Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr




Follow us on Facebook

Test La Petite Sirène Blu-ray 3D / Jaillissements 3D


1.
2.
3.
4.



Jaillissements : 
Après s'être attardé longuement sur les effets de profondeur 3D, on se penche sur la gamme des jaillissements 3D. J'avoue que le positionnement final du titre sur ce registre 3D demeure une énigme avant de lancer le film.

En effet, d'un côté on sait que la base de travail pour cette conversion 3D est du pur contenu 2D, mais d'un autre on se prend à fantasmer sur le résultat final, si l'on considère le fait que le film se déroule principalement sous l'eau, et que l'univers aquatique via de nombreux documentaires 3D d'exception (et un dessin animé 3D top démo qu'il n'est plus la peine de nommer) est l'environnement le plus favorable pour matérialiser des jaillissements permanents de poissons et autres éléments au milieu de la pièce.

Alors verdict ? Après une dizaine de minutes, s'esquisse rapidement le positionnement du film sur le registre des jaillissements 3D : principalement des débordements 3D.

J'en vois déjà qui veulent déjà sortir de la salle, mais attendez la suite et les détails avant de statuer : tout d'abord on remarque que la gamme spatiale compris entre le mur de projection et 50 cm hors du mur, est régulièrement investie par toutes sortes d'éléments qui sortent légèrement  hors du mur. 

Certes rien de révolutionnaire la dedans, mais c'est déjà assez agréable pour étendre un peu le champ général 3D au delà des limites de l'écran.

Pourtant à y regarder de plus prêt, les plus observateurs remarqueront que de rares objets pourront même parfois sortir de plus de 1 mètre hors du mur, ce qui signifie que ponctuellement on quitte le registre du simple débordement pour pénétrer dans le registre du jaillissement permanent.

Rapidement on relèvera quelques poissons qui se baladent parfois un peu plus loin de l'écran que prévu, un trident viendra une fois menacer à presque 1m hors du mur, quelques personnages sortiront un peu plus la tête, des effets lumineux ou de particules en extension également...

Ok rien de très fort au niveau intensité, mais quelques effets sortent un peu du lot. Mais ce serait oublier un effet 3D particulièrement réussi dans le film : les bulles d'air dans l'eau.

Cette conversion 3D se fait un malin plaisir d'en intégrer une profusion, régulièrement à plus d'un mètre hors du mur, permettant de ponctuellement créer une petite impression d'immersion de la pièce dans la pièce : attention, une partie de la pièce seulement car ces bulles ne dépassent jamais le milieu de la pièce.

On notera aussi quelques rares séquences de jaillissements arrière avec des éléments qui nagent en semblant provenir de derrière le canapé pour finir vers l'avant : l'effet est très furtif, mais est néanmoins mis en scène.

Mais la palme du film revient à 2 séquences techniquement et esthétiquement brillantes en 3D : la scène de la tornade (et une scène équivalente en fin de film) qui met en scène de superbes effets météo 3D avec des gouttes de pluies qui pénètrent toute la pièce en jaillissement permanent : quelques minutes très appréciables, tant le détachement associé y est réussi !

Dommage que cela ne représente finalement que peu de minutes hautement démonstratives à l'échelle du film. De même on regrettera le manque d'ambition de cette conversion relativement à l'environnement aquatique, qui s'il avait été exploité à 100%, aurait permis d'afficher de vrais jaillissements permanents de notre sirène et autres protagonistes au milieu de la pièce, ce qui n'est pas le cas dans cette édition.


1.
2.
3.
4.

samedi, octobre 05, 2013


.