Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Julia X Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.



Bilan 3D :  
Julia X 3D, c'est l'archétype du film que personne n'a vu venir, dont les échos mentionnaient plutôt une production type série Z à petit budget, condamnée à sauver sa promotion par la mise en avant marketing des attributs féminins, laissant présager du pire concernant son contenu 3D.
Et pourtant la claque visuelle est de mise lors du visionnage de la première demi-heure car tout ce qui constitue un contenu de qualité s'y retrouve : une image d'une grande netteté, un grand format 1.85, des environnements ouverts ou lumineux, des effets de profondeur souvent optimaux avec très peu de flou sur les arrière-plans, avec un détachement 3D qui permet une parfaite représentation des volumes, et des niveaux de jaillissements permanents très significatifs avec l'intégralité des scènes, décors qui s'étendent en permanence à plus de 2 mètres du mur dès que l'occasion s'en présente et que le cadrage le permet, c'est à dire souvent : décors, voiture garée dont l'avant dépasse de 2 mètres hors du mur, rambardes, sol, branches, portes, pluie, brume, câbles, bustes affichés très souvent au milieu de la pièce de visionnage permettant d'engendrer dans ces moments une amplitude stéréoscopique maximale. Dans la 2e demi-heure, on change d'ambiance avec un huit clos étouffant de nuit qui perd un peu de sa superbe sur l'effet de profondeur de manière mécanique mais qui conserve une intensité encore flatteuse, au service d'une narration un peu trop contemplative. Tout repart de plus belle dans la dernière demi-heure avec un rythme d'action plus soutenu qui multiplie les plans de vues avec débordements et jaillissements permanents d'éléments de décors et personnages. On appréciera aussi sur l'ensemble du film le soutien d'autres formes de jaillissement en la présence de nombreux effets de projections diverses, armes, éclats de verre, éclats de bois, projection de sang exagérée ajoutée en postprod type série B avec coulure sur l'objectif, cad en l’occurrence directement sur le spectateur.
Que dire au final ? On a affaire effectivement à un film de série Z, avec des personnages complétement barrés, de nombreux effets de surprise, un bon niveau de violence, et surtout une 3D très efficace malgré des environnements obscures, avec 30 premières minutes qui peuvent aisément constituer un passage de démonstration technique sur le combo profondeur + jaillissement permanent sur la catégorie live action et qui ne rougira que très peu de la concurrence. La 2e partie plus sombre et claustrophobique est moins démonstrative, mais assure quand même la continuité avec efficacité. Face à ce Petit Poucet sans licence de nos univers 3D, l'envie serait forte d’élever la note finale de 4 à 4,5/5 pour le récompenser très positivement en guise d'encouragement pour les futures autres productions de la même veine : néanmoins le manque de scènes en extérieur et de jour nous conduit à maintenir cette évaluation. A noter enfin que le film trahit son petit budget par sa bande son de piètre qualité mais se révèle être une belle surprise au final !

LES PLUS (+)
LES MOINS (-)

Une profondeur 3D très bonne
Très bon détachement 3D
Beaucoup de jaillissements permanents (décors qui s'étendent fortement en dehors du mur)
Des effets météo 3D superbes (pluie, brume...)
Des jaillissements ponctuels d'objets et mains hors du mur
Quelques effets de projections (poussière, bris de verre, bois...)
Les 30 premières minutes très impressionnantes en 3D
Un format d'image 1.85
Une 3D efficace même de nuit


La 2e demi-heure du film moins démonstrative en 3D et trop statique
Trop d'environnements nocturnes et fermés qui nuisent un peu à la luminosité et à la perception de cette 3D de très bonne facture
Quelques rares plans avec peu de débordements et jaillissements









1.
2.
3.
4.

samedi, mars 16, 2013


.