Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Fascinant récif de corail vol1 / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :
Le début du visionnage montre une palette de couleurs correcte, parfois efficace et parfois insuffisante. On note rapidement un rendu souvent un peu délavé, la faute potentiellement à une eau trouble, mais pas seulement. Les contrastes sont moyens dans l'ensemble, mais quelques rares scènes se révèlent très bien exploitées sur les noirs et contrastes, notamment à la fin du documentaire dans les prises de vue dans les grottes sous-marines.

Un autre problème s'invite rapidement à la fête, qui était à peine perceptible dans Amazing Ocean 3D, mais déjà bien trop prononcé dans  Fascinant récif de corail 3D - Mondes mystérieux, les variations de qualité d'image.

De nombreux défaut s'illustrent en permanence dans ce documentaire : tout d'abord une résolution d'image souvent insuffisante par rapport au support blu-ray 3D, ensuite la présence insistante d'aliasing et d'effets de pixellisations sur les poissons en mouvement, et même parfois sur les arrière-plans. Tout ceci donne un rendu qui fait plus penser à un DVD 3D encodé à l'arrache, qu'un joli Blu-ray 3D de dernière génération.

Mais là où on tombe des nues, c'est lors de la découverte d'un symptôme 3D visuel qui ne semble pas avoir été constaté à ce jour dans un autre blu-ray 3D déjà sorti : des bugs constants de mise au point 3D sur la profondeur rendue et donc perçue.

En effet dès les 5 premières minutes de visionnage, on a l'impression tout d'abord d'avoir une vue défaillante lorsque l'on essaye de suivre l'effet de profondeur sur certains poissons affichés. On a l'impression qu'ils changent de perspectives de manière chaotique. Le premier réflexe est de saisir immédiatement une autre paire de lunettes 3D à portée de main pour vérifier ce problème de rendu, car à ce moment on pense plus à des piles défaillantes de lunettes qui pourraient expliquer ces problèmes de synchronisations.

Pour en avoir le cœur net, on fait même une pause en plein documentaire, on éjecte le disque, et on réinjecte une autre documentaire 3D sous-marin de référence pour se rassurer personnellement.

Et lorsque l'on revient sur ce Fascination Coral Reef; on s'arrache les yeux de nouveau. Voici le descriptif exact du problème 3D perçu sur la profondeur : lorsque l'on visualise un poisson d'une taille significative, qui se trouve en position statique, on le positionne en 3D à une certaine distance de nous, par exemple 4 mètres de distance, et 1 seconde après, alors qu'il n'est pas sensé avoir bougé, on se le représente à 4,5 mètres de distance de nous, pour revenir ensuite à 4m, voir même 3,5m.

Ainsi on a l'impression qu'il passe d'un calque de profondeur à un autre, comme une sorte de saut d'image 3D sur la profondeur tantôt vers le fond, tantôt vers le canapé, ce qui donne un rendu 3D truqué, faux, et très inconfortable car on n'arrive pas à situer les éléments en profondeur de manière nette et durable.

Ce qui est vraiment dommage car si l'on parle de la profondeur présente dans le documentaire, elle est plutôt bonne dans l'ensemble, avec une mention spéciale à la fin du reportage lors des prises de vue dans des grottes sous-marines, des plans avec une profondeur incroyable qu'on aurait bien retrouver dans l'excellent Sanctum 3D.

Mais tout ceci est gâché régulièrement avec ce problème de mise au point 3D sur la profondeur, doublé d'une qualité d'image d'ensemble qui ne rend pas vraiment hommage au support Blu-ray.

1.
2.
3.
4.

lundi, mars 18, 2013


.