Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Mune, le gardien de la lune 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


CONCLUSION 3D :

Note
2,5/5
Bilan 3D :
Sorti dans l'ombre mi-février, voici un petit film d'animation que nous n'avions pas reçu lors de sa sortie (vous saurez pourquoi plus bas), et que nous avons du nous résigner à acheter en magasin le week-end dernier pour boucler nos tests 3D de février. 'Résigner' est bien le mot le plus évocateur, car notre 6e sens faisait qu'on ne sentait pas du tout ce produit depuis le début, et le couperet de notre banc d'essai va nous confirmer son ADN 3D ou plutôt son absence...

On se penche tout d'abord sur l'effet de profondeur 3D. Voici dans ce produit une véritable curiosité technique de la nature concernant le rendu de la profondeur 3D. L'impression d'avoir fait un saut dans le temps (et surtout en arrière) est effarante, et si certains apprécieraient de redécouvrir les début de l'ère de la 3D, cette période providentielle de découverte et apprentissage où chaque studio expérimentait la techno pour se l'approprier, et testait toutes sortes de pistes de rendu 3D pour trouver le meilleur compromis sur les parallaxes, en ce qui nous concerne, on aurait préféré éviter de découvrir une nouvelle vision de la 3D en 2016, car le marché n'a pas du tout besoin de ce genre de références pour discréditer la catégorie. En effet, pour caricaturer le film, on dira que sur 50% des plans, on a un rendu 3D qui est diffusé uniquement sur 2 calques pour les scènes : les personnages affichés tous sur un unique premier plan, et les décors de fond affichés sur un unique calque plat d'arrière-plan. Oui, lu comme cela cela donne l'impression d'un truc bizarroïde, un peu comme un film coupé en 2 calques 2D, calques espacés entre eux par de l'espace histoire de créer artificiellement une spatialisation et du volume 3D (oui c'est vrai cela rappelle aussi les premiers jeux 3D sur Nintendo 3DS...). Certes cela fonctionne moyennement sur quelques plans larges, mais dans 80% du temps, le rendu 3D est à la fois limité, voire misérable. Et le tout avec un rendu 3D on ne peut plus artificiel. Et sur les 50% des plans restants ? Et bien pour faire simple, appelons un chat, un chat, car c'est limite de la 2D, voire carrément de la 2D ! On n'est pas loin du rendu de conversion 3D proposé par les téléviseurs 3D en mode 2D-3D, avec les bugs en moins. Et encore : sur les plans larges de ciels étoilés, on détecte encore des problèmes de positioning 3D et d'artefacts. Et pour ne plus tirer sur l'ambulance, on n'évoquera pas non plus les séquences avec les personnages qui ont un rendu crayonné 2D, de type cel-shading, encore une idée du meilleur goût pour un film d'animation 3D...
 
Et les jaillissements 3D dans ce film ? On va la faire courte : à l'exception de quelques minimes débordements à quelques reprises, comprenez qu'il n'y a rien du tout à attendre du sujet. Au moins on évite des aberrations d'un mode expérimental, car vu comme le studio s'est approprié la techno de profondeur 3D, on est soulagés de ne pas les voir vouloir réinventer les jaillissements 3D.

Au final Mune, le gardien de la lune 3D est une petite production 3D faite avec les moyens du bord, qui plaira peut-être à un enfant de 6 ans qui y verrait dans ce film, son premier film 3D, avec une 3D douce, très douce, non, plutôt quasi inexistante, avec l'avantage de ne pas violenter la vue des plus jeunes. Pour les autres, on s'est compris, passez votre chemin et allez faire vos courses auprès d'autres ténors de la catégorie.
Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D très très faible sur la durée
    Une jolie luminosité dans l'ensemble. A part ça ?
    • Quelques rares plans de profondeur réussis : vue de hauteur. Rien d'autre...

Les points faibles (-)
    Un effet de profondeur 3D presque inexistant sur l'ensemble du film
    Le rendu 3D très caricatural et expérimental pour le coup sur 50% des plans : un film décomposé sur 2 calques 3D : les personnages qui évoluent sur le premier plan, et le décor de fond en arrière-plan... C'est tout !
    Aucun jaillissement. Oui...


1.
2.
3.
4.


mardi, mars 01, 2016


.