Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test X-Men: Apocalypse Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
4,9/5
Bilan 3D :
Sortant dans quelques jours en France, voici l'occasion de tester encore une nouvelle itération d'une franchise, la 2e pour la saga X-Men en 3D ! Après un opus perfectible X-Men : Days of Future Past 3D, voici une nouvelle occasion de faire vraiment parler la poudre, car on rappelle que c'est une des dernières licences de l'histoire à profiter à date d'une captation en 3D native ! Ce serait donc bien qu'elle fasse le job, qu'en pensez-vous ?

On commence traditionnellement par l'évaluation de la profondeur 3D. Globalement c'est le gros point fort de cette nouvelle édition X-Men en 3D ! Cette 3D native assure enfin le spectacle attendu et délivre une profondeur 3D top démo sur l'ensemble du film : des panoramiques incroyables, de nombreux effets de vertige percutants, des plans larges qui célèbrent l'immensité des décors et des arènes de combats, complétés par des plans semi-larges qui tiennent haut la barre ! Même les plans rapprochés ne souffrent pas beaucoup du traditionnel flou sur les arrière-plans ! Sans compter les nombreuses séquences exceptionnelles comme les déplacements dans le temps ou bullet-time, les séquences de télépathies etc... Mention spéciale pour le détachement 3D presque toujours d'une grande justesse entre les différents calques ! Du tout bon !

Et les jaillissements 3D dans tout cela ? Tout d'abord on constate une bonne gamme de débordements et jaillissements permanents pendant le spectacle. Mais avec du recul, on remarque en fait que le cahier des charges est à la fois intense et modéré dans le traitement : intense car il y a une infinité d'effets de jaillissements d'intensité faible à moyenne qui sont placés au bon endroit et au bon moment, renvoyant à l'art de l'intégration et de l'immersion, et modéré car il y a en tellement et de qualité égale qu'aucun effet ne viendra vraiment prendre l'ascendant sur un autre, ce qui rend difficile de se rappeler des séquences en particulier plutôt que d'autres en fin de séance. C'est du coup un gage d'un cahier des charges subtile et bien employé, loin de ceux plus axés vers les effets gadgets et concentrés seulement à 2-3 endroits d'un film. A noter que film fait aussi la part belle aux effets de projections, avec de nombreuses manifestations bien intégrées à la narration. A ne pas rater : l'introduction spatiale d'anthologie en CGI avec des jaillissements permanents superbe, tout droit inspiré d'un Lichtmond 3 3D, le Blu-ray 3D de référence ! Idem pour la séquence de 5 minutes top démo, avec notre héros voyageur du temps, qui nous gratifie d'une quantité impressionnante de jaillissements permanents de particules (braise & co) et objets lorsqu'il intervient manuellement dans le château !

Au final, X-Men Apocalypse 3D marque enfin le tournant attendu pour les fans de la franchise, et vient rectifier pleinement le tir de l'opus précédent X-Men : Days of the Future Past 3D plutôt décevant, et indigne à l'époque d'une production issue d'une captation en 3d native. Cette fois-ci la profondeur 3D fait honneur à la captation en 3D et propose une spatialisation excellente sur l'ensemble du film, saupoudrée de nombreux petits effets de jaillissements qui viennent dynamiser et agrémenter l'immersion et le visionnage, ponctuée de quelques passages de jaillissements ou travellings jaillissements cultes pour contenter tout son petit monde !
Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Intensité de la 3D excellente sur le registre de la profondeur et du détachement en plans larges
    Horizons très nets sur les plans larges
    • Profondeur de champ 3D verticale  exploitées au maximum : séquences de vertige et hauteur
    • Des débordements d'écrans et jaillissements d’éléments ou personnages de 50 cm à plus de 1m50 hors du mur (décors, héros...)
    Quelques effets de projection dans les séquences d'action (débris, particules)
    La séquence d'introduction d'anthologie (travelling jaillissement)
    • La séquence de slow motion dans le château avec une bonne dose de jaillissements d'objets et particules
    •L'environnement dans le simulateur télépathe de Charles

Les points faibles (-)
    Un peu de flou d'arrière-plan sur les plans rapprochés
    Le format en 2.40
    • Manque quand-même de jaillissements



1.
2.
3.
4.


mercredi, septembre 14, 2016


.