Aller en haut Aller en bas

Tests Blu-ray 4K UHD & Blu-ray 3D Halluciner.fr Tests Blu-ray 3D - Blu-ray 4K Ultra HD Halluciner.fr







Test En Eaux Troubles Blu-ray 3D / Conclusion & Bilan 3D


1.
2.
3.
4.


Note
4,6/5
Bilan 3D :
Voici un ultime challenger qui se présente aux portes de notre dernier dossier déjà publié des 15 meilleurs Blu-ray 3D sortis en 2018 ! De quoi s'agit-il ? D'une conversion 3D pour un film d'action mijoté aux petits oignons ! Avec un très bon souvenir lors de notre visionnage au Pathé Wepler en 3D cette année, nous étions impatient de redécouvrir la bête dans notre salle 3D en mode Atmos VO + système Immersit. Alors que vaut ce nouveau film de requin en home cinéma ? Mérite-t-il un dernier élan d'achat pour le voir figurer in extremis au pied du sapin ? On vous dit tout en résumé tout de suite !

Dès les premières minutes on constate que nous sommes face à une très belle conversion en cette fin d'année ! Globalement la profondeur 3D est très bonne durant les 2H de film : et en y regardant de plus près, on peut même décréter que sur un bon 50% du film on nage littéralement dans le 5/5 en note 3D ! La première claque commence lors de la découverte du laboratoire sous-marin : dès le travelling sur le patio qui débouche sur une gigantesque vitre en verre avec transparence sur les fonds marins, on découvre une profondeur 3D insondable digne d'un IMAX Deep Sea 3D ! C'est dire le niveau ! La suite de l'aventure permet de codifier les effets 3D suivants : globalement il y a les séquences sur la terre ferme ou en intérieur, et les séquences d'aventure au large et les pieds dans l'eau ! Les premières sont efficaces et conventionnelles, tournent souvent autour du 4/5 et dégagent un volume 3D suffisant : on apprécie surtout les plans larges et moyens dans les bateaux ou sous-marins, car les plans rapprochés sont comme toujours noyés dans le flou d'arrière-plans et présentent peu d'intérêt en comparaison avec le reste de la dotation. Et puis il y a une bonne moitié de film qui évoluent en bordure d'eau, soit carrément la caméra au ras de l'eau soit sous l'eau ! Et là c'est vraiment "l'éclate" ! Les plans larges et panoramiques sont tous top démo, idem pour les plans verticaux et dégagent une spatialisation extra ! Et pour les séquences aquatiques, on profite d'une visibilité et perception 3D hyper réaliste, qui nous met aux premières loges comme dans les meilleurs documentaires 3D du genre ! Dommage pour ce flou sur les plans rapprochés hors de l'eau, sinon le film décrochait un 5/5 sans trop forcer sur le sujet ! Mentions spéciale aussi bien pour le détachement 3D que la colorimétrie, on adorera le traitement des jaunes et rouges en surface qui explosent de mille feux !

En ce qui concerne les jaillissements, voici une superbe pioche de fin d'année qui mérite votre attention ! On appréciera déjà en premier lieu la générosité sur les débordements et jaillissements permanents sur la partie narrative et statique du film, un bon 1/3 à minima, et qui permet de faire sortir au moins de 1m régulièrement des éléments de premiers plans ! Mais ce que l'on attend avec impatience est le traitement réservé aux effets 3D lors des séquences d'action : et il faut dire que le film est extrêmement bien réparti en la matière, car il y a bien 45 minutes de fight avec ce Némésis sur 2H de film, séquences action regroupées en gros en 4 chapitres qui deviennent de fait top démo !!! On aura droit à des jaillissements superbes de personnages ou requin en dehors du mur, souvent avec windows conflict puisque format 2.39. Et à la moindre course-poursuite (et dieu qu'il y en a un paquet), on a droit aux jaillissements de sillons et vagues qui s'étirent jusqu'au spectateur et qui donne littéralement l'illusion que le canapé est tracté dans l'eau derrière le bateau ! Top ! Cela faisait que l'on avait pas retrouvé cet effet 3D aussi bien maîtrisé, et il faut remonter au même film du genre "Shark 3D" qui avait une 3D quasi similaire ! Donc à vous la survie au ras de l'eau, ou sous l'eau avec cette séquence culte de cloche en verre pendue à 20m sous l'eau, ou toutes ces séquences en sous marin de poche, voire même à nu avec un grand nombre de scènes de nage désespérées avec un rendu 3D toujours optimal (éclaboussures, eaux, rayons lumineux, sillons etc...). On regrettera par contre qu'en dehors des grandes scènes d'action, les jaillissements soient finalement plus discrets à l'exception des nombreux débordements d'intensité variable !
  
Au final The MEG 3D (En Eaux Troubles 3D) décroche la palme du meilleur film de requin 3D (hors documentaire) avec 2H d'action aiguisée, et une 3D immersive et parfaitement intégrée à la narration qui ne donne jamais dans les effets 3D gadget ajoutés à la va-vite en post-production ! Le seul effet gadget du film, et non des moindres se trouve pourtant culte avec cette bouée éventrée par la bête et qui finit 2 secondes après compulsée jusqu'au canapé dans un bruit de fuite d'air caractéristique irrésistible ! Cette 3D permettra d'ailleurs au film de rejoindre la 8e place ex-æquo juste derrière Ant-Man 2 Blu-ray 3D dans notre dossier des meilleurs Blu-ray 3D sortis en 2018. Film de genre sans prétention, En Eaux Troubles 3D donne dans le plaisir coupable sur ses 4 grands chapitres 3D d'affrontement grâce à une mise en scène efficace : Halluciner.fr aurait été aux commandes du montage, on vous aurait fait un truc 2X plus extrême en parallaxe négatif (jaillissements), mais bon on ne va pas se plaindre ! Parenthèse fermée pour dire que si on devait être un jour en charge de la la finalisation du montage et réglages en post-prod des Blu-ray 3D réservés au marché français (si quelqu'un nous entend), on devrait créer pour vous un nouveau référentiel de notes qui monte jusqu'à 7/5 : cela vous donnerait l'amplitude de ce que l'on pourrait ajouter et ajuster pour vous dans le but d'avoir l'expérience ultime 3D digne d'un jeu PC en 3D Vision ou d'un Sammy qui décrochent les neurones par K.O après même pas 30 minutes ! Joyeux Noël à tous, profitez de vos proches et du temps libre pour faire tout ce que vous adorez faire :) On se retrouve vite en 2019 pour une 8e année de 3D ensemble, et oui déjà, le temps passe si vite ! Et encore merci de garder les rangs dans notre communauté 3D Halluciner, qui après avoir stagné numériquement en 2017, est repartie à la hausse en 2018, illustrant bien que la contagion des gaulois 3D est inarrêtable :) Un dernier mot pour souligner le travail important de Fabien sur nos tests de films 3D au cinéma : on compte sur vous pour en parler à vos proches pour faire venir en 2019 le max de la communauté des amateurs de 3D au cinéma ! A très vite ! Merci !
 
Franck Lalane

Les points forts (+)
    • Une profondeur 3D très bonne sur l'ensemble du film
    • La profondeur et hauteur top démo sur les plans larges et panoramiques
    • beaucoup de débordements d'écrans et jaillissements réguliers d’éléments ou personnages de 1m50 hors du mur
    • Les jaillissements permanents de bulles, sillons et particules au milieu de la pièce
    • Les quelques superbes jaillissements de requins
    • Les projections diverses : câbles, explosions, bouée éventrée (culte)...

Les points faibles (-)
    • Pas mal de flous d'arrière-plans sur les plans rapprochés
    • Manque de jaillissements sur un bon 1/3 du film dans les phases statiques

1.
2.
3.
4.


lundi, décembre 17, 2018


.