Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr







Test Godzilla vs Kong 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


Note
5/5
Bilan 3D :
Quel plaisir de reprendre la plume et de vous retrouver de nouveau dans nos colonnes, vous, les irréductibles gaulois de la 3D, les inconditionnels de l'expérience visuelle 2.0, vous qui peut-être nous suivez depuis le début de l'aventure, bientôt 10 ans de tests 3D sur Halluciner.fr, ce qui ne me rajeunit pas ! A côté de cette actualité 3D réduite fortement depuis 1 an, mais que nous couvrons systématiquement, vous aurez remarqué l'effort important que nous avons consenti pour vous proposer également des tests 4K depuis plusieurs mois, tests 4K qui couvrent l'intégralité des sorties UHD depuis le 1er janvier ! Nous espérons que vous les appréciez même s'ils s'écartent de l'ADN initial du site, ces tests 4K permettent de vous accompagner également dans le choix de ces supports qui complètent aujourd'hui idéalement une collection 3D commencée il y a quelques années. On restera tourné vers l'avenir et les nouvelles technologies car certains détails de l'information IT montrent que certains constructeurs ont toujours en tête d'avancer sur la technologie de la 3D sans lunettes pour leurs mobiles, tablettes ou autres écrans. Et puis Avatar 2 3D est toujours dans les cartons, alors le mystère reste entier ! On sait que le marché techno assez peu innovant depuis quelques années, toujours en quête d'une nouvelle fonctionnalité pour essayer de faire vendre au mieux ses produits, peut basculer très vite sur une innovation de ce genre et réamorcer toute une story 3D que vous avez déjà vécue il y a quelques années, car il ne faut pas se le cacher, le marché de la 4K ne prendra probablement jamais non plus de manière durable, ni la 8K : il suffit de voir que 70% des ventes encore aujourd'hui en France sont consacrées au DVD pour se représenter que vous lecteurs, n'êtes qu'une petite niche de 5% à 10% du marché, notre famille de geeks dont le suffrage ne pèse que peu de choses au global ! Ce n'est pas une nouveauté mais c'est bien de se le rappeler ! Pour l'heure, après cette petite minute éditoriale, place au plaisir de retrouver en détail l'analyse d'un nouveau gros blockbuster du moment, une surprise providentielle en 3D qui vient apporter du soleil et éclairer notre bon vieux lecteur de Blu-ray 3D en mal de disques ! Merci aux éditeurs qui continuent d'utiliser nos bonnes vieilles galettes 3D pour nous permettre de prolonger ces expériences 3D toujours indescriptibles ! Enfin presque puisque j'y arrive bien après plus de 700 tests 3D pour vous partager mes ressentis après visionnages 3D ! J'entends d'ici le dieu KONG nous grogner que : 3D IS NOT DEAD ! Et non, toujours pas ! C'est parti pour le test 3D en résumé dans les sections suivantes !

Premier tour de piste en ce qui concerne tout d'abord les qualités plastiques de l'image : les noirs sont profonds, la palette de couleurs est superbe et les contrastes intenses ! On se penche maintenant sur la profondeur 3D : elle est incroyable dans la projection ! Cela faisait longtemps qu'on n'avait pas pris un tel plaisir devant tant de volumes ! Dès le début sur Skull Island, les panoramiques se montrent bluffants ! Les plans larges dégagent un volume grisant. La suite du film confirme cette appréciation. En effet de manière générale les plans moyens ou semi-larges maintiennent le niveau de qualité escompté avec un effet spatial de qualité, et même les plans rapprochés utilisent la dose normale de flou d'arrière-plans. En revanche si la 3D est belle sur les scènes de dialogues entre les personnages, elle devient exceptionnelle dans les scènes d'action et plus particulièrement dans les séquences de combat ! Mais quel spectacle orgiaque auquel on assiste lorsque nos 2 protagonistes sont au centre de la caméra : que ce soit Kong qui est malmené par son environnement ou Godzilla qui dégrade et agresse les éléments extérieurs, on en prend plein les yeux ! La séquence de chute libre et d'arrivée dans la terre creuse est exceptionnelle par exemple : on a une spatialisation du vide fabuleuse, une impression de vertige et de profondeur insondable avec une infinité de calques en succession ! Les séquences de tunnels holographiques sont également un sacré moment de plaisir visuel avec toujours cette représentation parfaite de la profondeur qui perce vers l'infini ! La séquence de combat au beau milieu de l'océan vaut également son pesant de cacahuètes avec une caméra de plafond ou de hauteur qui filme en aplomb tous les événements et qui propose ensuite des travellings et enchainements étourdissants ! D'ailleurs le plan 3D avec une dizaine de missiles qui partent en profondeur avec leurs traînées de fumées parfaitement spatialisées dans l'espace est un grand moment de 3D ! Le combat final met en scène avec le même brio des perspectives toujours dégagées et sait rendre spatial une scène centrale résolument 3D ! Bravo !

Après l'analyse sur l'effet de profondeur 3D, on se focalise désormais sur la palette des jaillissements 3D. De manière générale on trouve un niveau mesuré en terme de débordements ou de jaillissements permanents : cela signifie qu'en filigrane et hors scène d'action, le premier plan déborde avec une intensité light : plutôt 50 cm sur notre configuration avec base d'image projetée de 3m. Et lorsque c'est le cas, cela concerne de manière classique des bustes ou des éléments de décors comme la végétation. Si le film ne s'en tenait qu'à cela, vous pourriez circuler car le spectacle n'en vaudrait pas la chandelle ! Pourtant le studio a eu l'idée lumineuse pour contrebalancer ces débordements légers d'insérer en post-prod un niveau plutôt intense pour les jaillissements sur les effets d'optique ou plus communément appelés 'lens flares'. Et quand je dis intense, je parle de sorties d'écran de 1m50 voire même 2m en bordure droite et/ou gauche de l'écran, quand ce n'est pas carrément positionné en plein centre devant le canapé ! On s'y croirait et on mettrait presque des lunettes de soleil pour ne pas être aveuglés ou gênés par les reflets : mince c'est vrai, on déjà des lunettes sur la tête :) De plus ces effets sont extrêmment récurrents et apportent une première valeur ajoutée forte dans le film, notamment dans les séquences ensoleillées dans la jungle ou lors des effets de tunnels intérieurs. Mais ce n'est pas tout : Godzilla vs Kong, c'est un titre accrocheur qui vend un contenu simple et marketing ! Le spectateur s'attend à des affrontements d'anthologie entre les 2 créatures ! Et dieu merci, les 4-5 grandes séquences d'action ou de combat sont particulièrement réussies en terme d'immersion et d'intégration d'effets 3D ! Celle qu'on a le plus appréciée est de nouveau incontestablement celle de la chute vertigineuse de Kong et des hélicoptères dans la Terre Creuse ! On passe par une panoplie top démo de jaillissements avant, arrière, puis de travellings jaillissements et enfin d'effets de projections de feuilles, terre et autres notamment lorsque Kong frotte et glisse à l'impact sur les roches inversées etc... Magnifique ! De manière générale dans les quelques autres scènes d'action comme le combat aquatique ou le combat final, on retrouvera travellings jaillissements, projections d'eau ou d'éléments, effets de fumées volumétriques, plans rapprochés avec tête ou membre qui débordent un peu plus généreusement ! On n'oublie pas non plus quelques séquences top démo de jaillissements permanents de flocons dans la pièce ! On aurait aimé néanmoins beaucoup plus de jaillissements sur l'ensemble du film, car si on retire les 3-4 grosses séquences d'action avec une jolie palette néanmoins très furtive, et les nombreux effets de lens flares, le reste se montrera bien trop lisse et axé sur une 3D qui mise plus sur la profondeur que les jaillissements ! Attention si vous êtes un peu fatigué au visionnage, de surcroît sur une petite base type TV 3D car vous risquez de passer à côté de l'essentiel : restez concentré ^^ !

Au final Godzilla vs Kong est un grand moment de profondeur 3D, une jolie claque visuelle sur la spatialisation, le détachement 3D et les effets de hauteur et vertige ! Il sait également de manière ponctuelle agrémenter l'expérience avec quelques effets de jaillissements bien dosés et placés, permettant de renforcer l'expérience et de nous plonger dans cet univers assez jouissif ! Le plaisir est d'autant plus fort que le disque 3D est accompagné également d'un disque 4K top démo technique : 2 expériences singulières pour le prix d'une ! Merci donc pour ce joli cadeau estival que l'on vous recommande vivement à l'achat, et que vous trouverez en combo 3D et 4K sur notre partenaire amazon.fr via ce lien sponsorisé ici ! Vous avez même la chance d'avoir en exclu le test 4K UHD par notre spécialiste 4K Brice de MaG - Movie & Game ! A très vite et très bonne 3D mes amis !

Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Excellente profondeur
    • Décors d'une grande netteté et précision, même avec un affichage de l'horizon à perte de vue
    • Toutes les séquences d'action ou de combat qui sont d'anthologie en 3D !
    •  Quelques éléments de premiers plans qui sortent en débordements et jaillissements permanents jusqu'à 50cm-1m hors du mur
    Des effets de jaillissements avant, arrière et de type travellings jaillissements
    Tous les jaillissements permanents top démo avec des effets de lens flares affichés à plus de 1m50 hors du mur
    • Les séquences de jaillissements permanents de flocons

Les points faibles (-)
    • Manque clairement de jaillissements sur la durée, ainsi que de gros jaillissements permanents au milieu de la pièce !

En vente sur :


1.
2.
3.
4.


jeudi, juillet 08, 2021


.