Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Top Gun Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :
Retrouver un des films emblématiques des années 80's à l'actualité est toujours un événement, surtout lorsque l'on parle de Top Gun qui a su lancer de nombreuses carrières et marquer toute une génération à travers tous les pays. L'événement devient célébration lorsqu'un véritable prétexte justifie cette réapparition sur la scène : une conversion 3D de premier choix ! En effet on ne peut que louer le travail effectué par Legend3D sur l'intégration à postériori des effets 3D présents dans cette nouvelle version. Le studio a tout d'abord réussi à insérer une profondeur soft et naturelle au sein de tous les environnements ouverts ou fermés, évitant les nombreux écueils techniques sévissant sur de nombreux produits 3D concurrents, comme Dredd 3D, Deep Water 3D, I Robot 3D qui souffrent d'un profondeur hétérogène sur la durée, avec des baisses significatives de l'intensité 3D, des séquences au rendu 3D parfois truqué ou artificiel sur la durée. Dans Top Gun 3D, la profondeur se montre relativement satisfaisante sur la durée, avec toutefois quelques baisses d'intensité sévères mais ponctuelles dans les environnements sombres ou lors de certains plans larges.
Mais la véritable surprise revient à la conversion 3D des nombreuses scènes cultes d'affrontements aériens. De nouveau le studio à l'origine de la 3D a su brillamment tirer profit des parfaits cadrages de la version 2D d'origine lors des innombrables gunfights, avec des avions filmés tantôt de loin, centrés parfaitement au milieu de l'écran pendant les travellings de déplacement, tantôt de prêt avec des nez et ailes en premier plan. L'intégration de la 3D dans ces séquences fait des merveilles, et donnent lieu à des séquences réussies de débordements marqués et jaillissements permanents d'avions qui virevoltent régulièrement à 1,5 mètres hors du mur de visionnage pendant de courtes secondes, parfois même pendant 10 secondes sur certains travellings centrés (rappelant fortement les séquences homologues furtives dans le dernier Avengers 3D), et affichent parfois des portions d'avions qui sortent significativement hors de l'écran. C'est à ce moment qu'on comprend l'évidence lumineuse des producteurs pour avoir porté ce film en 3D, car ces séquences semblent avoir été déjà pensées à l'origine en 1986 pour un portage futur en 3D, car elles respectent tout le cahier des charges complexe qu'un réalisateur doit suivre et utiliser lors de la mise en scène d'un film 3D.
Ainsi, si vous êtes fans de la première heure de ce vieux film emblématique des années 80's, vous ne pourrez pas passer à côté de cette nouvelle version remastérisée 3D qui propose définitivement la plus belle expérience existante pour le découvrir ou le revisionner, et ce n'est pas le fort grain qui trahit l'âge de la pellicule, ainsi que l'excès par moment de saturations et colorations excessives sur cette image restaurée qui gâcheront le plaisir et les émotions que le revisionnage dégage ! On appréciera enfin le soutien d'une bande-son diabolique, notamment lors des séquences de voltige. Le Mythe perdure en 3D, et le résultat final se montre vraiment sympathique pour un film presque vieux de 30 ans, ne l'oublions pas !

Franck L.

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Top Gun est de retour ! 
Une conversion 3D plutôt réussie
Une profondeur 3D soft et assez satisfaisante au sein des environnements ouverts ou fermés
Pas de rendu 3D artificiel ou truqué
Un débordement très léger sur certains décors ou personnages
Un niveau de jaillissement réussi lors des phases de vol (présence sur certains plans des avions volant au milieu de la pièce)
Des effets de profondeur, hauteur et transparence très réussis dans les airs.

L'intensité de la profondeur 3D qui chute sévèrement dans les environnements sombres ou lors de certains plans larges
Une saturation en 3D de certains couleurs qui engendrent par moment certains excès visuels significatifs
• Présence d'un grain omniprésent sur le visuel (film vieux de 30 ans) 
Intensité insuffisante des effets de débordements 3D
Excepté sur les séquences de voltige, le film ne propose aucun jaillissement sur le reste de la narration




1.
2.
3.
4.

samedi, mars 16, 2013


.