Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Nature 3D Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.


PROFONDEUR 3D :

Note
4,4/5
Profondeur :  
Le premier constat commence par les qualités plastiques de l'image : la palette colorimétrique est bonne dans l'ensemble, les noirs et contrastes sont bons de jour, et exceptionnels de nuit, et la luminosité bien gérée ! Un bon début !

On se penche ensuite sur l'analyse de l'effet de profondeur 3D dans ce documentaire. Le début du film commence par une séquence top démo, avec un travelling aérien horizontal au travers de la forêt équatorial, qui vaut son pesant de cacahuètes !

En effet l'effet de profondeur 3D est admirable, avec cette sensation de voler littéralement au sein de la forêt, avec en plus un effet de vertige impressionnant, magnifié lors d'un autre travelling vertical cette fois, qui nous fait tomber des airs et traverser la forêt et son feuillage dense jusqu'au sol ! Effet garanti !

Ensuite on découvre des plans au sol un peu moins impressionnants mais toujours justes et naturels. C'est de manière global le constat que l'on fera sur les plans semi-larges et rapprochés, qui sont clairement les moins démonstratifs.

Car de manière classique, on trouve pas mal de flou sur les arrière-plans lors des zooms sur les animaux, et même lors de séquences un peu dézoomées : rien de méchant mais suffisant pour apprécier mécaniquement moins le rendu 3D, surtout lorsque l'on vient de vivre une séquence top démo !

Car des séquences top démo, il y en a un bon paquet dans ce somptueux documentaire de la BBC, mais l'analyse montre en fait une certaine hétérogénéité parfois, avec une alternance de plans panoramiques, larges, qui majoritairement donnent des frissons 3D, alors que le reste peut parfois avoir tendance à lâcher du lest niveau intensité.

A noter que lors des zooms, le détachement 3D se montre toujours admirable, avec une bonne séparation appliquée sur les premiers plans, tandis que l'arrière peut rapidement s'estomper.

Le film se déroule à 90% de jour, et la profondeur reste efficace presque en toutes circonstances. Pourtant la surprise vient des scènes nocturnes, qui de nouveau sont top démo : dans le désert de nuit, avec des jeux d'ombres magnifiques, ou sous l'eau avec un détachement des rares rayons lumineux dans le noir absolu, le spectacle est total.

Pour relater les nombreux exploits sur la profondeur 3D, on citera des plans superbes dans le désert avec horizon à pertes de vues, au dessus des forêts, dans la jungle, dans la montagne et même lors d'une éruption volcanique !

Une séquence somptueuse est à relever lors de plans larges sur des vagues, avec un effet de profondeur 3D qui dépasse l'entendement. Idem lors des travellings dans les Chutes Victoria ! Superbe !

Les séquences de vol avec les flamants rose sont très réussies dans le genre. En ce qui concerne les séquences sous-marines, malgré parfois un léger manque de colorimétrie ou de contraste, on reste néanmoins dans le haut au panier côté qualité 3D et détachement.

Par contre on aura noté à 2-3 reprises des plans avec des artefacts lumineux, notamment sur des contours d'éléphants hyper-exposés (mauvaise synchronisation droite/gauche).

On a dans ce documentaire ce qu'il faut de séquences ou plans fixes démonstratifs pour rendre hommage à la profondeur 3D (40% du film avec une profondeur 3D notée 5/5), pour compenser celles qui sont en dent de scie (60% du film qui oscille entre 3 et 4/5 pour la profondeur). Un spectacle premium néanmoins !



1.
2.
3.
4.

jeudi, janvier 15, 2015


.