Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.


JAILLISSEMENTS 3D :

Note
4,7/5
Jaillissements :  
Après l'analyse sur l'effet de profondeur 3D, on se focalise désormais sur la palette des jaillissements 3D.

 Idem que pour la profondeur 3D, les 15 premières minutes font très mal en terme de réalisation 3D, car on a une palette de jaillissements impressionnante et finement placée et cadrée !

Tout d'abord on trouve déjà un niveau significatif de débordements et jaillissements permanents hors de l'écran, avec régulièrement des bustes de premiers plans qui peuvent sortir de 1m à 1m50.

Mieux les jaillissements de décors sont souvent plus démonstratifs, avec des cadrages biens vus qui font déborder des branches d'arbres, des murs et autres à plus de 2m hors du mur.

Le 1er acte nous fait vivre l'attaque de Smaug sur le village, et on est vraiment dans le top démo, car tout y est pour en prendre pleins les yeux : d'abord de la fumée et de la cendre qui s'affichent régulièrement en jaillissements permanents au milieu de la pièce.

Ensuite Smaug crache des flammes parfois vers la caméra, avec des cadrages qui le font sortir partiellement en bordure d'écran.

L'affrontement met en avant des jaillissements cultes de flèches pendant presque 15 secondes, où celles-ci sortent de plus de 2m50 hors de l'écran !

Et que dire des effets de destructions avec de nombreux effets de projections réalistes qui nous projettent des débris sur le canapé !

Même lorsque l'on évolue au ras de l'eau, on se prend des éclaboussure fortes d'eau à plus de 3m hors de l'écran.

De plus les effets de fumées volumétriques sont aussi de la partie, avec régulièrement des calques de fumée qui viennent envahir généreusement et furtivement la salle !

Ainsi le début de film met le curseur très haut, et la suite va devoir assumer cet ambitieux cahier des charges initial.

La suite de la narration nous fait découvrir un effet 3D très rare dans nos univers 3D, et purement top démo : des travellings arrière dans les armées d'orcs, qui nous font traverser les troupes en sens inverse, avec toutes les armes et les armures qui apparaissent littéralement au milieu de la pièce pour disparaître ensuite au loin en profondeur derrière le mur lors du défilement de l'image : top !

Lors des premiers combats, on est surpris de voir combien Peter Jackson a débridé enfin sa 3D, surtout les jaillissements permanents : jubilatoire de constater enfin dans ce Hobbit 3 3D tout ce qu'on attendait de Jackson, avec une profusion de sorties d'écran, souvent extrêmes même, mais toujours très naturelles !

En effet dans le montage, on trouve de nombreux plans larges ou rapprochés, avec des pics qui sortent de 2m50 hors du mur, des rangées de soldats qui débordent au milieu de la pièce, des voiles de fumées qui envahissent l'espace hors du cadre !

Certes tout ceci ne se passe pas en général sans windows conflicts, car avec un format d'image ingrat en 2.40, mettre en scène autant de jaillissements se heurte forcément au problème, mais on trouvera que Peter Jackson s'en tire haut la main, qu'il a choisi chaque angle délibérément avec une vraie conscience de ces contraintes, pour tirer la quintessence de chaque effet 3D.

Et les plans ou travellings en oblique sont lumineux pour faire jaillir les éléments des premiers rangs tout en évitant au maximum les cadres verticaux de l'image.

Arrivé à mi-film, la pression monte et l’applaudimètre grimpe encore d'un ton, car parti le premier 1/4 d'heure pour mettre 4/5, nous voici maintenant après 1 heure de film résolu à mettre au moins 4,5/5 pour les jaillissements du film, c'est dire si la réussite est totale pour ce dernier opus.

Pourtant la 2e partie va nous livrer un registre de jaillissements encore plus magistral, 1 heure de bonheur absolu.

Il faut déjà se représenter que pendant pratiquement 1 heure, il va neiger finement dans le salon, avec des jaillissements permanents superbes, et souvent extrêmes de flocons qui volettent dans le salon, de 2m à 4 m hors de l'écran. Somptueux ! Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas contempler des effets météo 3D de neige aussi réalistes, artistiques, et réussis. Par moment le vent souffle même dans la direction du canapé !

Qui dit flocons, dit également nappes de brouillard et fumées, et le film est également culte sur ce registre car  on a une profusion d'effets de brouillard 3D qui se propagent un peu partout dans la pièce, et régulièrement toutes les 2-3 minutes !

Le dernier acte avec tous ces combats nous offre un festival de jaillissements permanents d'objets, d'armes, de personnages hors de l'écran de manière furtive lors de certains plans de transition !

On a même un plan large magnifique, avec un des héros complétement en jaillissement à 1m hors du mur, brandissant son épée à plus de 2m50 hors de l'écran vers le canapé.

Plus loin on trouve le chef orc qui nous offre plusieurs passages cultes, lorsqu'il fait tournoyer sa massue à la 'Gods of War' ou La Légende d'Hercule 3D, avec à chaque rotation une sortie en jaillissement du mur, bien cadrée !

Lors des combats sur ce lac, on profitera aussi de nombreuses sorties d'écrans et autres extensions lors des plans rapprochés.

On a constaté aussi une très belle scène avec un effet de projection de flèche qui vient nous empaler tout droit sur le canapé.

En ce qui concerne le bestiaire volant, on trouvera aussi quelques séquences avec du jaillissement avant puis arrière (chauves-souris orcs en l’occurrence).

Et pour parachever le tout, on a adoré une séquence culte de presque 2 minutes avec des éboulements en série sur un pont qui s'écroule, avec des effets de projections et d'éboulements de pierres et rochers directement sur la figure ! On pourra dire qu'on y était !

Au final Le Hobbit 3 3D sort ses tripes et nous livre enfin la gamme de jaillissements que l'on attendait dans un tel spectacle artistique, avec une intégration toujours douce à la narration et un rendu ultra réaliste et naturelle !




1.
2.
3.
4.

mardi, mars 10, 2015


.