Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Wolverine 3D : Le combat de l'immortel Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.



Jaillissements : 
Après avoir passé au scalpel l’effet de profondeur 3D, on s’intéresse maintenant à celui des effets de jaillissements 3D.

Les premiers plans sont plutôt arides sur le sujet, et il faut attendre la scène d’action de fin d’introduction pour bénéficier de petits effets de flammes et étincelles qui s’affichent légèrement en jaillissements permanents à environ 1 mètre hors du mur : sympathique mais pas encore transcendantal !

Ensuite c’est de retour au calme plat, et aucun effet de jaillissements significatifs ne sera mis en scène pendant un bon moment. On a une petite séquence de pluie à un moment qui de manière surprenante ne saisit pas du tout l’opportunité classique de mettre en scène de la pluie en jaillissements : aucune goutte de pluie ne sortira du mur, très décevant à date comparativement à la concurrence.

A croire que le chef du studio de conversion 3D a donné comme consigne pour ce film à ses équipes d'essayer d'intégrer le moins d'effets 3D possibles en post-production : le moins que l'on puisse dire est que c'est réussi !

La première heure s’écoule et au final on remarque néanmoins de réguliers effets de débordements et parfois de jaillissements permanents de bustes, éléments de décors en extension hors de l’écran.

Cela reste vraiment très léger en intensité, et comme en plus les cadrages se montrent rarement compatibles avec ces sorties d’écrans, on se tape un peu de windows conflicts, mais peu visibles au final puisqu’on a en fait du mal à prendre toujours la mesure de ces débordements 3D.

Les jaillissements permanents les plus notables sont par exemple des bras ou mains qui sortent de 50 cm à 1m hors du mur, tout comme certains bustes de premiers plans peuvent s’afficher également à 1m.

On aura à 2-3 moments des plans avec du jaillissement permanent statique des griffes du héros, mais hélas frappé d’un fort flou.

D’ailleurs ce flou sur les quelques éléments de premiers plans en jaillissements touche aussi les bustes qui s’étendent hors du mur.

Les meilleurs effets 3D du film se trouvent dans le 2e et 3e acte : une petite séquence de neige qui exploite enfin les effets de jaillissements 3D de neige et flocons au milieu de la pièce.

Enfin on constatera à quelques reprises des effets de projections avec des flèches qui sortent furtivement du mur.

Au final un registre de jaillissement ultra discret sur l’ensemble du film, et qui ne retiendra pas vraiment l’attention comparativement à ce que l’on trouve dans la concurrence.

1.
2.
3.
4.

mardi, novembre 12, 2013


.