Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Man of Steel Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
Très attendu par ses fans, Man of Steel atterrit dans nos univers 3D et nous livre une nouvelle composition 3D issue d'un processus de conversion 3D en post-production. Alors que ce procédé a réussi aux derniers concurrents sortis sur le marché US, il semble que le résultat 3D pour ce nouveau film d'action soit malheureusement un peu plus mitigé que prévu. En ce qui concerne tout d'abord la profondeur 3D, elle se montre convenable sur une majeure partie du film, mais très moyenne sur l'autre partie. En cause un vrai problème de lisibilité et de relief 3D liés souvent à la difficulté à percevoir distinctement les distances qui séparent les différents calques intermédiaires de ceux des arrière-plans, avec un détachement 3D correct entre les éléments, mais parfois insuffisant pour dégager la spatialisation 3d qu'on pouvait attendre d'un tel titre. Au programme une image souvent un peu terne, en manque de clarté, avec de nombreux flous sur les arrière-plans, principalement sur les plans rapprochés et semi-larges. Heureusement les séquences éclairées relèvent la moyenne, avec par moment de rares séquences dont la profondeur 3D peut être qualifiée de bonne niveau intensité (principalement des séquences de hauteur en vol), et le dernier acte propose un concentré de quelques uns des meilleurs plans 3D du film, avec une luminosité satisfaisante. Bref une profondeur 3D qui oscille entre le moyen et le satisfaisant, la faute également à un codage en dur insuffisant de la part du studio sur les parallaxes des lointains (écartement moyen mesuré sans lunettes entre l'image droite et gauche sensé engendré l'effet de distance et profondeur 3D). Quid des jaillissements ? Pas vraiment mieux également.
Alors que le film semble se profiler principalement sur une fenêtre de profondeur 3D (tout est relatif, relire ci-dessus), on aura peine à attendre de voir les premiers jaillissements 3D se manifester. Rien de bien violent, mais une exécution satisfaisante dans l'ensemble, avec surtout de jolis effets météo réussis, et des jaillissements permanents d'éléments (neige, particules, eau...) qui sortent par moment hors de l'écran. On constatera également quelques jaillissements permanents de fumées volumétriques. En guise de maigre complèment avant de refermer l'emballage, le studio a encodé quelques débordements 3D par moment, mais de très légère intensité.
Que reste t-il au final après le visionnage de ces 2H20 de film d'action 3D ? Outre un scénario et une mise en scène parfaitement maitrisés, cette conversion 3D de Man of Steel laisse un arrière goût de déception tant le potentiel 3D du film semblait immense : à mi-chemin entre un 3/5 et un 3,5/5 comme note finale globale 3D, un long ballottage nous fera finalement retenir un sévère 3/5 pour marquer le coup. Loin du rendu 3D des derniers ténors convertis en 3D que sont par exemple Pacific Rim 3D et Star Trek 3D, et même un bon cran derrière le petit dernier R.I.P.D 3D, Man of Steel 3D propose une palette 3D sommaire dans l'ensemble, donnant plus dans le minimum syndical actuel que dans l'explosion technique 3D. En ce sens, si vous cherchez à comparer ce Superman 3D à des exemples récents, vous pouvez le ranger aux côtés de 2 autres conversions de niveau 3D assez proche, Iron Man 3D et World War Z 3D. Si vous désirez investir dans les meilleurs films 3D du moment pour cette fin d'année, vous pouvez porter votre choix sans hésitation sur les vraies conversions 3D réussies à date précitées quelques lignes ci-dessus. Derniers mots pour dire que le mythe Superman a resurgi certainement en 2D, mais sa contrepartie 3D manque de maitrise et de peps pour en faire un support de démonstration. L'acier plie finalement sous le poids de l'étau de ce banc d'essai 3D, et c'est bien dommage !
Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Un effet de profondeur 3D convenable sur une partie du film
Quelques rares plans panoramiques ou aériens avec une bonne profondeur 3D et hauteur 3D
De rares débordements et jaillissements permanents d'objets 
Des séquences réussies de jaillissements permanents d'éléments (neige, particules, eau etc...) à plus de 1m hors du mur de projection
Quelques petits effets de Lens-flares hors de l'écran


La présence de flou sur les arrière-plans dans les séquences narratives, et/ou les plans serrés ou rapprochés
L'effet de profondeur 3D qui chute trop régulièrement
L'image trop terne et le manque de lisibilité d'ensemble qui sabotent régulièrement l'effet de détachement 3D et de profondeur 3D
L'impression parfois de regarder un film en 2D
Un manque énorme de jaillissements pour un film d'action de plus 2 heures
Le format 2.35




1.
2.
3.
4.

lundi, octobre 21, 2013


.