Aller en haut Aller en bas

Halluciner, le site 100% Tests 3D : Tests Blu-ray 3D, Tests de films 3D, Forum 3D Blu-ray 3D, Test de Jeux PS3 PS4 3D, Test Oculus Rift ... Tests Blu-ray 3D et Films 3D Halluciner.fr !




Follow us on Facebook

Le magasin des suicides Blu-ray 3D / Image & Profondeur 3D


1.
2.
3.
4.



Image & profondeur :
Le premier constat se porte sur les caractéristiques de l'image : celle-ci se montre très agréable, sans bruit, avec des contrastes très réussis, des noirs profonds, une palette qui sait exprimer de vives couleurs lorsque les rares occasions se présentent.

On se penche ensuite sur l'aspect réservé à l'effet de profondeur : il est moyen au global sur le film et assez hétérogène, grief plutôt récurrent ces derniers temps sur les derniers films testés.

Ainsi le visionnage du film permet de constater 3 niveaux d'intensité de profondeur différents à l'écran, en fonction des plans affichés, allant du rendu de profondeur quelconque, presque invisible, au rendu plus convaincant, voire parfois très impressionnant.

C'est d'ailleurs par ce dernier cas de figure que l'on amorce le début de l'histoire, avec des points de vue en travellings et panoramiques en hauteur qui montrent la ville et le futur théâtre de déroulement de l'histoire : l'effet de profondeur est très bon pendant de rares secondes, même si certains décors de fond manquent de niveau de détail.

Par contre sur 60% du film, on a affaire à un effet de profondeur très moyen, même très faible, qui ne parvient pas à s'exprimer correctement, la faute à un réglage de parallaxe de lointains insuffisants, doublé de trop nombreux flous sur les arrière-plans.

Ces flous dégradent fortement l'effet de profondeur mis en place, et font parfois oublier la nature 3D du film en cours de projection.

C'est vraiment dommage, le concept de personnages et décors matérialisés en tant que planches 2D, écartées artificiellement via la 3D avec des distances différentes, permet d'avoir souvent une bonne spatialisation des éléments, avec bien sur un bon détachement 3D.

Évidemment la nature technique de ce dessin animé fait que l'effet 3D n'a pas vocation à en faire un film d'animation réaliste, puisque l'on perçoit en permanence la superposition de tous ces calques 2D intermédiaires, et que l'on constate que tous les éléments affichés via ces calques sont par définition plats et ne bénéficient jamais de volume.

Mais parallèlement à cette profondeur moyenne dans l'ensemble, on retiendra surtout de superbes séquences qui parfois expriment une excellente profondeur, comme tous les plans d'ensemble ou aériens avec de très bons effets de distance, ou les vues de hauteur avec caméra en plongée qui film les personnages au sol, donnant à ces rares moments un vrai réalisme 3D sur les volumes perçus.

On notera aussi que la séquence de danse nocturne avec des effets d'ombres donne un très bon résultat au niveau perception.

Mention spéciale pour une séquence de fin où la caméra en plongée s'éloigne extrêmement loin du sol, et permet d'afficher ponctuellement un effet de hauteur plutôt saisissant.

1.
2.
3.
4.

jeudi, mars 21, 2013


.