Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

[Test Cinéma 3D] : Test Flash de Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées 3D au cinéma : nous l'avons vu !




















Nom du filmTechno Cinéma 3D
Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées 3D
Passif : RealD 3D
INTRODUCTION :

Annoncé en Blu-ray 3D en premier sur le marché russe pour avril 2015, Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées 3D est actuellement à la une de nos salles françaises. Dernier opus d’une trilogie culte, Halluciner.fr n’a pas attendu la sortie du Blu-ray 3D pour se forger ses premières impressions sur les effets 3D du film. Zoom sur la version cinéma 3D, notre 2e test officiel d'une sortie cinéma 3D dans nos colonnes après celui de Exodus : Gods and Kings 3D ! Action !




Aperçu 3D :
Sorti il y a 1 mois dans les salles françaises, Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées 3D écrit la fin de la nouvelle trilogie de Peter Jackson et apporte son lot d'émotions dans la narration. Dernier acte de bravoure du réalisateur en 3D, il était important de découvrir en amont si cette dernière ligne droite a gommé les minis défaut des 2 précédents opus pour permettre à Hobbit 3 3D de rentrer définitivement dans la légende 3D. Le premier point d'analyse concerne l'effet de profondeur 3D constaté dans le film. Sans surprise, on retrouve strictement le même ADN que les 2 opus précédents, et ce qui frappe immédiatement, c'est la splendeur des plans larges et panoramiques en 3D.

Effectivement c'est de nouveau la caractéristique numéro 1 de cette saga 3D qui s'impose à la rétine : mais quelle profondeur de champ hallucinante ! En effet la spatialisation qui se dégage de ces innombrables séquences en plans très larges est incroyable, et permet toujours d'accentuer les écarts d'échelle entre les humains, orcs, monstres, villages châteaux et décors à la profondeur insondable. Ajoutez à cela un détachement tonitruant qui permet toujours d'apprécier naturellement les distances entre chaque élément de décor, objet et personnage, et vous avez déjà le topo du rendu 3D de ces scènes. On pourrait presque dire que la proportion de plans panoramiques semble légèrement supérieure à celle proposée dans les épisodes précédents. Pour être honnête, puisque le film commence sur les chapeaux de roue avec l'attaque de Smaug, et une ribambelle de vues aériennes qui magnifient l'effet de hauteur et de profondeur 3D, on pense intérieurement à une note maximum, et les 15 premières minutes dégagent une sensation d'aboutissement pour Peter Jackson, avec en vue un 5/5 enfin bien mérité. Pourtant l'unique vrai petit grain de sable de la saga va remettre rapidement son nez dans la pellicule, faisant retomber le film à des notations toujours glorieuses, mais traditionnellement plus proche de 4,5/5 sur la profondeur 3D comme dans les épisodes précédents. A cause de quoi ? Et bien le sempiternel flou sur les arrière-plans dans les plans rapprochés. Et il faut dire que passée la première grosse attaque au début du film, on replonge vite dans les travers narratifs qui multiplient les plans zoomés lors des discussions, et où le flou abime ponctuellement l'effet de profondeur 3D. C'est vrai qu'à ce niveau d'excellence globale sur la réalisation, on peut toujours un peu pester sur ces plans floutés qui font de la résistance, et on aurait préféré pour notre version 3D voir ce Hobbit 3 3D définitivement débarrassé de cette petite nuisance. Peter Jackson avait le choix de booster le rendu 3D de son 3e opus de 2 façons : soit diminuer l'effet de flou sur les plans rapprochés, soit sur-représenter les plans larges versus les plans rapprochés, et finalement diluer ces quelques plans sur toute la pellicule. Et finalement c'est la 2e option qui est constatée, et on ne va pas s'en plaindre car on a droit véritablement à un film de guerre, qui fait la part belle aux batailles à outrance, aux vues aériennes et caméras en plongée qui subliment le théâtre d'action de cet épisode de clôture ! Les séquences d'action étant majoritaires, on aura donc finalement assez peu le temps de s'attarder sur ces problèmes de flous, même s'ils persistent de manière séquentielle. Par contre parlant d'un visionnage en salle de cinéma 3D, UGC en l'occurence avec techno passive RealD 3D, on constatera à de nombreuses reprises du ghosting sur des contours d'objets ou personnages lors des plans à forts contrastes (élément sombre sur fond éblouissant, ou lumière vive sur fond sombre). Aucun doute sur le fait que tout ce ghosting disparaitra lors du visionnage en VP 3D du futur Blu-ray 3D.


Et les jaillissements dans l'histoire ? Les connaisseurs savent via les 2 opus précédents que ce registre n'est pas le poids fort de la saga, même s'il est plutôt bien exploité sur la durée. Sans surprise, on retrouve la même exploitation ponctuelle des jaillissements pour renforcer les scènes d'action. La palette de jaillissements 3D exploitée est au moins aussi efficace que celle du 2e opus, Le Hobbit et la Désolation de Smaug 3D Blu-ray 3D, qui fut à date la plus réussie de la franchise. On a donc à de nombreuses reprises quelques débordements d'éléments hors de l'écran, et mieux, de vrais jaillissements permanents qui s’exécutent sur certains éléments significatifs. On aura donc certains éléments qui sortiront généreusement quelques secondes par-ci ou par là (dragon, armées d'orcs, armes..). Idem avec quelques rares jaillissements arrière d'éléments volants. On aura aussi comme dans chaque épisode une ou 2 séquences majeures avec des éléments volant au milieu de la salle. Mais le plus impressionnant reste la gestion des effets météo en 3D, et là c'est de la belle ouvrage, et c'est certainement l'opus le plus réussi sur le sujet. Pluie ou éléments de la nature qui sortent en jaillissement, brume volumétrique régulière qui déborde... une vraie touche de poésie en 3D. Idem avec les effets de braise et de flamme qui rentrent complétement dans la salle à de nombreuses occasions. Ajoutez à cela d'innombrables séquences de projections lors des combats, avec des flèches qui viennent transpercer la salle furtivement et vous aurez l'essentiel du registre. Il faut d'ailleurs préciser que la flèche est un peu l'arme de répétition dans cet opus, et on sera ravi de voir qu'elle se prête au jeu de la 3D.

Au final sans surprise, un 3e opus qui conclut de manière admirable la trilogie, avec un condensé du savoir-faire de Peter Jackson en matière de 3D et une sur-exploitation des vues en plans larges pour donner la mesure au gigantisme des batailles et du théâtre principal des affrontements. Reste encore un peu de flou de-ci de-là qui pourrait encore empêcher le film d'obtenir la note maximale lors de la future évaluation de la version Blu-ray 3D dans nos locaux et salles de tests 3D. Pour les jaillissements, une exploitation mesurée mais efficace permettant de sortir parfois le bon effet 3D au bon moment sur la bonne scène. Puisque les 3 films ont été réalisés à la suite par les mêmes équipes, il était parfaitement attendu de voir une vraie continuité technique sur la 3D, et c'est clairement le cas, même si on pourra presque trouver que la saga s'est bonifiée avec le temps. Disons surtout qu'en proposant dans ce 3e opus le même cahier des charges 3D et la même quantité de très bons effets 3D que dans les 2 opus précédents (Hobbit 1 3D, Hobbit 2 3D), mais au sein d'un film de 2H plutôt que 3H traditionnellement, mécaniquement on évite l'effet de forte dilution des effets 3D constatés par le passé, pour ne retenir en fait que les séquences 3D glorieuses dans ce film ! Bravo ! On attend maintenant le futur Blu-ray 3D, dont la Russie semble avoir obtenu de nouveau la primeur pour sa distribution (avril 2015). A suivre !
Franck L.
A LIRE SUR LE SUJET :

Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées 3D Blu-Ray 3D (2015 - © H)
Test Le Hobbit : la Désolation de Smaug 3D Blu-Ray 3D (2014 - © H)
Test Le Hobbit : un voyage inattendu 3D Blu-Ray 3D (2013 - © H)







mercredi, janvier 14, 2015


.