle profondeur 3D, agrémentée de quelques effets de jaillissements particulièrement réussis, Les Schtroumpfs 2 3D se permet de pousser les curseurs 3D bien plus loin pour proposer ici un rendu 3D qui dépasse allégrement l’épisode précédent, c’est dire ! Au programme, une profondeur 3D cette fois-ci excellente et top démo en toute circonstances, non entachée de flou parasite, permettant de profiter pleinement de la superbe captation qui met en scène sur 95% du film, de vrais décors réels, dans lesquels sont incrustés nos célèbres petits hommes bleus et autres effets SFX 3D. On sera de plus enchanté de retrouver une intrigue qui se déroule en plein cœur de Paris, et d’admirer un rendu 3D régulièrement de toute beauté. Ainsi la profondeur 3D impressionne par son excellence, aussi bien dans les endroits en intérieur qu’en extérieur. En environnement intérieur type boutique, appartement, chambre d’hôtel, la spatialisation se montre idéale, avec un excellent détachement permettant de toujours bien situer dans l’espace les objets les uns par rapport aux autres. On appréciera l’excellent effet de grandeur 3D qui résulte de la visite virtuelle de la suite royale du Plaza Athénée ! Plus impressionnantes encore, et déjà cultes, les nombreuses séquences qui prennent place au sein de l’Opéra Garnier vous donneront un effet de profondeur 3D exceptionnel, avec l’impression d’être assis dans les loges à estimer en vrai les distances de chaque élément de décor et de la scène. Incontournable ! Mais c’est pourtant dehors que la claque se fera parfois même plus forte, avec des travellings, plans larges ou panoramiques qui nous entrainent dans une visite guidée 3D incroyable au cœur de la capitale, avec des effets de volumes et infinités de calques qui rendent réel ces décors. On sera surpris d’avoir régulièrement l’impression que le mur de visionnage n’est qu’une simple vitre transparente, débouchant littéralement sur la scène. A de rares moments, l’intensité de la profondeur 3D se fera légérement moins forte, comme parfois dans quelques séquences obscures, tout en restant quand même de bonne qualité. Le contre-exemple parfait est le laboratoire secret de Gargamel en sous-sol qui affiche des couloirs à la distance 3D impressionnante, même en l'absence de luminosité ! Le détachement 3D en extérieur est remarquable, et la perception des distances entre le premier plan, le 2e plan, le 3e plan avec des voitures, le 4e avec des passants par exemple, et l’arrière-plan, se montre toujours hautement réaliste. On notera quelques séquences cultes, comme une scène avec caméra en plongée du coin d’un balcon de l’hôtel, puis une longue séquence de 2 minutes de vol à dos de cigognes entre les éléments architecturaux de la cathédrale Notre Dame ou au dessus de la grande roue des Tuileries. De même les séquences de téléportation via le tunnel temporel dégagent une impression de profondeur 3D absolue, voir même insondable. A ce stade, compte tenu de l'excellence de la profondeur 3D, qui pourrait oser imaginer que ce ne sont pas des décors en 3D native ? Personne ! Et pourtant le choc est là : il s'agit bel et bien d'une conversion 3D, certainement la plus impressionnante de l'année avec celle de Pacific Rim 3D ! Quid des Jaillissements ? Tout d’abord on trouve de nombreux débordements 3D qui s’affichent régulièrement hors de l’écran (de 0 à 50 cm en effet out), qui permettent d’attendre le cycle de 5-10 minutes pour avoir la dose de super effets de jaillissements permanents ou de projection 3D qui réveillent ! Car ces séquences de jaillissements cycliques et concentrés en effets 3D ont le mérite d’être relativement intenses, et d’arriver toujours salutairement à l’écran pour réactiver le registre quand de longues minutes venaient juste de s’écouler sans quelques effets de jaillissements significatifs. Au menu, des Schtroumpfs qui parfois peuvent s’afficher à plus de 2m hors du mur, puis plus loin, un des héros agité dans les airs au milieu de la pièce par un sort de magie électrique, plus tard un canard qui sort également son cou de plus de 2m hors du mur, puis un chat ennervé…On appréciera également un déluge d'effets de projection 3D très réussis, comme les sorts de Gargamel qui sont toujours dirigés vers le spectateur, et plus tard, des effets de jaillissements avant puis arrière très aboutis de cigognes volant en provenant de derrière le canapé et disparaissant vers l’avant ou inversément. D’autres jaillissements viendront s’illustrer brillamment  à intervalle régulier jusqu’à la fin du film, comme des jaillissements permanents de particules magiques bleutées qui flottent au milieu de la pièce telles des flocons de neige ! Au final une profondeur 3D optimale, de très beaux effets de jaillissements 3D, souvent optimaux, qui sur un film de 1H40 auraient pu se retrouver multipliés pour accentuer  encore plus le caractère top démo de ce dessin-animé 3D, ou plutôt de ce film 3D pour être plus exact, car c'est véritablement dans cette catégorie qu'il devrait être rangé compte tenu de ses décors réels en 3D omniprésents sur la durée. Sans boutade, le rendu 3D assez exceptionnel de l'ensemble, et la nature féérique des cadrages et du lieu de tournage (Paris), auraient vocation à donner des allures de reportage IMAX à ce film 3D ! Un "IMAX Paris / Les Schtroumpfs" semblerait plus de circonstance vu la qualité 3D constatée ! Mais comment croire une seconde qu'il s'agit d'une conversion 3D ? On pourrait presque penser qu'il s'agit d'une erreur de frappe sur la fiche technique du film. Quoi qu'il en soit, film 3D à insérer d'urgence dans votre liste de noël !
Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D top démo sur la durée du film
La quasi-totalité des séquences aériennes ou panoramiques avec une excellente profondeur 3D et hauteur 3D / les séquences au sol avec une profondeur 3D également d'un excellent niveau
Quelques séquences cultes : caméras en extérieur autour du Plaza Athénée, ou travellings autour de Notre Dame de Paris et grande roue des Tuileries
De nombreux débordements 3D légers d’éléments ou personnages hors du mur (0 à 50 cm)
Des séquences très réussies de jaillissement permanent à 2m hors du mur (Schtroumpf, chat, héros, canard, bonbons etc…)
De nombreux effets de projections réalistes (éclairs, sorts de magie dirigés vers le spectateur…)
Un final avec de superbes jaillissements permanents de particules magiques bleutées affichées au milieu de la pièce

La profondeur 3D qui se montre parfois en baisse légère (manque de lumière ambiante, intensité en retrait ou mini flou)
Les jaillissements prononcés sont souvent concentrés par séquence, avec un cycle d'apparition toutes les 5 à 10 minutes : un meilleur lissage sur 1H40 améliorerait encore l'expérience 3D
Manque quelques séquences de jaillissements permanents de particules pendant le film

















1.
2.
3.
4.

vendredi, novembre 22, 2013


.