Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !



Follow us on Facebook

Test Deepsea Challenge 3D Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.


PROFONDEUR 3D :

Note
5/5
Profondeur :  
Le premier constat commence par les qualités plastiques de l'image : la palette colorimétrique est splendide, il est assez rare de trouver une telle reproduction des couleurs réelles aussi bien en extérieur, que sous l'eau ! On s'attardera sur le piqué de l'image et le niveau de détail qui sont énormes ! En soutien, les noirs et les contrastes sont redoutables, et la luminosité optimale ! Que dire sinon que tous les paramètres de base sont au taquet pour héberger une 3D premium !

On s'attaque maintenant à décortiquer le niveau de profondeur 3D constaté dans le film. La qualité optimale du matériel de captation 3D de Cameron n'étant plus à démontrer, on pense immédiatement au label IMAX qui pourrait de fait être légitimement apposé sur la boite du Blu-ray. Pourquoi ?

Parce que plus qu'une image d'une netteté chirurgicale, c'est une profondeur 3D Top démo, exceptionnelle, qu'on trouve sur les 1H30 du film ! Et là aussi la comparaison avec les meilleurs reportages IMAX saute immédiatement aux yeux.

Mais que trouve-t-on déjà exactement dans ce film ? Une sorte de reportage filmé aux côtés de James Cameron, allant de la conception, jusqu'au 8 essais de plongée à profondeur progressive, préliminaire au grand plongeon final à 11 kilomètres sous la surface de l'eau !

On trouve aussi une majorité de séquence sur la terre ferme, aussi bien en intérieur qu'en extérieur, (environ 2/3 du film), et le 1/3 restant représentant toutes les séquences de capture vidéo sous l'eau.

Prenons les différentes séquences par type, et voyons ensemble les rendus 3D associés. On a d'abord les séquences dans les hangars, avec les scientifiques et les ingénieurs lors de la construction de sous-marin de 7,3m de long : la profondeur 3D est purement hallucinante, avec un détachement 3D dément entre chaque élément de décor, objet ou personnage.

Dans ces séquences en environnements intérieurs plus ou moins vastes, on peut faire un rapprochement direct avec IMAX Avions de Légendes 3D, qui est à date le meilleur documentaire 3D à date sur les environnements intérieurs/extérieurs. L'image est si naturellement détaillée et détachée, qu'on se croit immédiatement au sein des décors aux côtés des protagonistes.

Il faut remarquer que parfois la distance avec les arrière-plans est tellement forte qu'elle peut presque incommoder la vue pendant 2 secondes !

Après on trouve les séquences extérieures, type panoramiques et survols en hélicoptère : la profondeur 3D oscille alors entre le très bon et l'excellent, et à de rares occasions l'effet de hauteur n'est pas ressenti (exemple lors du survol de la forêt de Guinée avec un sentiment d'effet plat qui rappelle certains plans dans Avatar 3D au dessus de Pandora un peu décevants).

Mis à part ces rares secondes moins prononcées, les survols dégagent une très belle spatialisation 3D et du volume. Il est bon de rappeler à ce stade que le flou ne fait pas partie des invités de ce documentaire 3D !

Reste ensuite les séquences sous l'eau avec 2 types : celles en intérieur aux côtés de James dans le sous-marin, et celles des grands fonds marins avec vue sur l'environnement aquatique.

Les séquences sous l'eau sont d'une authenticité troublante, avec un rendu 3D rappelant également les meilleurs documentaires aquatiques, l'obscurité totale liée à la profondeur se trouvant percée par la lumière des projecteurs et ouvrant d'un coup les perspectives 3D sur l'horizon.

Même jouissance lorsque de jour, on voit en début de plongée la surface de l'eau et les plongeurs s'éloigner avec cet effet 'maquette' ultra réaliste !

Reste enfin les séquences les plus immersives : celles de plongée avec James ! C'est simple, depuis son film Sanctum 3D (producteur exécutif), on n'avait pas retrouvé cette sensation de retenir son souffle au fil de la descente.

En effet l'effet de profondeur et de volume 3D au sein de la sphère (habitacle) où il se trouve est sensationnel : on est littéralement dans cette boule compressée, sans espace, et l'effet de claustrophobie est immédiat et permanent, comme cet autre film culte Gravity 3D !

D'ailleurs sans vouloir spoiler, lors d'un entrainement de plongée préliminaire à une profondeur déjà respectable, le fait de vivre en temps réel des anomalies mécaniques ou techniques aux côtés de Cameron est une expérience marquante et angoissante comme jamais !

Au final une profondeur 3D de compétition, ce qui n'est pas une surprise pour un film qui met en scène un héros qui touche la profondeur sous-marine ultime !



1.
2.
3.
4.

samedi, novembre 01, 2014


.