Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Deep Water Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.



Jaillissements : 
Après une profondeur en dent de scie, satisfaisante dans l'ensemble, mais qui oscille en permanence entre un rendu assez faux, truqué et inconfortable, et un rendu très convaincant, il est temps de s'attarder sur l'exploitation du registre des jaillissements 3D.

Le premier point est que le film use souvent du registre des débordements d'écran, et même des jaillissements permanents. En effet, on appréciera que régulièrement les décors s'étendent naturellement hors du mur de visionnage en mode débordements. 

Ainsi on constatera souvent que les éléments situés en premier plan ont vocation à percer le mur pour s'étendre légèrement dans la pièce.

Plus impressionnants seront les quelques effets de jaillissements de type jaillissements permanents que le film distille à intervalle régulier. On appréciera fortement de voir dans un premier temps des éléments de décor sortir de 2 mètres du mur, comme des façades, des piliers en bois, des rambardes, des objets, des armes.

La 2e application radicale de ces effets de jaillissements permanents réside dans les personnages eux-mêmes. Il arrive régulièrement de voir un personnage sortir de 50% hors du mur de visionnage par le biais d'un habile cadrage en plongée et de le voir se tenir en plein milieu de l'espace de visionnage !

De même on verra très souvent les protagonistes de premier plan s'agiter partiellement voire complètement hors du mur, avec des bras tendus vers le spectateur qui sortent de 1 mètre, voire 2 mètres du mur de visionnage. Tous les objets tenus par les personnages peuvent parfois jaillir furtivement. On regrettera que parfois certains jaillissements soient un peu floutés, même s'ils demeurent plutôt réussis dans l'ensemble.

En ce qui concerne le monstre du film, ce scorpion-crabe géant en 3D, il donne lieu à quelques jaillissements express de type projection vers le spectateur, hélas trop furtifs et rapides pour avoir le temps de les apprécier.

On notera que certains effets de projections sont assez réussis lors de ces attaques de "dard de scorpion". On appréciera aussi que lors des combats finaux, la bête s'affiche partiellement hors du mur, avec des pinces qui sortent parfois de 1,5 mètres hors du mur, bénéficiant d'un bon cadrage pour que cela fonctionne dans la durée. Le véritable défaut de ces séquences réside dans l'apparence même de ce scorpion, avec des effets 3D et des textures peu réalistes qui donnent plus dans la parodie que dans le film d'horreur.

Mention spéciale pour une scène très réussie de jaillissement permanent, avec une vue sur le dos du scorpion, et une perception 3D de la queue et du dard qui les situe à proximité du canapé, et ce pendant les 5 secondes d'un travelling efficace.

1.
2.
3.
4.

lundi, mars 18, 2013


.