Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Monstres & Cie Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :
Après la découverte d'un générique haut en couleur, avec des effets de portes qui s'ouvrent un peu partout, on découvre dès les premières minutes de visionnage un transfert de grande qualité.

Initialement on constate une image d'une grande netteté, avec une palette de couleurs vibrantes voire flashy, des contrastes assez redoutables, une luminosité efficace même dans certaines scènes obscures.

Très rapidement on prend la mesure d'une caractéristique technique qui va impressionner pendant toute la narration : l'effet de profondeur 3D.

La première séquence dans la chambre d'essai montre une perception de volumétrie parfaite au sein de la pièce, avec une appréhension naturelle de la position spatiale de chaque objet et jouet. A ce moment on pense déjà aux films d'animation de référence en 3D qui proposent les meilleurs effets de détachement 3D, comme par exemple Raiponce 3D, Magagascar 3D ou Frankenweenie 3D.

Et la poursuite du film va confirmer cette première impression, avec la découverte de l'usine Monstres Inc. : on sera surpris de voir le rendu assez incroyable des couloirs et autres corridors avec l'impression qu'ils s'étendent sur des dizaines de mètres au loin.

De même la visualisation du gigantesque hall d'accueil de la société Monstres & Inc impressionne fortement lors de se première apparition.

L'effet de profondeur donne une vraie dimension aux environnements et permet de bénéficier en permanence d'une perception juste et réaliste des scènes 3D qui se déroulent devant nous.

On appréciera en particulier un effet 3D inédit lors de toutes les séquences qui montrent des portes de téléportation s'ouvrir, car à chaque fois, l'effet 3D appliqué sur la porte ouverte, révélant une partie de la chambre ouverte, montre de manière ultra réaliste ce micro environnement 3D qui s'étend en profondeur, qui est lui même encré au sein du hall de l'usine s'affichant tout en profondeur.

On a aussi véritablement la perception 3D que la porte ouvre sur un autre monde 3D, et l'envie d'y pénétrer physiquement se fera souvent incroyablement forte à chaque occasion.

On notera aussi que le film sait éviter au mieux les flous sur les arrière-plans, et même si on en constate régulièrement quelques mini échantillons par moment, ils ne sont jamais préjudiciables à l'appréhension des volumes 3D.

En ce qui concerne l'intensité de l'effet de profondeur, elle est constante dans le temps, et on notera durant ce test un bon niveau de parallaxes de lointains (écartement en centimètres mesuré physiquement sans le port de lunettes 3D entre l'image droite et l'image gauche sur la représentation d'un objet sensé être positionné dans l'horizon lointain en 'profondeur').

Néanmoins on pourra remarquer que de par sa structure presque essentiellement composée de scènes en environnements intérieurs et cloisonnés, la profondeur 3D engendrée semble parfois contenue en cage, et aimerait encore plus percer au delà des cloisons constitutives de la plupart des décors du film.

Ainsi au bout d'une heure, on sent bien que l'équipe 3D a su tirer le maximum d'effets 3D de tous ces environnements fermés en réglant la profondeur au maximum, mais on finit fatalement par manquer un peu d'air.

Et heureusement une séquence salvatrice à 1h08 va apporter l'ouverture et le dégagement 3D d'horizon dont a besoin pour renouveler l'expérience 3D.

Ce moment coïncide avec la course poursuite dans des décors immenses au sein de l'usine, qui donnent presque l'illusion de se situer en extérieur. On assiste ainsi à la séquence culte de profondeur 3D du film avec un ride sauvage sur les rails, au sein de la réserve de portes de la compagnie.

La découverte du premier plan qui affiche ce nouvel environnement est vraiment exceptionnel, car la profondeur et le détachement 3D en font une des plus belles séquences du genre. Ainsi on droit à 5 minutes cultes de manège avec effets de caméra infernaux pour s'immerger dans l'action.

Plus tard une autre séquence vient agrémenter le visionnage, lors de la scène de bannissement de nos 2 monstres dans l'Himalaya, et permet de découvrir un nouvel environnement enneigé.

Enfin on appréciera aussi particulièrement les séquences de course-poursuite de fin avec la traversée d'un grand nombre de portes et mondes insolites associés.

1.
2.
3.
4.

samedi, mars 16, 2013


.