Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test R.I.P.D. 3D Brigade Fantôme / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
R.I.P.D. 3D Brigade Fantôme arrive à point nommé pour renforcer notre collection de Blu-ray 3D en cette fin d'année. Son arrivée ne se fait pas en toute discrétion car ce nouveau challenger possède plus d'un tour dans son sac pour réussir à vous impressionner techniquement. Avant de parler technique, on parlera concept et positionnement scénaristique, et si vous êtes fan de la franchise Men In Black, vous adhérerez probablement à l'univers déjanté, à l'humour également décalé et au concept similaire de ce R.I.P.D 3D, et ce en dépit d'un scénario conventionnel et peu ambitieux ! Techniquement parlant, le film parvient à se faire sa place dans les nombreux hits 3D déjà sortis depuis la rentrée, tout d'abord grâce à un effet de profondeur 3D de très bonne qualité. Cela fait maintenant quelque temps que conversion 3D ne rime plus avec pauvreté 3D, et de nouveau ce film met la barre haut grâce à un effet de profondeur ultra réaliste dans pratiquement toutes les circonstances. Le théâtre urbain de l'action (la ville de Boston) nous délivre un flux permanent d'occasions de mettre en scène l'effet de hauteur 3D, distiances et volume 3D. Le début du film commence fort avec une matérialisation d'un vortex 3D d'un rendu 3D à bruler la rétine, suivi de plans aériens assez exceptionnels sur l'effet de spatialisation 3D. Une fois revenu sur la terre ferme, les plans réussis s'enchainent aussi bien en intérieur qu'en extérieur où l'on trouve une certaine aisance pour mettre en relief l'immensité des rues de la ville, avec des caméras en plongée ou contre-plongée surfant brillamment sur les angles pour exploiter en permanence le potentiel de la 3D. Les nombreuses courses-poursuites et scènes d'action donnent régulièrement l'occasion d'en prendre plein la vue, et seuls des sempiternels flous sur les arrière-plans viendront légèrement ternir 2 secondes par-ci, 2 secondes par là, ce tableau presque idyllique. De même quelques séquences en intérieur ou plans rapprochés n'exprimeront pas toute la profondeur 3D qu'on attend, aux vues du niveau global dans le film qui est toujours bon. On n'oubliera pas de mentionner que de nombreuses séquences du film sont excellentes au niveau de la profondeur 3D, un bel exploit pour cette conversion 3D (scènes de vortex, scène dans l’ascenseur, scènes sur les toits, scènes d'affrontement et courses-poursuites dans les rues de Boston etc...). De même le film propose des séquences au rendu 3D et à la plastique 3D  assez jouissives lors des passages en slow-motion, bullet-time et autres arrêts temporels, permettant d'admirer les différents calques 3D et le volume 3D d'une scène dans son ensemble.
Le rythme endiablé du film et son humour abouti sont autant de prétextes pour mettre en scène quelques débordements et jaillissements permanents toujours bien pensés, souvent significatifs en intensité. Dès le début du film le ton est donné, et sur l'ensemble du film on se réjouira de nombreux débordements et jaillissements permanents de 50 cm à 1m hors du mur, avec des objets, personnages et décors qui s'étirent habilement hors du mur. On aura même quelques séquences extrêmes avec des bras ou guns qui sortent de 2m hors du mur, une séquence de mouette lors d'un arrêt temporel qui se retrouve au milieu de la pièce parfaitement cadrée, un grappin tendu qui traverse toute la pièce jusqu'au canapé, des tirs de lasers et autres éléments dirigés vers le spectateur.  Idem pour les nombreux affrontements qui donnent lieu à toutes sortes d'effets de projection vers le canapé avec bris de verre, eau, laser, projectiles diverses. Ces effets sont utilisés avec parcimonie mais surgissent systématiquement au meilleur moment. A de rares occasions on notera que 2-3 jaillissements permanents prononcés seront également ultra floutés. Pour finir il fallait aussi quelques passages avec du jaillissement permanent de particules, et la narration nous emmène justement dans des situations où des particules (de poussière, braise incandescente...) viendront flotter au milieu de la pièce, clôturé par un dernier acte en apothéose avec 10 bonnes minutes de jaillissements permanents de débris volants à plus d'un mètre hors du mur.
Au final un nouveau divertissement de haut niveau, qui se révèle par moment jubilatoire sur son rendu 3D et à certains autres un peu décevant (profondeur 3D perfectible), et qui bénéficie indéniablement d'une très bonne mise en scène 3D permettant de gommer légèrement les quelques défauts présents de-ci de-là, avec à l'arrivée une note qui atterrit sur un 4/5 mérité. Ceci étant dit, Un film à regarder au moins 2 fois lors de sa découverte pour bien en apprécier toute la richesse et la saveur tridimentionnelles, confirmant de nouveau que des conversions 3D maitrisées (exemple : Star Trek 3D, l'exceptionnel Pacific Rim 3D etc...) engendrent de plus en plus de pépites 3D pouvant désormais challenger certaines productions 3D native ! Cela promet pour l'année prochaine !
Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D très bon dans l'ensemble
Un détachement 3D très efficace
De nombreux débordements et jaillissements permanents d'éléments de 1m hors du mur (bras, décors...) et certains jaillissements permanents cultes à plus de 2m hors du mur (guns pointés vers le canapé, mouette au milieu de la pièce...) 
De nombreux effets de projection lors des affrontements et courses-poursuites (bris de verre, fluides, plasmas etc...)
Des séquences courtes réussies de jaillissement permanent de particules (poussière et braise incandescente, débris volants qui flottent au milieu de la pièce...)



Un effet de profondeur un peu plus soft sur quelques plans
Certains plans rapprochés ou semi-larges avec des arrière-plans floutés ponctuellement
Quelques effets de jaillissements permanents floutés : exemple les bustes en premier plan qui sont voilés
Le format d'image en 2.40 qui ne rend pas hommage aux excellentes scènes d'action 3D











1.
2.
3.
4.

samedi, octobre 19, 2013


.