Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Test Les Gardiens de la Galaxie 3D Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.


PROFONDEUR 3D :

Note
5/5
Profondeur :  
Le premier constat commence par les qualités plastiques de l'image : la palette colorimétrique est ultime, les noirs et contrastes redoutables, et la luminosité optimale ! Que dire sinon que tous les paramètres de base sont au taquet pour héberger tous les effets 3D prévus par le studio.

Première surprise, qui n'est désormais plus vraiment inédite depuis son utilisation par Michael Bay dans le dernier Transformers 4 3D, le mélange de séquences de plans captés en 2.40 et d'autres en IMAX 1.78.

De nouveau ce choix qui pourrait paraître déconcertant a souvent du sens car le switch d'un format à l'autre est souvent bien étudié et permet mécaniquement de mettre en surbrillance et en relief cesdites séquences grands formats lors des actions et autres panoramiques ! Curieux mais toujours diablement naturel et efficace, même si à la rédac on ne renierait pas la simplicité impactante d'un full 1.78 ! ceci-dit, les variations omniprésentes de format pendant la projection rendront invisibles quelques curiosités ponctuelles sur les floating windows, avec quelques variations de largeurs de bandes noires verticales, purement anecdotiques et fondues dans la masse.

On se penche maintenant sur la structure dorsale d'un film 3D, son effet de profondeur 3D. Les premières minutes mettent immédiatement dans le parfum, car même si elles sont plutôt statiques, sans effets spéciaux et en intérieur, laissent entrevoir déjà l'ADN d'une 3D de compétition : profondeur 3D ultra naturelle, et surtout détachement 3D affuté comme une lame de rasoir ! 3D native ?

Et pourtant non, il s'agit d'une conversion 3D, mais quelle conversion 3D ! La poursuite du film nous propulse rapidement dans l'action, et autant dire que la claque va être énorme !

Histoire de vous délivrer rapidement notre évaluation technique, mettons nous d'accord immédiatement pour qualifier la profondeur 3D d'excellente ! Et encore, nous mesurons nos propos !

Prenons d'abord les séquences narratives ou contemplatives, en intérieur ou en extérieur : en intérieur, l'effet de profondeur est à minima très bon, (même dans les salles plongées dans la pénombre), et souvent excellent ! Tout au plus on détectera de-ci de-là quelques flous sur les plans rapprochés, tandis que les plans semi-larges et panoramiques brillent de mille feux.

Pour celles en extérieur, on bénéficie souvent d'une profondeur de champ impressionnante et irréprochable : rien à redire sur le sujet.

Reste maintenant à aborder un bon 40% du film, qui concerne les séquences d'action, et souvent par la même occasion de vol dans l'air ou dans l'espace : un mot... INCROYABLE !

Pour être honnête, les séquences dans l'espace sont peut-être les plus belles à date jamais réalisées dans l'histoire de la 3D : la profondeur 3D est délirante, et le détachement 3D entre les éléments et les particules dépasse l'entendement.

Préparez-vous à un voyage en première classe à la moindre accélération de l'action, car vous n'en sortirez pas indemne !

Toutes ces séquences top démo sont principalement cadrées en plans semi-larges, panoramiques ou en travellings, et l'effet de profondeur 3D dépasse même notre niveau d'excellence, ce qui est aussi le cas pour le détachement 3D.

Il faut se représenter ces innombrables explosions d'éléments ou particules, et voir l'effet de spatialisation 3D incroyable qui est appliqué en permanence entre les vaisseaux, particules, éléments de décors.

Si la profondeur 3D et le détachement oscille entre 4/5 et 5/5 pendant 60% du film (scènes narratives), on peut carrément aller jusqu'à imaginer mettre un 5,5/5 pour les séquences de combat et vol & co.

On n'oubliera pas de mentionner que l'effet de hauteur et de vertige est régulièrement à son paroxysme dans les différents plans en plongée dans les airs.

On saluera enfin l'extrême prouesse du film quand il s'agit de maitriser les conditions les plus extrêmes, les séquences dans la pénombre, pour garantir également une spatialisation 3D et un rendu 3D encore exemplaires (profondeur et détachement) !

Un nouveau top démo sur la catégorie, et une prestation premium de marvel sur le sujet des conversion 3D !




1.
2.
3.
4.

mardi, novembre 18, 2014


.