Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test Le Magicien d'Oz Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :  
Traditionnellement on s’intéresse aux caractéristiques de l’image brute avant de s’attaquer ensuite aux effets 3D. Il faut avouer que le résultat de cette remasterisation est au-delà de nos espérances, avec une belle palette colorimétrique affichée, des contrastes et noirs efficaces et une bonne luminosité d’ensemble.

On se penche ensuite sur la profondeur 3D : on pouvait craindre le pire compte tenu du matériau de départ fondamentalement à plat, et pourtant force est de constater le travail considérable sur chaque plan pour essayer de donner du volume 3D aux scènes, aux personnages et aux décors.

Ainsi très rapidement, on mesure une bonne profondeur 3D, qui résulte tout d’abord d’un bon effet de volume 3D effectué sur les différents calques. Les différents plans bénéficient aussi d’une bonne séparation 3D, ce qui permet d’avoir souvent une représentation de l’univers d’Oz en 3D.

On appréciera sur un film aussi vieux, de juger du travail technique préalable pour réussir artificiellement à recréer par moment une bonne spatialisation et virtualisation 3D du monde, où l’on sent véritablement que les personnages y sont encrés, donnant à quelques moments même, l’impression de se retrouver au centre des événements.

Le détachement 3D est très satisfaisant également, et permet une bonne appréciation des distances entre les éléments et objets de décors, en général.

Pourquoi seulement en général ? Car malheureusement on ne coupera pas à de très nombreux effets de flou sur les arrière-plans, encrés évidemment dans l’œuvre originale, et impossible à virer.

Du coup on a d’un côté en général des scènes 3D très réalistes, avec parfois même une excellente profondeur 3D (exemple lors de l’entrée dans la demeure du magicien, avec un des plus beaux couloirs interminables rencontrés à ce jour), et régulièrement entre 2 séquences, quelques passages avec soit un arrière-plan de fond, complétement plat et artificiel, soit complétement flouté, rendant l’appréciation des distances de fond impossible, et tuant de manière passagère l’effet de profondeur et de distance 3D.

Par contre, la profondeur 3D à court terme, celle sur le périmètre proche autour des personnages, est souvent très réaliste.

Enfin on trouvera aussi que les plus belles séquences sont souvent liées aux plans d’ensemble, aériens, tandis que les plans rapprochés sont un peu moins glorieux en 3D. Dernier point, les intérieurs ont également un rendu 3D réussis dans l'ensemble, même si certains manqueront parfois de relief 3D.

1.
2.
3.
4.

jeudi, octobre 17, 2013


.