Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Bob l'éponge - Le film Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.


IMAGE & PROFONDEUR 3D :

Note
4,2/5
Profondeur :  
Le premier constat commence par les qualités plastiques de l'image : la palette colorimétrique est bonne, les noirs et contrastes sont puissants, et la luminosité très bien gérée.

On s'attaque ensuite à l'effet de profondeur 3D. Ce film fait partie des rares curiosités conceptuelles du marché : on a 2 films dans le film, et il convient de décrire chacune des parties (double travail) pour essayer de dresser l'évaluation.

La première partie, qui constitue les 2/3 du film, est du ressort de l'animation 2D qui est convertie habilement en 3D dimension.

Si l'on n'est pas allergique à ce design particulier de dessin-animé, alors on peut continuer ensemble. Le travail de passage en 3D est très intéressant et globalement réussi, et rappelle un peu l'époque de restauration de certains grands classiques Disney 2D et 3D.

On retrouve ici le même travail réussi globalement pour créer du volume 3D. Par contre on distinguera 2 rendus 3D différents : si d'un côté la recréation de calque et distance virtuelle entre chaque élément (le détachement 3D) est vraiment excellente, donnant une spatialisation 3D d'ensemble très convaincante pour les décors, en ce qui concerne par contre la recréation d'un volume 3D autour des personnages, c'est clairement loupé, car l'aspect 2D sur Bob prévaudra encore pendant tout le film.

Cela donnera un peu l'impression d'avoir des personnages 2D affichés sur des pancartes (cf la grande époque du bitmap en informatique), qui se déplacent ou s'affichent dans des décors qui possèdent eux une volumétrie très puissante !

En gros plus les objets de décors sont gros, plus les parallaxes progressifs appliqués au contours sont visibles, permettant d'engendrer un vrai sentiment de volume 3D (exemple la machine à voyager dans le temps).

Dans cette partie du film, on n'aura que très peu de flou sur les arrière-plans. Mentions spéciales pour des séquences top démo de voyages dans le temps, avec un vortex qui s'affiche à l'infini en profondeur !

Maintenant même si cette partie a été créée directement en post-prod et donc en 3D native, autant dire que le rendu 3D renvoie volontairement à ce que l'on qualifiera de conversion 3D. 

Et il y a ensuite le 2e type de contenus 3D dans le film.

Dans la 2e partie du film, présente anecdotiquement sur 2-3 séquences intégrées dans la première heure, et constituant l'intégralité des 30 dernières minutes (durée du film 1H30), on a un mix magnifique entre décors captés en 3D Native et intégration en post-prod de vrais personnages d'animation en 3D !

Et là autant dire que la claque est violente, car on sent un savoir-faire 3D magnifique pour nous proposer le meilleur du genre de type Les Schtroumpfs 2 3D par exemple.

Les premières minutes du film nous transportent dans une jungle luxuriante, avec feuillages parfaitement détachés et une superbe profondeur 3D (de très rares flous).

On se cale ensuite sur le dernier tiers du film où on dispose dans le même principe, de décors de plages puis de villes avec une très belle profondeur 3D (souvent excellente).

Le détachement 3D est parfait entre les éléments et les décors, et le volume 3D des personnages est optimal.

On a de très bons effets de spatialisation et on connaitra aussi quelques séquences vertigineuses top démo !

Au final 2/3 du film avec un rendu 3D autour du 3,8-4/5, et 1/3 du film pas loin du 5/5 !


1.
2.
3.
4.

mardi, mai 26, 2015


.